De la difficulté d’être le treizième arrondissement

De la difficulté d’être le treizième arrondissement

Le Figaro — 12 octobre 1859

Décidément, la ville de Paris n'aura pas de treizième arrondissement.

Hélas ! ce treizième arrondissement, il est partout, et on n'en veut nulle part. Comprenez-vous une histoire de Paris dans laquelle on oublierait de parler du treizième arrondissement ? Les anciens avaient leur treizième arrondissement. C'est au treizième arrondissement que Samson perdit ses cheveux et sa vigueur. Sous Périclès, la Reine du treizième arrondissement s'appelait Aspasie. En France, le treizième arrondissement a eu bien des noms : il s'est appelé le château d’Anet, le royaume du Tendre, Clagny, Montespan, le Parc-aux-Cerfs, que sais-je encore ?

Le treizième arrondissement a partout des succursales, des jardins, des hôtels, des palais. Au bois de Boulogne, à Enghien, à Asnières, au Château-de-Fleurs, à la Closerie-des-Lilas. Son hôtel des Monnaies est situé rue des Blancs-Manteaux, et M. le maire du treizième, un petit blond plein de malice, porte son écharpe en bandeau sur les yeux.

Et cependant Paris n'aura pas de treizième arrondisse ment. C'était d'abord Passy qui devait être ce treizième arrondissement. M. le maire de Passy, un homme de, beaucoup d'esprit, ne l'a pas voulu, il a eu peur qu'on le forçât à prendre le costume de l'emploi et à se vêtir pour tout costume d'un carquois sur le dos et de son écharpe en bandeau.

On avait espéré trouver un maire moins récalcitrant. On avait changé les subdivisions ; un autre quartier devenait le treizième arrondissement. Ah bien oui ! mêmes répugnances à vaincre de tous les côtés. Comment faire ? Malgré les terreurs qu'il inspire à la superstition, ce n'était pas le numéro 13 qui déplaisait. Non, c'était l'accouplement de ces deux mots : treizième arrondissement. On a imaginé de changer le nom. Paris n'aura plus d'arrondissements, il aura des circonscriptions. On dira la mairie de la première, de la deuxième, de la treizième circonscription.

Eh bien ! je crois qu'il y a beaucoup de gens qui n'aimeront pas se marier à la treizième circonscription et qui se sont mariés gaiement au treizième arrondissement.


Dessin de Cham (Amédée de Noé, 1818-1879) paru en 1859,

Le titre de l'article a été ajouté (NdE)


A lire également

Les vingt arrondissements du nouveau Paris - 1859

Menu des articles

Vu dans la presse...

1922

Hôtel particulier rue du Château-des-Rentiers

Le Refuge Nicolas-Flamel, asile de nuit, est installé rue du Château-des-Rentiers. Délicate attention du hasard. Tout auprès, rue de Tolbiac, il est une gare, munie de ce fronton : Entrée — CEINTURE — Sortie. On s'étonne qu'il n'y ait point, ajoutés par un pauvre, cinq lettres de réponse : «Merci ! » (1922)

Lire

1901

La chapelle Bréa

Là-bas, tout au bout de l'avenue d'Italie, près de la barrière de Fontainebleau, s'élevait une toute petite chapelle, mystérieusement fermée, et dans laquelle, depuis 1893, personne n'avait prié. Les habitants disaient en passant : c\'est la « chapelle Bréa », beaucoup sans comprendre le sens de cette dénomination. (1901)

Lire

1891

Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère. (1891)

Lire

1869

L'aménagement du XIIIè arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite. L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. (1869)

Lire

1890

Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

Lire

1904

A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

Lire

1877

Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

Lire

1890

L'épidémie de la Maison-Blanche.

Malgré les défenses qui leur sont faites et avec l'insouciance de leur âge, les enfants du quartier s'introduisent actuellement dans la décharge et ils s'y amusent avec les fémurs et les tibias qu'ils découvrent à chaque pas. (1890)

Lire

1890

La Peste

La Bièvre est un ruisseau tout noir
Qui sent comme un goût d'urinoir…

chantait ce pauvre Rivoire, qui chantait si lugubrement la triste épopée d'un grelotteux de la Glacière. (1890)

Lire

1890

L’épidémie de la Bièvre

Nous sommes retournés hier soir aux abords du charnier de la Bièvre.
Voici les nouveaux renseignements que nous y avons recueillis. (1890)

Lire

1881

Le plan d'assainissement du quartier Maison-Blanche

Il existe dans le XIIIe arrondissement (quartier de la Maison-Blanche), un immense quadrilatère de plus de 60 hectares de superficie, qui laisse presque tout à désirer sous le rapport des communications et de la salubrité. (1881)

Lire

1877

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Les deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme