Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Les travaux dans le treizième arrondissement: élargissement de la rue Mouffetard (1867)

Les travaux dans le treizième arrondissement: élargissement de la rue Mouffetard

Ch. Marville : la rue Mouffetard (future avenue des Gobelins) vue depuis la rue de Gentilly (Abel Hovelacque) vers 1867 (détail)
Le Siècle — 24 septembre 1867

Les travaux entrepris dans le treizième arrondissement, pour élargir la rue Mouffetard et pour en abaisser le niveau, doivent amener de grandes modifications dans les bâtiments des Gobelins, et diminuer de beaucoup la déclivité du sol de sa première cour.

Ce nom de Gobelins, attaché à notre manufacture impériale de tapis, a été illustré par le travail, et celte illustration remonte à la première moitié du quinzième siècle.

Ce fut vers 1447 que les frères Gobelins, teinturiers de Reims, vinrent s'établir au bourg de Saint-Marcel, près Paris, et y fondèrent, sur les bords de la Bièvre, une teinturerie dont la spécialité était cette teinture écarlate qui avait valu à la ville de Reims une réputation séculaire. En effet, Christine de Pisan rapporte que, parmi les présents offerts par le roi Charles V à l'envoyé du Soudan d'Égypte, se trouvaient des toiles de Rains, escarlates. C'est donc à tort qu'on attribue généralement au Hollandais Gluck l'introduction de cette couleur- en France.

Une fois établis au bord de la Bièvre, les deux frères Gobelins firent de très brillantes affaires, ils joignirent ; à leur usine une maison de plaisance qu'on appela la folie Gobelins, et pendant plus d'un siècle leurs descendants continuèrent à teindre pour le public.

Le journal d'un bourgeois de Paris sous François Ier donne à propos de cette teinturerie les détails d'un accident, véritable fait divers du seizième siècle.

« En 1522, dit-il, la veille du dimanche de la Passion, un compaignon tonnelier, negveu de la veufve Aubert, durant son vivant maistre bonnetier, demeurant devant l'orloge du palais à Paris, luy estant allé en la maison des Gobelins, teincturiers à Saint-Marceau, savoir si les bonnets de sa dite tante estent teincts, l'un des serviteurs le pria de luy aider à jeter du son dedans l’une des chauldières, qui estoient toute pleine de teincture et de draps à bonnets. Il chut (tomba) dedans la dite chauldière parce que le pied lui faillit, dont on ne le put tirer oneques (jamais) sitôt, qu'il ne fût tout bouilly, tant par dedans le corps que par dehors, et vécut douze heures encore, qui fût grande pitié. Et estoit d'asge environ vingt ans. »

Après avoir prospéré pendant plusieurs générations, et avoir acquis une fortune très considérable, les descendants des Gobelins quittèrent l'industrie. Plus tard, le dernier de cette race, Antoine Gobelin, après avoir acheté le marquisat de Brinvilliers, épousa Marguerite d'Aubray, par ses crimes, sut rendre illustre le nouveau nom de son mari, et fut brûlée en place de Grève, le 16 juillet 1676.

Aux Gobelins, succédèrent à la teinturerie du bourg de Saint-Marcel, les Canaye, qui, à l'art de la teinture, ajoutèrent celui des tapisseries ; enfin, vers 1655, vint le Hollandais Gluck, dont les produits, par leur beauté, frappèrent Colbert et Louis XIV. Alors son établissement fut acheté par le gouvernement, qui y fonda la manufacture royale des meubles de la couronne.

Cette manufacture, sorte d'écola des arts et métiers, eut non seulement des ateliers de tapis, mais aussi de menuiserie en ébène (ébénisterie), d'orfèvrerie, de sculpture, de gravure, une académie de dessin, etc. En 1700 on y comptait 800 ouvriers artistes, dont les principaux étaient logés dans l'hôtel.

Parmi ces derniers on remarquait, dans la seconde moitié du dix-huitième siècle, un célèbre mosaïste appelé Branquier, ce qui a fait croire à plusieurs écrivains que le nom de la rue du Petit-Banquier ouverte près de là, n'était qu'une corruption et dérivait de celui du mosaïste mais il n'en est rien car cette rue est indiquée sur les plans de c'est-à-dire près de vingt ans l'entrée de Branquier aux Gobelins.



Les futures grandes voies du XIIIe

Sur les futurs boulevards Saint-Marcel et Port-Royal :

Sur le futur boulevard Arago :

Sur la future avenue des Gobelins :

Sur les boulevards extérieurs

Sur la rue de Tolbiac (rue du Transit)

Sur le pont de Tolbiac sur la Seine



Dans la presse...


Le monde de la hotte

Elles disparaissent peu à peu les pittoresques et grouillantes cités de chiffonniers, ces capharnaüms parisiens où viennent s'entasser pêlemêle les déchets et les rebuts de la grande ville... (1898)

Lire la suite


Une Descente imprévue

Le ballon « Le Rêve » partait dans l'après-midi d'hier de l'usine à gaz de la Plaine-Saint-Denis, pour exécuter une ascension libre. Pris dans un courant circulaire, l'aérostat, plana longtemps sur Paris, sans pouvoir s'élever. Vers huit heures du soir il se trouvait à une faible hauteur au-dessus du quartier de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement... (1901)

...


La ligne métropolitaine n° 10 doit être prolongée jusqu'à Austerlitz

En parlant, l'autre jour, du projet de prolongement de la ligne métropolitaine n° 10, actuellement arrêtée à la station Jussieu, vers la gare d'Orléans, terminus envisagé, nous notions que les organisations consultées n'avaient opposé aucune objection à l'administration préfectorale.
Le Syndicat de défense des intérêts généraux du quartier de la Gare, cependant, nous prie de déclarer qu'il a protesté contre le parcours projeté dès qu'il en a eu connaissance. Le quartier de la Gare est le seul qui n'ait point le métro. (1932)

...


De la difficulté d’être le treizième arrondissement

Décidément, la ville de Paris n'aura pas de treizième arrondissement.
Hélas ! ce treizième arrondissement, il est partout, et on n'en veut nulle part. (1859)

...


L’impresario des mendiants

Dans le quartier de la Butte-aux-Cailles s'est installé un impresario qui cultive une spécialité plus que bizarre. Il a centralisé là toutes les monstruosités capables d'attendrir le passant. (1872)

...

Saviez-vous que... ?

Le 9 juin 1977, une jeune fille, tout en larmes, déclarait, à huit heures du soir, qu'un enfant venait de tomber dans un puits à découvert, sur un terrain entouré de planches, appartenant à la Ville, et situé rue de Patay et de Tolbiac.
Immédiatement, on prévint les sapeurs-pompiers du poste de la rue du Château-des-Rentiers. Sans perdre un instant, ceux-ci se rendirent au puits fatal. Le caporal y descendit, et en revient avec deux chiens vivants.

*
*     *

En 1863, le marché aux chevaux du boulebard de l'Hôpital se tenait le mercredi et le samedi de chaque semaine et le premier lundi de chaque mois.

*
*     *

Le monument élevé à la Gloire des mères françaises implanté sur le boulevard Kellermann à proximité de la porte d'Italie est dû au ciseau des sculpteurs Henri Bouchard et Alexandre Descatoire. Le jardin qui l'entoure a éré dessiné par l'architecte Paul Bigot. Ce monument a été inauguré le 23 octobre 1938 par le président de la République, M. Albert Lebrun. Le maréchal Pétain était présent à cette cérémonie.

*
*     *

En février 1885, un cantonnier nommé J... regagnait son domicile rue Damesme, numéro 2. Malheureusement il avait fait de si fréquentes stations chez les marchands de vins que le chemin lui semblait horriblement long, Aussi pour l'abréger, à un moment donné, ne trouva-t-il rien de mieux que d'essayer de franchir la Bièvre à pieds joints. La rivière n'est certes pas bien large, mais les jambes de l'ivrogne n'avaient pas un ressort suffisant et le malheureux tomba dans l'eau bourbeuse.
Quelques passants se portèrent à son secours, mais malgré d'activés recherches, on ne put le retirer qu'après, un quart d'heure, et tous les soins furent impuissants à le rappeler à la vie.

L'image du jour

Je carrefour de l'avenue des Gobelins avec le boulevard Arago et la station d'autobus.