entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le marché aux chevaux du boulevard de l'Hôpital s'y installa le 1er avril 1878 revenant ainsi à son emplacement initial où il avait été installé une première fois au XVIIè siècle.


Gustave Geffroy, administrateur de la manufacture nationale des Gobelins, était aussi l'un des dix membres fondateurs de l'Académie Goncourt.


C’est le 12 juillet 1926 à 11h45, devant le 2 boulevard de la Gare, aujourd’hui boulevard Vincent Auriol, que fut inaugurée la première fontaine pour chiens et chevaux de la capitale.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Drame de la jalousie - 1895

Drame de la jalousie

Le Gaulois — 22 octobre 1895

Jeanne Jennart, une jeune couturière demeurant rue Rubens, entretenait des relations avec un jeune sculpteur qui la délaissait ces jours-ci pour une nommée Henriette Ritter, demeurant rue des Chamaillards.

La jeune fille conçut un grand chagrin de cet abandon et jura de se venger de sa rivale. Sachant qu'elle la rencontrerait dans un bal de l'avenue de Choisy elle s'y rendait hier soir et, après avoir vidé un saladier de vin chaud pour se donner du cœur, elle plantait un couteau entre les épaules d'Henriette Ritter Celle-ci, grièvement blessée, a été transportée à la Pitié. La meurtrière a été arrêtée.


 Une journée sanglante - 1895

Une journée sanglante.

Le Matin 25 mars 1895

C’est ainsi qu’on pourrait nommer la journée d’hier, au cours de laquelle il n’a été question que de coups de revolver et de coups de couteau.

Un sujet belge, Mime, se trouvant en état d’ivresse, cherche noise, rue de la Butte-aux-Cailles, à un sieur Beaucheron. Les agents Rostan et Carpentier interviennent. Mime décharge un- revolver sur le groupe et blesse Beaucheron au-bras gauche.

Le meurtrier qui s’enfuyait a pu être arrêté.


 Une tournée apostolique à la Maison-Blanche - 1891

Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

La Croix — 26 avril 1891

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère.

— Marche pas toujours, l'ouvrage !

Et il y a là, bien des petites gens que le terme embarrasse et pour qui, quatre fois par an, le 8 du mois est un vrai quart d'heure de Rabelais.

Cela se trouve là-bas là-bas, derrière la montée des Gobelins.

Le clocher de la chapelle Bréa située 76 avenue d'Italie vu depuis la rue de la Providence. Extrait d'une photographie de Charles Marville de 1875.

Sur une grande et large avenue, vous apercevez à peine, entre deux toits plus haut que lui, le clocheton de la petite chapelle Bréa.

Pas grande, la chapelle Bréa ! Et à la première Communion et aux fêtes, il doit rester plus de monde à la porte qu'il n'en entre dans l'église.

Car c'est là toute l'église paroissiale de cette immense fourmilière de 40 000 travailleurs.

Vous croyez que le Conseil municipal s'en émeut ?

Ah ! bien oui ! Ne vaut-il pas mieux, avec l'argent des contribuables, se payer de petits voyages d'inspection en Algérie ou ailleurs, avec de modestes dîners à 30 francs par tête ?

C'est plus fin de siècle que de bâtir une église absolument nécessaire.

Et ne vous y trompez pas, cette petite paroisse-là est une vaillante. Et il y a là de fameux lapins, comme ce Paulin Enfert, qui a su réunir avec le concours d'un homme du monde plein de cœur, et de plusieurs étudiants, plus de 400 enfants des écoles laïques dans un vaste patronage.

Sur l'avenue de Choisy, l'abbé Garnier a pu serrer la main de l'excellent et sympathique directeur de l'école paroissiale, le Frère Abel-Joseph, si populaire que les jeunes gens se sont opposés à un déplacement honorable pour lui.

Il a pu constater, rue Vandrezanne et à la Glacière l'existence de deux florissants patronages de jeunes filles des écoles laïques.

Et je suis sûr que sa parole ardente a trouvé un écho dans le cœur des courageuses Filles de la Charité, qui sont la providence du quartier.

Ah ! il n'y a que l'Église, voyez-vous, pour faire du bon socialisme et du pratique ! La vénérable supérieure, dont on faisait naguère les noces d'or, et qui paraît toute disposée à célébrer bientôt ses noces de diamant, a successivement établi autour d'elle, dans une véritable cité des pauvres une grande école, un patronage, deux ouvroirs, un orphelinat, une pharmacie, un asile enfantin, une crèche (une des plus belles de Paris), enfin, un asile de vieillards.

Sans compter le fourneau économique, où vous pourrez, si vous voulez m'en croire, faire un jour une intéressante causerie, sur la misère du quartier, avec la bonne vieille Sœur Marthe, une fine mouche, comme on dit autour d'elle, et la providence des pauvres, qu'elle sert lit depuis plus de 30 ans.

Mais surtout, il y a là-bas, dans le clergé, un groupe d'hommes énergiques et dévoués, qui n'a jamais craint la fatigue, dont l'action ardente et soutenue a fait la paroisse ce qu'elle est, une des premières de Paris pour l'organisation des œuvres. Pour cela, il a fallu peiner dur et mordre Terme au gâteau de Maison-Blanche, selon l'expression humoristique d'un vieux vicaire.

Il faut vous dire que M. le curé n'a pas les jambes engourdies, ni la bouche close, et qu'il dirige sa petite armée avec une admirable vaillance.

Ah ! messieurs les francs-maçons, d'ici que vous ayez à votre service des gens de cœur comme ceux-là, il aura passé de l'eau sous le Pont-Neuf.

Salut donc à nos amis de là-bas surtout à notre Comité d'action sociale et à nos lecteurs. Mais qu'on ne s'endorme pas.

Il faut qu'à Maison-Blanche et ailleurs, tout ce qu'il y a d'ouvriers chrétiens et qui ont du cœur, s'unissent et s'organisent pour faire face au danger social qui nous menace.

Place aux vaillants ! aux intrépides! que les jeunes rivalisent de courage avec les anciens.

C'est en lisant chaque jour le journal catholique populaire, c'est en en propageant la lecture, que l'on assurera, que l'on décuplera pour l'avenir les succès obtenus.

Et nous ne doutons pas qu'une intelligente et active propagande du journal La Croix, ne soit un des meilleurs fruits de la chaude parole de l'abbé Garnier.

Le Promeneur.

L'immeuble au pied duquel est établie la pharmacie du carrefour Tolbiac existe déjà sur le cliché 1875 ci-dessus.

A lire également

La chapelle Bréa

Sur l'abbé Théodore Garnier

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Étrange fait divers - 1890

Un fait assez étrange s'est passé, dans le courant de l'avant-dernière nuit, au quartier de la Glacière.

Lire

Le drame de la rue Mouffetard - 1875

On a eu beau abattre des maisons, renverser des quartiers, percer des boulevards, faire apparaître le soleil et la lumière dans des parties de Paris que jamais ils n'avaient visitées, on n'a pu détruire absolument le dernier asile vers lequel se réfugie, le soir venu, une population douteuse.

Lire

Un ménage devenu la terreur des environs - 1875

Rue du Moulin-des-Prés, non loin de la Bièvre, à l'angle du chemin qui conduit à la Glacière, habitait depuis longtemps un ménage qui était devenu la terreur des environs.

Lire

Mauvaise surprise - 1875

Une dame Jacquinot, demeurant rue de Pantin à Aubervilliers, était venue hier soir, vers cinq heures et demie, voir sa mère, la dame Roux, qui habite rue Vandrezanne, 33.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

M. Félix Faure à l’École Estienne

Les « écoles laïques » ont fait une armée de ratés, qui fatalement deviendra une armée de révolutionnaires. Les écoles professionnelles forment des ouvriers distingués, des artistes spéciaux qui sont placés avant d'avoir terminé leur apprentissage et qu'attend un avenir non moins heureux que paisible.
C'est donc avec joie que nous avons vu hier le chef de l'État honorer de sa présence l'inauguration de l'école Estienne. (1896)

Lire


Inauguration d'habitations à bon marché dans le XIIIè arrondissement

L'Office public des habitations de la Ville de Paris a entrepris, il y a quelques années, la construction de plusieurs groupes d'habitations à bon marché dans divers quartiers populeux de la capitale.
L'un de ces groupés, sis dans le XIIIè arrondissement et dont la construction a été commencée en 1930, vient d'être terminé. (1933)

Lire


M. Albert Lebrun inaugure le monument élevé « à la gloire des mères françaises »

Cet après-midi, à 15 heures, a eu lieu, boulevard Kellermann, près de la porte d'Italie, l'inauguration du monument érigé à la gloire des mères françaises. La cérémonie s'est déroulée en présence du président de la République et de Mme Albert Lebrun, et de hautes personnalités. (1938)

Lire


La statue du docteur Pinel

On va prochainement ériger sur la place de la Salpêtrière la statue en bronze du docteur Pinel. (1883)

Lire


Inauguration de l'hôpital école de la Croix-Rouge

La Société de la Croix-Rouge française a inauguré, hier après-midi, l'hôpital-école qu'elle a fait édifier, rue des Peupliers, dans le treizième arrondissement. (1908)

Lire


M. Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Küss

Le Docteur Steeg, maire de Berlin, ou plus exactement, président de l'administration municipale de la capitale du Reich est, depuis quelques jours, on le sait, l'hôte de Paris. (1941)

Lire


M. Félix Faure dans le 13è

Le pont de Tolbiac est dans le treizième arrondissement, c'est-à-dire dans une région de Paris où jamais, en aucun temps, chef d'État n'a mis le pied. (1895)

Lire


Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers. Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte. (1867)

Lire


La nouvelle place d'Italie en haut de la rue Mouffetard.

Entre l'église Saint-Médard et la place d'Italie, la vieille et étroite rue Mouffetard se transforme à vue d'œil en une belle avenue de 40 mètres de largeur. (1868)

Lire


La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

Lire


Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

Lire


Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

Lire


Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

Lire


Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte