Dans la presse...

 Un nouveau groupe scolaire parisien - 1394

Un nouveau groupe scolaire parisien a été inauguré hier

Le Matin — 30 septembre 1934

La Ville de Paris a inauguré, hier matin, rue Kuss, dans le 13e arrondissement, un groupe scolaire ultra-moderne, édifié en dix-sept mois, sur la proposition de M. Louis Gélis, conseiller municipal du quartier.

Cliché paru dans Le Matin

Assistaient à cette inauguration MM Victor Bucaille, syndic des conseil municipal et général, représentant la Ville de Yaris Achille Villey, préfet de la Seine; Louis Gélis, député, conseiller municipal du quartier Calmels et Deslandres, conseillers municipaux de l'arrondissement Olivier, maire du 13e arrondissement, Domart et Denis, maires-adjoints ; Masbou, directeur de l'enseignement primaire, Martzloff, directeur des services d'architecture Expert, architecte du groupe scolaire Lefol, architecte en chef de la Ville de Paris; Cottet, vice-président de la caisse des écoles les membres de la caisse des écoles du 13e arrondissement les directeurs et directrices de l'arrondissement et M. Grandjean, inspecteur des bâtiments et des services d'hygiène scolaires.

La cérémonie ne comporta aucun discours, mais après la visite des locaux remarquablement agencés, des toasts furent échangés entre MM. Louis Gélis, Villey, Deslandres, Olivier et Calmels. M. Louis Gélis proposa à l'administration préfectorale de consentir à donner à ce groupe scolaire le nom de Ferdinand-Buisson et présenta au nom de ses administrés une requête officielle demandant que soient supprimés les bruits des usines voisines

Ces deux suggestions furent aussitôt accueillies avec faveur par le préfet de la Seine qui promit d'intervenir pour chacune d'elles dans la plus forte mesure de ses moyens.

Ce nouveau groupe scolaire comprend des écoles de filles et de garçons. Il comporte dix classes pour chacune des écoles primaires, cinq avec salle de repos pour l'école maternelle, avec ateliers de travail manuel pour les garçons, salles d'enseignement ménager pour les jeunes filles, réfectoire, cantine, salle de dessin, installations de douches et d'hygiène, cabinets médicaux, salles d'isolement, ainsi que des préaux ornés de fresques, de grandes cours de récréation et de vastes terrasses accessibles pour exercices et classes en plein air. Les écoles sont pourvues de l'éclairage électrique, du chauffage central et d'un système de ventilation mécanique.


A lire également

L'ouverture de la rue Kuss - 1929

Construction d'un groupe scolaire rue Kuss -1931

M. Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Kuss -1941

Dans la presse...


Le monument aux mères françaises est présenté la presse

Aujourd'hui, à 10 heures, sera présenté à la presse, boulevard Kellermann, le monument élevé à la gloire des mères françaises, sous le patronage du Matin, qui sera inauguré le 23 octobre, à 14 h 30 en présence du président de la République et des plus hautes personnalités. (1938)

Lire la suite


Ici, demain, le grand Paris

On bâtit dans le quatorzième mais dans le treizième laisse pousser l'herbe (1930)

...


Splendeur et misère des Gobelins

Quand on visite les Gobelins, on ne peut s'éviter de remarquer l'état singulièrement délabré du célèbre établissement.
C'est qu'en effet il saute aux yeux, et je ne sais pas de spectacle plus affligeant que l'apparente ruine de ce qui demeure, après plus de trois siècles, une des vraies gloires de la France. (1894)

...


Le marché aux chevaux

Depuis les démolitions et les nouvelles percées faites à travers le 13e arrondissement, le quartier des Gobelins, autrefois si populeux comprend de vastes parties désertes.
Une des causes de ce dépeuplement, est l'éloignement du marché aux chevaux, provisoirement transféré à la Halle aux fourrages du boulevard Montparnasse. (1870)

...


Les travaux de la petite ceinture entre la route de Chatillon et la Seine

Après avoir passé en revue les travaux en cours d'exécution sur la ligne du chemin de fer de ceinture, entre la grande rue d'Auteuil et la route de Châtillon, il nous reste à parler de ce qui s'effectue entre la route de Châtillon et le pont sur la Seine en amont, pour avoir exploré tout le parcours de la section à ajouter à notre chemin circulaire pour le compléter. (1865)

...

Saviez-vous que... ?

Le 19 juillet 1927, le nom de rue de Gentilly fut donné à la rue du Gaz. Le nom de rue de Gentilly avait été, jusqu'en 1899, celui de la rue Abel-Hovelacque d'aujourd'hui. Cette nouvelle rue de Gentilly perdit ensuite son nom au profit de Charles Moureu et d'Albert Bayet.

*
*     *

Les travaux d'aménagement de la Place d'Italie furent terminés en 1879 et celle-ci fut considérée comme l'une des plus belles de Paris tant par son architecture que par les points de vue sur la capitale que l'on pouvait y admirer.

*
*     *

En 1933, on pouvait jouer au Ping-pong au Café des Sports, 163 avenue d'Italie et au Café du Commerce, 46 rue de Tolbiac.

*
*     *

Le 11 aout 1907, un corbillard, qui se rendait, à trois heures de l'après-midi, au cimetière de Gentilly, a été tamponné, à l'angle de la rué de Tolbiac et du passage du Moulinet, par un tramway de la ligne Vincennes-Saint-Cloud. Le cercueil, rapportait le Figaro, qui était tombé sur la chaussée, ne s'est pas ouvert et a été replacé sur le corbillard, qui a pu continuer sa route. Mais pour la Justice, le cercueil fut projeté à terre, se brisa et le corps du défunt roula sur la chaussée.
Ce macabre accident, ajoutait la Justice, a suscité, parmi la foule des promeneurs, une pénible émotion.

L'image du jour

PLace d'Italie