Dans la presse...

 Le Nouvel Hôpital de la Pitié -1908

Le Nouvel Hôpital de la Pitié

Le Parisien — 19 janvier 1908

Edifié non loin du marché aux chevaux, cet établissement modèle pourra recevoir 850 malades. — Quelques souvenirs sur l’ancien hôpital de la rue Lacépède.

À maintes reprises, l’opinion publique s'est élevée, parfois avec véhémence, contre l’insuffisance des hôpitaux de Paris, insuffisance notoire tant au point de vue du nombre de fils disponibles qu’à celui de l’installation des services, si peu en conformité avec le nouveau programme élaboré par le conseil d’hygiène.

C’est pourquoi il fut convenu que, sur les fonds de l’emprunt départemental, 45 millions seraient affectés aux grands travaux de l’Assistance publique : reconstruction des hôpitaux ou amélioration des établissements susceptibles d’être aménagés avec tout le confort moderne et les plus strictes prescriptions d'hygiène.

Il fut même décidé que les hôpitaux qui se trouveraient ainsi désaffectée seraient totalement démolis et les terrains mis en vente. Les sommes réalisées de ce chef serviraient également à l'amélioration des services de l’Assistance publique, personnel et matériel.

L’administration de l'avenue Victoria, complètement d'accord avec le conseil municipal, résolut de ne plus recourir aux demi-mesures, et elle décida la reconstruction de l’hôpital de la Pitié sur un terrain voisin du marché aux chevaux et connu sous le nom de « Marais », parce qu'il servit à la culture des légumes frais.

Un établissement modèle

Edifié sur les plans dont nous parlons, le nouvel hôpital de la Pitié sera prochainement inauguré.

Il comprend quatre groupes de constructions, séparés par des avenues spacieuses, plantées d'arbres qui, l'été prochain, répandront autour d’eux une ombre bienfaisante.

Chacun de ces groupes, symétriquement alignés, se compose de deux pavillons de deux étages, qui pourront recevoir au moins 850 malades. Le premier sera affecté aux services médicaux et contiendra 420 lits ; l'autre sera plus spécialement aménagé pour les services chirurgicaux et comprendra 2S0 lits. Il y aura, en outre. 92 lits pour les accouchements et 154 berceaux.

Les consultations seront données dans des pavillons isolés, où les hommes et les femmes seront admis séparément.

Trois portes, s'ouvrant boulevard de l’Hôpital, rue Priant et rue Jenner, donneront accès dans cet établissement modèle, dont la construction a coûté près de huit millions.

Quant au vieil hôpital de la rue Lacépède, bientôt il n’en restera plus rien, car il est voué à une démolition prochaine.

L'ancien hôpital de la Pitié, rue Lacépède (5e arrondissement)

Depuis longtemps il était insuffisant, d'ailleurs, en raison de la réaffectation de certaines salles complètement délabrées.

La Pitié avait été réédifiée dans sa plus grande partie, de 1792 à 1802, par l'architecte Viel, et des bâtiments construits lors de la fondation de l'hôpital de Notre-Dame de la Pitié, en 1612, il ne reste plus qu’un corps de logis au toit élevé, formant pignon sur La rue Lacépède et contigu à l'entrée principale.

Avant que disparaisse l’antique édifice, qui a vu passer dans ses salles toutes les célébrités médicales et chirurgicales des deux derniers siècles, disons en quelques lignes quelle fut son existence. Nous saisirons cette occasion pour rappeler à la commission du Vieux-Paris que la vieille chapelle renferme des vitraux remarquables et plusieurs objets d’art dignes de figurer en bonne place au musée Carnavalet, où ils contribueraient à la documentation de l'histoire de Paris.

Coup d’œil en arrière

Des lettres patentes de Louis XIII, en date du 28 mai 1612, ordonnèrent qu’à l'avenir les mendiants fussent enfermés dans des établissements pour y travailler. Des terrains furent achetés dans le faubourg Saint-Victor, entre autres le Jeu de paume et le jardin y attenant, sur l'emplacement desquels fut construit l’hôpital, qui prit alors le nom d'hôpital Notre-Dame-de-la-Pitié.

L'ancien hôpital de la Pitié juste avant sa démolition (1912) - Photo H. Godefroy
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Quelques années plus tard, on aménagea quatre grandes maisons où furent reçus les vieillards sans ressources et les vagabonds.

Puis on n’y admit plus que des fillettes et des jeunes garçons, quelques infirmes et, enfin, dans un lieu séparé qu’on nomma « Bon Secours », des femmes et des filles de vertu facile que l’on tentait de ramener dans la bonne voie.

Les enfants de l'un ou l'autre sexe placés à la Pitié : orphelins, enfants abandonnés, enfants surpris en flagrant délit de mendicité et non réclamés par leurs parents, y recevaient l'enseignement élémentaire et y apprenaient un état ; ils fabriquaient des draps pour l'habillement des malades des hôpitaux et même pour la troupe.

Par l’édit du 27 avril 1656, Louis XIV créa un hôpital général destiné au renfermement des pauvres et comprenant, outre la Pitié, la Salpêtrière, la maison du Refuge, la maison de la Savonnerie, quai de Chaillot, le château de Bicêtre et la maison Scipion-Sardini. C'est à la Pitié, qui devint le chef-lieu de l'hôpital général, que se réunissaient les administrateurs.

La maison fut primitivement affectée aux jeunes filles pauvres, admises depuis l’âge de quatre ans jusqu'à l'âge de seize et dix-huit ans ; elles recevaient, suivant leur âge, un enseignement utile et pratique devant leur servir plus tard à gagner leur vie. Cet endroit se nommait la Grande-Pitié.

À la Petite-Pitié

À la Petite-Pitié, complètement séparée de la première, on recevait et on instruisait une centaine de garçons de douze à treize ans. Un s'occupait de placer tous ces enfants, et à certain moment, on envoya même quelques-unes des jeunes filles dans les colonies où elles furent convenablement mariées. À la fin du dix-huitième siècle, il n'y eut plus à la Pitié que des jeunes garçons qui, après leur première communion, ne quittaient la maison que pour être placés en apprentissage.

Sous la Révolution, l’établissement fut dénommé « Hôpital des Orphelins du faubourg Saint-Victor » ; plus tard, il fut appelé « Maison de la Patrie » puis « Hospice des Orphelins ». En 1790, quand La Rochefoucauld-Liancourt visita cette maison, elle renfermait 1,396 enfants.

En 1809, l’hospice devint une annexe de l’Hôtel-Dieu, démoli partiellement, et les enfants de la Pitié furent envoyés dans le faubourg Saint-Antoine, à l’hôpital Sainte-Marguerite, plus tard hôpital Trousseau.

Quelques armées après, en 1813, un administrateur indépendant de l’Hôtel-Dieu fut désigné pour diriger cet établissement ; puis, trois années plus tard, des services distincts de médecine et de chirurgie y furent installés. En 1880, la Pitié fut confiée à un personnel laïque et, en même temps, on y ouvrit la première école d’infirmières.

Tel est, brièvement contée, l’histoire du vieil hôpital qui ne sera bientôt plus qu’un souvenir.



Dans la presse...


Des nouvelle du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Nous avons déjà entretenu nos lecteurs des travaux du puits artésien qu'on est en train de creuser sur la butte aux Cailles dans le XIIIe arrondissement.
Ce puits étant arrivé à la première nappe d’eau, on vient d’y descendre une puissante cuve en fer du poids de 6 000 kilogrammes, destinée à maintenir cette nappe dans sa position souterraine... (1864)

Lire la suite


Les travaux du chemin de fer de Ceinture : du pont Napoléon au tunnel de Montsouris

Les travaux du chemin de fer de Ceinture, toujours conduits avec la même activité, sont terminés sur une grande partie, du parcours, en ce qui concerne les terrassements et les ouvrages d'art ; aussi a-t-on, déjà commencé le ballastage, la pose des voies et l'édification des bâtiments de stations. (1866)

...


Le viaduc de la Bièvre

On continue à s'occuper très sérieusement du tracé du chemin de fer de ceinture sur la rive gauche ; les études du pont à jeter sur la Seine et celles du viaduc dans la vallée de la Bièvre sont maintenant terminées. (1861)

...


Une nouvelle Cour des Miracles

Vous ne connaissez pas le passage Moret, cela n'est pas surprenant, car, sauf ses malheureux habitants, leur conseiller municipal qui se débat comme un diable pour les secourir, chacun à l'envi les oublie. Chaque fois que les représentants de l'administration se souviennent de ce restant de l'Ile des Singes, c'est pour lui causer un dommage nouveau. (1925)

...


Les habitants du passage Moret vont être « clos et couverts »

Les pauvres et déplorables locataires de la ville de Paris, dans son domaine de l'Ile des Singes, partie dénommée sur la nomenclature le Passage Moret, vont apprendre avec joie que l'inondation de leurs taudis, par en haut, va cesser à bref délai. (1925)

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Lorsque fut conçu le projet de doter le quartier Maison Blanche d'une nouvelle église, il était prévu que celle-ci s'appela Saint-Marcel de la Maison-Blanche. Ce fut Sainte-Anne qui l'emporta.

*
*     *

C'est le 10 juillet 1899 que le Conseil municipal de Paris décida de donner le nom d'Abel Hovelacque à la rue de Gentilly.

*
*     *

C'est en 1868 que la rue de la Barrière-des-Gobelins prit la dénomination de rue Fagon, premier médecin de Louis XIV, directeur du Jardin-du-Roi, mort en 1718.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦