Dans la presse...

 Le marché aux chevaux

Les Travaux de Paris

Le marché aux chevaux

Le Petit-Journal — 3 avril 1870

Depuis les démolitions et les nouvelles percées faites à travers le 13e arrondissement, le quartier des Gobelins, autrefois si populeux comprend de vastes parties désertes.

Une des causes de ce dépeuplement, est l'éloignement du marché aux chevaux, provisoirement transféré à la Halle aux fourrages du boulevard Montparnasse.

Ce marché, ouvert en face la Salpêtrière (sur l'emplacement de l'ancienne Folie-Eschalart), depuis plus de deux siècles, y avait attiré tout une série d'établissements spéciaux, auberges, fabriques de voitures et de harnais, ateliers de charronnage, de serrurerie, de menuiserie, dont la plupart ont été emportés par les expropriations.

Auguste Lançon - Le marché aux chevaux, daté de novembre 1870

Nous trouvons des lettres patentes de cette époque enregistrées au parlement et confirmant cet établissement.

« Vu le placet présenté au Roi, afin d'avoir permission et pouvoir de faire construire et restablir le mercredy de chacune septmaine un marché en l'un des fauxbourgs de cette ville de Paris, comme Saint-Jacques, Saint-Victor de Saint-Marceau, pour y vendre et exposer » chevaux et aultres bestiaux à pied fourché ;

« vu le renvoi à nous faict par sa Majesté,

« sommes d'avis, après avoir faict descente sur les lieux et au fauxbourg Saint-Victor à son bout près la Croix-de-Clamart, que le marché que prestend establir soit faict et construict audit lien et au bout dudit fauxbourg, prosche la Croix de-Clamart.

« Faict au bureau de la ville le 12e jour d'avril 1639. »

Cet établissement avait été concédé à la ville.de Paris par décret impérial du 30 janvier 1811.

Depuis son déplacement il avait été, fortement question de le réinstaller sur les vastes terrains circonscrits par les boulevards de l'Hôpital, Saint. Marcel, et la rue Duméril ancienne rue Maquignonne). Ce choix serait des plus heureux. Néanmoins, l'état provisoire subsiste toujours, et l'on n'entend plus parler de rien.

Quant aux habitants du quartier des Gobelins, ils ont adressé une pétition à la Préfecture pour demander la restitution de ce marché, dont ils regrettent de plus en plus l'éloignement.

 

L'aménagement du XIIIe

Les années 1860 : projets pour les zones annexées et premiers travaux

Le cadre général

Les projets de voirie

Le chemin de fer de ceinture

Les années 1870-80

Quartier de la Salpêtrière

Quartier de la Maison-Blanche

Les années 1890

Les années 1900-1920

Dans la presse...


Le monde de la hotte

Elles disparaissent peu à peu les pittoresques et grouillantes cités de chiffonniers, ces capharnaüms parisiens où viennent s'entasser pêlemêle les déchets et les rebuts de la grande ville... (1898)

Lire la suite


Métropolitain : la station Place d'Italie en 1903

La place d'Italie a, en réalité, deux stations : l'une appartenant à la Circulaire Sud, l'autre station terminus de la ligne n° 5... (1903)

...


Les enfants riches aux petits chiffonniers

Avenue d'Italie, près des fortifications, rue Gandon, 25, dans un terrain vague sur lequel on entre par une petite porte ouverte sur un mur de peu d'élévation... (1899)

...


Un nouveau chemin de fer

Avant-hier et hier, les habitants de la partie méridionale du nouveau Paris ont assisté avec une vive curiosité à un spectacle assez rare dans les villes... (1867)

...


L'aménagement de la place et de l'avenue d'Italie

On sait que dans un an sera mise en circulation la ligne métropolitaine n° 7, actuellement en construction, de la place d'Italie à la porte d'Ivry... (1928)

...

Saviez-vous que... ?

Le 9 juin 1977, une jeune fille, tout en larmes, déclarait, à huit heures du soir, qu'un enfant venait de tomber dans un puits à découvert, sur un terrain entouré de planches, appartenant à la Ville, et situé rue de Patay et de Tolbiac.
Immédiatement, on prévint les sapeurs-pompiers du poste de la rue du Château-des-Rentiers. Sans perdre un instant, ceux-ci se rendirent au puits fatal. Le caporal y descendit, et en revient avec deux chiens vivants.

*
*     *

Compte tenu d'une croissance importante du nombre des décès accidentels dans Paris depuis la fin des années 1870, des postes de secours furent installés dans plusieurs arrondissements dont l'un se situait sur le Quai d'Austerlitz à l'embouchure du canal de la Bièvre. Ces pavillons étaient munis de couvertures, matelas, boites de secours et matériel approprié au sauvetage des noyés.

*
*     *

Jacques Daviel (1696-1762) fut un célèbre oculiste. Il fut le premier à réussir une opération de la cataracte et a été chirurgien du roi Louis XV.
Le nom de Daviel a été attribué à la rue Saint-François de Sales (1576-1622) en 1894 dans le cadre d'une volonté du conseil municipal de Paris de déchristianiser la toponymie de la capitale.

*
*     *

Le raccordement du boulevard Kellermann aux rues Damesme et du Moulin-de-la-Pointe par des rampes à pente douce et par un escalier vers la vallée de la Bièvre fut décidé en 1882 en même temps que l'on décida de porter sa largeur au cabarit standart de 40 mètres.

L'image du jour

Je carrefour de l'avenue des Gobelins avec le boulevard Arago et la station d'autobus.