Dans la presse...

 Le parc de Montsouris - La Gazette de France — 10 octobre 1864

Le parc de Montsouris

La Gazette de France — 10 octobre 1864

Incessamment le nouveau Paris aura à ses quatre extrémités quatre promenades splendides. On sait quelles transformations ont subi et subissent encore les bois de Boulogne et de Vincennes, à l’ouest et à l’Est de Paris. Au nord, un parc de 25 hectares, en voie d’exécution, fera des pentes désolées des buttes Chaumont un des plus beaux ornements de la capitale. Et voici qu’au sud, l’administration se propose d’établir un nouveau jardin de la contenance de 16 hectares. L’enquête relative à ce projet vient d’avoir lieu.

Le nouveau square serait établi sur le plateau dit de Montsouris, situé dans le 14e arrondissement, sur la bordure du 13e. Ce plateau domine, d’un côté, la belle vallée de la Bièvre, et de l’autre, une grande partie de la capitale.

Charles Marville - le parc Montsouris vers 1870 (détail)

Il serait, dit la légende, isolé sur les quatre faces par des voies publiques. Au Sud, la rue Militaire (aujourd’hui boulevard Jourdan), élargie à 40 mètres, le borderait dans toute sa longueur. Au Nord, les habitants des 13e et 14e arrondissements y pourraient facilement accéder par la voie projetée en prolongement de l'ancienne rue du Transit, entre le carrefour des Quatre Chemins, sur la route d'Orléans, et le point de bifurcation des routes d’Ivry et de Choisy.

A l’Est et à l’Ouest, on ouvrirait deux rues, de 12 mètres de largeur.

La première de ces voies, partant du carrefour formé par la rencontre des rues de la Santé, de la Glacière et du prolongement de la rue du Transit, aboutirait à l’angle nord-est de la rue projetée.

La deuxième, partant de la porte d'Enfer, dans le prolongement du boulevard de ce nom, aboutirait à l’angle nord-ouest du jardin.

Outre ces quatre promenades publiques, facilement accessibles aux populations de Passy, des Ternes, de Bercy, Saint-Mandé, Montmartre, la Villette, Montrouge, d’autres squares publics, mais plus particulièrement à l’usage des habitants des divers quartiers ont été déjà établis, ou sont en voie de construction, à Batignolles, Montmartre, Belleville, Charonne, Montrouge, Vaugirard et Grenelle.


A lire également

La promenade-square de la vallée de la Bièvre - Le Petit-Journal, 22 juin 1864



L'aménagement du XIIIe

Les années 1860 : projets pour les zones annexées et premiers travaux

Le cadre général

Les projets de voirie

Le chemin de fer de ceinture

Les années 1870-80

Quartier de la Salpêtrière

Quartier de la Maison-Blanche

Les années 1890

Les années 1900-1920

Dans la presse...


Le monde de la hotte

Elles disparaissent peu à peu les pittoresques et grouillantes cités de chiffonniers, ces capharnaüms parisiens où viennent s'entasser pêlemêle les déchets et les rebuts de la grande ville... (1898)

Lire la suite


L’impresario des mendiants

Dans le quartier de la Butte-aux-Cailles s'est installé un impresario qui cultive une spécialité plus que bizarre. Il a centralisé là toutes les monstruosités capables d'attendrir le passant. (1872)

...


Les derniers mohicans de Paris : Avec les Algériens du boulevard de la Gare

Sous la ligne aérienne du métro dont la longue perspective s'étend à l'infini, le boulevard de la Gare monte doucement vers la place d'Italie. À droite et à gauche, des maisons basses s'alignent, coupées par de petites rues pavées, à l'angle desquelles sont nichés de ridicules et ternes jardinets. Çà et là un immeuble neuf qui usurpe des allures de building, un magasin dont l'étalage déborde le trottoir, des bars, des hôtels, des restaurants, puis encore, sur la gauche, le cube uniforme et sans fantaisie de la raffinerie Say. (1928)

...


La mystérieuse petite ceinture : De Vincennes aux Batignolles en faisant le grand tour

Entre Belleville et la Seine, c'est la zone des sifflets désespérés. Si les « Circulaires » qui vont leur petit bonhomme de route ne s’inquiètent guère du parcours à horaires fixes, les autres trains, messageries, rapides et autres, ont sans cesse besoin de demander leur route aux distributeurs de voie libre.
Cris brefs qui courent tout au long de cette frontière illusoire de Paris, cris impatients de ceux qui ne peuvent attendre ou qui s’étonnent des disques et des feux rouges. (1930)

...


Le métro sur la rive gauche

La nouvelle-section du Métropolitain, allant de Passy à la place d'Italie (ligne Circulaire-Sud), dont nous avons donné, il y a quelques jours, une description détaillée, a été ouverte, hier après-midi, au service public. Pendant toute la durée de l'après-midi, les voyageurs et les curieux se sont, pressés dans les diverses gares du parcours... (1906)

...

Saviez-vous que... ?

Le 9 juin 1977, une jeune fille, tout en larmes, déclarait, à huit heures du soir, qu'un enfant venait de tomber dans un puits à découvert, sur un terrain entouré de planches, appartenant à la Ville, et situé rue de Patay et de Tolbiac.
Immédiatement, on prévint les sapeurs-pompiers du poste de la rue du Château-des-Rentiers. Sans perdre un instant, ceux-ci se rendirent au puits fatal. Le caporal y descendit, et en revient avec deux chiens vivants.

*
*     *

Dès les années 1880, l'envoûtement de la Bièvre pour des raisons sanitaires était à l'ordre du jour mais on reculait car cela signifait la mise à mort de toutes les industries qui utilisaient l'eau de la Bièvre et faisaient vivre le quartier Saint-Marcel.

*
*     *

Henri Victor Yendt, commissaire de police de la ville de Paris, chargé des quartiers de la Salpêtrière et Croulebarbe, officier de Police Judiciaire, prit ses fonctions en 1897.

*
*     *

Dans son numéro du 19 mars 1872, le Petit Journal signalait à ses lecteurs la vaillante conduite d'une jeune fille-de douze ans, l'aînée de six enfants, dont la mère, demeurant rue Buot, 17, quartier de la Butte aux Cailles (13° arrondissement) était malade à ce moment.
Levée à trois heures du matin, elle allait travailler dehors et gagnait 1 fr. 50 c., pour nourrir toute la famille ; en rentrant de son ouvrage, elle soignait ses frères et sœurs comme l’aurait fait la meilleure des mères.

L'image du jour

Je carrefour de l'avenue des Gobelins avec le boulevard Arago et la station d'autobus.