Dans la presse...

 La ligne n°6 - 1903

Le Métro passe la Seine

Place d’Italie - Nation

La ligne n° 6. — Le tracé et les stations. — Les quartiers desservis.

La Presse — 28 décembre 1903

La rive gauche réclamait son Métro : on va le lui accorder. Ainsi disparaîtra bientôt toute cause de jalousie entre les deux rives de la Seine. Il était grand temps qu'un peu d'équité intervint dans la répartition des lignes !

Déjà, l'on dénonçait le favoritisme qui comblait de grâces souterraines telle partie de la population parisienne au préjudice de telle autre ! Tandis que, peu à peu, tous les quartiers de la rive droite se reliaient étroitement entre eux, les quartiers de la rive gauche demeuraient abandonnés en leur splendide isolement. L'injustice est, cette fois, à la veille d'être réparée…

Avant de se séparer, le conseil municipal sera appelé, en effet, à approuver le projet relatif à l'établissement de la ligne métropolitaine n°6 du cours de Vincennes à la place d'Italie, dont la dépense est évaluée à quinze millions de francs.

Dans la conception primitive du réseau, la ligne n° 2 (circulaire sud) partait de la place de l'Etoile, traversait la Seine à droite de la passerelle de Passy, suivait les anciens boulevards extérieurs de la rive gauche en passant par la place d'Italie, franchissait la Seine en amont du pont d'Austerlitz et gagnait la place de la Nation en suivant le boulevard Diderot.

La ligne n°6

La ligné n°6, allant de la place d'Italie à la place de la Nation par le boulevard de la Gare, le pont de Bercy, les boulevards de Bercy, de Reuilly, de Picpus, les avenues de Saint-Mandé et du Bel-Air, ne semblait destinée qu'à assurer les relations avec le Métropolitain des 12e et 13e arrondissements, en raison du caractère local, son exécution avait été ajournée à une époque assez éloignée. Une circonstance heureuse pour les quartiers desservis est venue modifier cet état de choses.

La ligne n° 1, allant de la Porte-Maillot au cours de Vincennes, et la ligne n° 2 (circulaire sud), ont un tronçon commun, le boulevard Diderot ; or, la fréquence des trains de la ligne n° 1 sur ce tronçon prévu comme commun est telle qu'il est impossible de songer à y faire passer aucun, train de la ligne n°2, si bien, que cette dernière ligne aurais dû avoir nécessairement son terminus à la gare de Lyon ; l’impossibilité : d'établir une boucle à cet endroit aurait rendu l'exploitation assez défectueuse.

L'inconvénient a disparu par suite du recours à la ligne n°6 comme prolongement de la circulaire jusqu'à la place de la Nation è partir de la place d'Italie. De là, la nécessité de procéder à l'exécution de cette ligne sans attendre son rang d'inscription ; il n'y a même pas un instant à perdre.

En effet, les travaux de la ligne n° 2 (circulaire sud) touchent à leur fin; le viaduc sur lequel elle doit franchir la Seine, à Paris, sera probablement terminé à la fin de l'année 1904 et permettra de relier la section construite sur la rive gauche aux sections exploitées sur la rive droite de la Seine. L'exécution immédiate des travaux de la ligne n°6 aura pour résultat de livrer les lignes complètement a la circulation des trains vers la même époque.

Arrivé à la place d'Italie, la ligne n°2 (circulaire sud) se prolongera vers la Seine par le boulevard de la Gare, passera le pont de Bercy élargi, suivra les boulevards de Bercy, de Reuilly et de Picpus, l'avenue de Saint-Mandé jusqu'à l'avenue de Bel-Air ; là elle s'élargit en une boucle terminus dont; le circuit se fait par l'avenue du Bel-Air, la place de la Nation, la rue Dorian, et la rue de Picpus pour revenir par l'avenue de Saint-Mandé.

Au sommet de cette boucle, elle prend contact, du côté Sud, avec la station de la première ligne métropolitaine « place de la Nation », comme la ligne circulaire Nord le fait du côté Nord. La boucle terminale ainsi formée est complétée par une bride contournant l'angle aigu du Bel-Air et de Saint-Mandé et par un double raccordement de service à voie unique qui la relie à la ligne n°1 vers le cours de Vincennes.

Les deux rives

Le profil en long suit le relief du sol. La ligne sort de terre en haut du boulevard de la Gare, entre la place des Alpes et la place Pinel, s'établit en viaduc sur la contre-allée de ce boulevard, dont le profil en travers sera remanié et amélioré entre le chemin de fer d'Orléans et le quai d'Austerlitz ; puis elle franchira la Seine sur le côté amont du pont de Bercy élargi à cet effet. La ligne replonge, immédiatement après le quai de la Râpée, sur le trottoir de Bercy longeant l'entrepôt, afin de passer sous la rue de Bercy. À partir de là, la ligne se poursuit en soin terrain, passe au-dessus du chemin de fer de Vincennes au boulevard Picpus ; une station à fleur de sol sera établie en cet endroit sur la contre-allée centrale du boulevard entre la rue de Picpus et la rue du Touat.

Le pont de Bercy

Le pont de Bercy ayant été préalablement élargi de 5 m. 50 du côté de l'amont, la traversée de la Seine se fait sur un viaduc superposé. Ce dernier travail s'exécute sous la direction des ingénieurs du service de la navigation et aux frais de la Ville de Paris. Le viaduc sera formé d'un tablier, métallique reposant sur deux murs parallèles percés d'arcades ; chacun de ceux-ci aura 1 m. 50 d'épaisseur et les deux murs seront distants de 4 m. 50 entre les parements intérieurs. Les arcades sont en plein cintre ; elles ont 3m. 20 d'ouverture et leur hauteur sous clef est de 4 m. 04 ; elles sont séparées par des piliers de 1 m. 10 à la base. L'emploi des arcades, imité du viaduc du Point-du-Jour, permettra aux piétons de circuler librement sur le trottoir amont du pont, qui se trouve placé sous l'ouvrage du Métropolitain.

La ligne aura neuf stations, à savoir : Rue Nationale, rue du Chevaleret, quai d'Austerlitz, rue de Bercy, rue de Charenton, place Daumesnil ; Bel-Air : avenue de Saint-Mandé, place de la Nation.

La distance moyenne entre ces stations est de 521.mètres

La station terminus de la place de la Nation comporte un quai central, large de six mètres, placé dans l'entrevoie ; toutes les autres stations énumérées ci-dessus sont formées de deux quais parallèles de 4 mètres 10 de largeur utile, situés de part et d'autre des voies.

Station Quai de la Gare

Trois stations sont en viaduc : rue Nationale, rue du Chevaleret, quai d'Austerlitz. La station « Bel-Air » est à fleur de sol. Les cinq autres : rue de Bercy, rue de Charenton, place Daumesnil, avenue de Saint-Mandé et place de la Nation sont souterraines et voûtées ; leur parement intérieur est revêtu de carreaux blancs en grès cérame émaillé, comme sur les lignes métropolitaines déjà construites.

Edouard Sattler.

L'ouverture de la ligne Place d'Italie - Nation sous la dénomination Ligne 6 eut lieu le 1er mars 1909. La ligne 6 dans son parcours actuel fut mise en oeuvre en 1942. (NdE)



Saviez-vous que ...

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner

Vu dans la presse...

1881

Le plan d'assainissement du quartier Maison-Blanche

Il existe dans le XIIIe arrondissement (quartier de la Maison-Blanche), un immense quadrilatère de plus de 60 hectares de superficie, qui laisse presque tout à désirer sous le rapport des communications et de la salubrité. (1881)

Lire

1877

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Les deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire

1863

Enquête publique sur les projets de voiries intéressant les 13e et 14 arrondissements

Une enquête est ouverte, pendant quinze jours consécutifs, à partir d'aujourd'hui, aux mairies des 13e et 14e arrondissements, sur divers projets de voirie intéressant cette partie annexe de la capitale. A l'appui des plans déposés, l'administration a joint une légende explicative, dont nous reproduisons les termes. (1863)

Lire

1866

Les nouvelles places de Paris

On s'occupe en ce moment de la régularisation et de la décoration de douze places principales, établies sur remplacement d'anciennes barrières supprimées. (1866)

Lire

1863

Travaux parisiens

Les anciens boulevards extérieurs de la rive gauche sont, depuis plusieurs mois, l'objet de travaux analogues à ceux qui ont été entrepris sur les boulevards de la rive droite. Ces travaux ont trait à la zone comprise entre le pont de Bercy et la place de l'ex-barrière d'Enfer. (1863)

Lire

1869

Le point sur les travaux de la place d'Italie

On entreprend en ce moment à la place d'Italie des travaux de voirie analogues à ceux de la place de l'Arc-de-l'Etoile et de la place du Trône. On établit un plateau circulaire avec huit boulevards, squares, maisons monumentales, si l'industrie toutefois veut se risquer à les édifier. (1869)

Lire

1871

Mille ans sous la terre

Dans un quartier de Paris, renommé par ses tanneries, ses peausseries, et surtout par la manufacture des Gobelins, hélas ! incendiée en partie, est un vaste terrain, où s'élevait jadis une église dédiée à saint Martin, au faubourg Saint-Marcel. (1871)

Lire

1868

Les chasseurs de cabots

Un jour, j'entre au marché... aux chiens, situé sur le boulevard de l'Hôpital. Il y avait environ cent-cinquante ou deux cents de ces intéressants animaux les uns aboyaient, les autres jappaient, quelques-uns mêmes gémissaient. (1868)

Lire

1867

L’ouverture du chemin de fer de ceinture

Le terrain s'abaisse et la vue s'élargit ; voici le chemin de fer de Sceaux, puis la Glacière, Gentilly et en face une échappée de Paris, puis un coin tranquille, tout champêtre, presque silencieux, où coule la Bièvre, cette rivière parisienne ignorée. (1867)

Lire

1903

Les eaux thermales de la Butte-aux-Cailles

Nous avons pu rencontrer ce matin le sympathique conseiller municipal du treizième arrondissement, M. Henri Rousselle, sur l'initiative de qui les travaux avaient été poursuivis et qui, tout heureux du résultat obtenu, nous a donné sur le puits artésien de la Butte-aux-Cailles les renseignements suivants... (1903)

Lire

1905

Le dispensaire Emile-Loubet

Le quartier de la Gare était en fête hier, et la population de travailleurs qui l'habite a chaleureusement manifesté au Président de la République les sentiments de gratitude qu'elle nourrit à son égard pour la nouvelle preuve de sollicitude qu'il vient de lui donner en faisant édifier l'établissement philanthropique qui portera désormais son nom. (1905)

Lire

1923

Trois îlots à détruire d'urgence

Avant que d'être un égout, la Bièvre, semblable en cela à tant d'autres cours d'eau avait eu ses caprices, et avait formé, entre ce qui est maintenant le boulevard Arago et l'avenue des Gobelins, un îlot coquet, au milieu duquel poussait, au hasard des apports du vent, une flore des plus variées. (1923)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme