Dans la presse...

 Le point sur les travaux dans le 13e arrondissement - mars 1864

Le point sur les travaux dans le 13e arrondissement

Le Siècle — 10 mars 1864

La transformation des anciens boulevards extérieurs, commencée l'année dernière sur la rive gauche, entre le quai de la gare et la place de l'ex-barrière d'Enfer, a été entreprise par les deux extrémités en même temps ; ces travaux sont terminés d'un côté jusqu'à proximité de la place d'Italie, et de l’autre jusqu'au boulevard d'Ivry, qu'on va transformer à son tour.

Derrière la place d'Italie, on poursuit le forage du puits artésien de la Butte-aux-Cailles, dont une partie des eaux est destinée, ainsi que celles des étangs de Versailles, à grossir la Bièvre, afin de l'assainir ; on réalisera de la sorte un projet qui fut présenté à la préfecture de la Seine il y a quelque vingt ans.

Des travaux d'un autre ordre sont aussi sur le point d'être commencés dans la partie sud-est de cet arrondissement ; on va entreprendre au mois d'avril la fraction du chemin de ceinture (rive gauche) comprise entre le pont Napoléon et la rue du Bel-Air, soit près de trois kilomètres. Cette section du parcours précède immédiatement le grand viaduc qui franchira les bas-fonds de la Glacière.

De quelque importance que soit pour les habitants du treizième arrondissement l'achèvement de la ligne de ceinture, ce n'est pas précisément là ce qu'ils attendent avec le plus d'impatience : l'objet de tous leurs désirs, ce qu'ils appellent de tous leurs vœux, c'est l'exécution du boulevard de transit, c'est surtout la mise en état de viabilité de toutes les voies qui en ont besoin, et certes on ne peut pas les accuser de trop d'exigence.

Espérons que la campagne qui commence ne se passera pas sans qu'on ait au moins remédié au plus pressé, c'est-à-dire paver des rues qui en ont tant besoin.

Près de la porte d'Italie, à l'extrémité de l'avenue de Fontainebleau, on termine une des quatre casernes destinées au logement des employés de l'octroi. Les trois autres, qui sont également sur le point d'être achevées, sont situées près de la porte de Ménilmontant, dans le vingtième arrondissement ; près de la porte de Clignancourt, dans le dix-huitième, et près de la porte d'Auteuil, dans le seizième arrondissement.



L'aménagement du XIIIe

Les années 1860 : projets pour les zones annexées et premiers travaux

Le cadre général

Les projets de voirie

Le chemin de fer de ceinture

Les années 1870-80

Quartier de la Salpêtrière

Quartier de la Maison-Blanche

Les années 1900-1920

Vu dans la presse...

Une masure s'effondre au « Camp marocain »

À deux pas de la porte d'Italie, dans un grand espace situé rue Bobillot, se trouve une succession de masures misérables qui furent habitées, il y a une vingtaine d'années, par des nomades africains, prompts à jouer du couteau. (1910)

Lire

Les quartiers pauvres

Les quartiers pauvres et populeux de Paris sont négligés ou dédaignés par l'administration, tandis que les quartiers élégants sont « embellis » à grands frais.
Cette iniquité, à laquelle personne ne songe, et dont beaucoup de citoyens ont malheureusement à souffrir, a fini par provoquer les plaintes légitimes des habitants du 13e arrondissement, c'est-à-dire du coin abandonné qui comprend la route d'Italie, les Gobelins, la Bièvre et la Butte-aux Cailles. (1869)

Lire

La catastrophe de la Cité Doré

La cité Doré, entre le boulevard de l'Hôpital et la rue Jeanne-d'Arc, refuge misérable des biffins les plus pauvres, était jusqu'à présent un coin pittoresque de reportage.
C'est maintenant le lieu d’une catastrophe douloureuse qui compte cinq morts, qui aurait pu tuer plus de personnes encore, si, par un malheureux hasard elle s'était produite, une heure plus tôt. (1925)

Lire

La cité des Kroumirs

II y a un an, les Kroumirs étalent absolument inconnus en France ; aujourd’hui, comme les Cosaques et les Bédouins, ils ont pris place dans le vocabulaire populaire. Kroumir est passé expression de mépris. La cité des Kroumirs n’est donc pas bien vielle, et son aspect n’a rien qui puisse exciter l’envie. (1882)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

C'est en 1888 que le conseil municipal de Paris décida que la rue située entre la place de Rungis et la place du Nouveau Puits-Artésien, de la Butte-aux-Cailles, prendrait le nom de rue du sergent Bobillot.

*
*     *

C'est en juillet 1905 que le nom de Paul Verlaine (1844-1896) fut donné à la place du puits artsésien dans le 13e arrondissement.

*
*     *

Le point culminant du sol naturel du 13e arrondissement dépasse légèrement les 63 mètres. Il est situé au milieu de la rue Vandrezanne. Le point le plus bas est sur les quais de Seine à proximité du pont National. Si l'on prend en compte les espaces situés au delà du périphérique, le point culminant serait situé avenue de la porte de Gentilly en lisièse de cette commune. Les prés submersibles de la Glacière étaient à une côte moyenne de 35,80 mètres.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac dans les années 30