Dans le passage Moret où règne la misère - 1927

La Ville « assainit » et expulse

Dans le passage Moret où règne la misère

L’Humanité — 17 janvier 1927

Que l'on démolisse les taudis, nids à tuberculose qui pullulent dans la « Ville-Lumière », nous n'y trouverons rien redire, au contraire ! Mais que sous prétexte d'assainissement, comme cela s'est produit passage Moret, on expulse, en 21 jours, au profit d'un garage, des malheureux que l’on a finalement « logés » dans des taudis sans nom, c'est un véritable scandale !

Dessin paru dans l'Humanité le 17 janvier 1927

D'autant plus qu'on ne manque pas à ce point de logements convenables dans les offices municipaux et qu'on avait eu l'intention, en refusant un toit à une famille entière, de se venger sur trois innocents du « crime » de leur mère non mariée légalement.

Mais la Ville de Paris ne semble pas vouloir s'arrêter en si beau chemin !

La maison évacuée et en partie déjà démolie au numéro 11 dudit passage était étayée contre la maison voisine du numéro 9. L'étayage disparaissant la Ville pense que la solidité de l'immeuble restant en sera assez compromise pour fournir le prétexte d'une nouvelle expulsion.

Et le conseiller du quartier, le très socialiste Deslandres, encore une fois laissera faire.

Les nouveaux locataires menacés, par contre, eux, se défendront.


A lire également

Trois ilots à détruire d'urgence (1923)

Une nouvelle Cour des Miracles (1925)

Les habitants du passage Moret vont être « clos et couverts » (1925)

L'immeuble du 9 passage Moret vendu à ses locataires (1926)

L'expulsion des locataires du 11 passage Moret (1926-1927)

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme