La Cité Jeanne-d'Arc

La Cité Jeanne-d'Arc

Extrait de "Un gosse",
roman par Auguste Brepson
(1884-1927)

[...]

Extrait précédent

Le matin, de bonne heure, nous revîmes l'homme au crochet. Ce brave type venait nous signaler, dans la cité Jeanne-d'Arc où il demeurait, une chambre moyennant trois francs par semaine.

XI

La cité Jeanne-d'Arc est ce vaste ensemble de bâtiments noirs, sordides et lugubres percés comme une caserne de mille fenêtres et dont les hautes façades s’allongent rue Jeanne-d'Arc, devant la raffinerie Say.

Il y a trois cites accolées l’une à l'autre : une grande et deux petites. Elles sont chacune partagées en profondeur par une ruelle de terre battue. Celle de la grande la perce d'outre en outre et forme un passage qui commence rue Jeanne-d'Arc et aboutit rue Nationale, tandis que les autres se terminent en cul-de-sac.

Dès qu'on a franchi la grille de la première, une odeur épouvantable, faite de mille relents, mais où prédomine celui des latrines, vous suffoque et vous soulève le cœur.

Le sol de la ruelle file noir et gras, gorgé de fange et jamais sec, entre les hautes bâtisses funèbres et s'élargit un moment, au milieu, en une petite place où se dresse une borne-fontaine.

De chaque côté du passage se voient des sortes de boutiques obscures, aux vitres fêlées, dépolies de crasse, et où se viennent écraser des faces difformes, pour suivre d'un œil soupçonneux et colère l'étranger qui, d'aventure, passe par là assez bien vêtu.

Puis çà et là, des porches donnant accès aux étages s'ouvrent noirs, comme des gueules de cavernes, et vous soufflent au passage une odeur d'humidité et de moisissure, ainsi qu'en exhalent les caves. Si l'œil plonge au fond de ces couloirs, il finit par distinguer confusément, parmi les ténèbres accumulées, des linéaments blêmes qui sont, les marches et la rampe d'un escalier.

Quelquefois cette ombre a l'air de se mouvoir : une tête pâle en émerge et bientôt apparaît un être misérable et sordide, farouche, et poignant, qui clignote à la lumière du jour comme un hibou jeté brutalement au soleil.

Aux fenêtres sans volets — car on a bien prévu que jamais le regard d'or de celui-ci ne tomberait dans ce cloaque — pendent des guenilles et des linges immondes ; mais on n'y voit ni une fleur, ni un oiseau : dans cet air empesté ils s'étiolent vite et meurent.

On entend dans les étages des gosses qui piaillent ; quelquefois les cris d'une dispute où il s'en dit de salées ; des gens qui s'interpellent d'une croisée à l'autre ; et quelquefois aussi, tout là-haut, d'une mansarde, vers le ciel qui coule entre les toits comme un ruisseau d'azur en été et de boue en hiver, une voix de femme, jeune, mais éraillée, qui chante un refrain canaille.

Le soir, cette crevasse cache son ignominie en d'épaisses ténèbres qui la comblent jusqu'aux bords et que trouent çà et là la flamme courte d'une chandelle dans les étages et, en bas, les points jaunes de quelques quinquets.

Gare ! alors, au passant qui, ignorant des mœurs de la cité, s'aventurerait dans cette sentine sans en raser les murailles... il risquerait fort de recevoir sur la tête des choses liquides et solides très nauséabondes, les habitants de cette cour des miracles ne se gênant pas, la nuit venue, de vider leurs pots de chambre par la fenêtre !

Aussi les gamins ont-ils fait sur cette déplorable pratique, une chanson qu'ils braillent dans l'obscurité sur l'air de Savez-vous planter des choux ?, tout en ayant soin de se tenir dans les encoignures :

Avez-vous par charité,
Un pot de m... (bis)
Avez-vous par charité,
Un pot de m... à nous jeter ?

Désir qui ne tarde pas à être exaucé, car d'un peu partout des fenêtres s'ouvrent et des « flocs » sonores s'écrasent sur le sol et rejaillissent en éclaboussures.

Et c'est là l'origine de cette abominable odeur suspendue à l'état permanent dans l'atmosphère du passage.

Les deux autres cités ne sont guère mieux tenues et habitées que celle-ci, mais sont encore cependant loin d'atteindre à sa misère et a son infamie.

Elle est le réceptacle de tous les vices et de toutes les détresses. Et dans ses deux mille alvéoles obscurs et fétides où s'agitent des larves qui sont des humains ! dans tous ses couloirs ténébreux et funèbres, parmi tous ses escaliers, recoins et encoignures sordides et au milieu de toute son ombre et de son infection se tapit ou rôde, continuellement en quête d'une proie, un spectre dévorant : la tuberculose.

C'est dans la grande cité que nous étions venus échouer.

Extrait suivant




Les extraits de "Un gosse" (1927) :


En savoir plus sur Auguste Brepson

Lire cet article

sans titre 1

Littérature

Les Loups de Paris

par Jules Lermina
1877

La Butte aux-Cailles

Il est sur la rive gauche de la Seine, au-delà de la rue Mouffetard et de la Montagne-Sainte-Geneviève, un lieu étrange, sauvage...


La petite Miette

par Eugène Bonhoure
1889

En remontant le boulevard de l'Hôpital

Ce jour-là, 3 octobre 1886, le train express de Bordeaux — deuxièmes et troisièmes classes — avait eu plus d'une heure de retard et le service de l'arrivée s'en ressentait...


La criminelle

par Jules Lermina
1881

La rue des Cinq-diamants

Un plus érudit découvrira l'origine de ce nom singulier, la rue des Cinq-Diamants.
L'étude consciencieuse qui a été faite pour le vieux Paris tentera quelque explorateur des anciennes banlieues annexées : et quel champ plus vaste sera offert à sa curiosité que l'étrange et hideux quartier de la Butte-aux-Cailles ?


Les apaches de la Butte-aux-Cailles

par Lucien Victor-Meunier
1907

La Butte-aux-Cailles

Très peu de Parisiens, assurément, connaissent la « Butte-aux-Cailles ». C'est très loin, très loin, passé la place d'Italie, au diable dans ces régions où l'on ne va pas...


La petite Miette

par Eugène Bonhoure
1889

La ruelle des Reculettes

— Où demeure le pharmacien? demanda Furet.
— Au coin de la rue Corvisart et de la rue Croulebarbe.
— Est-ce qu'il y a deux chemins pour y aller ?


Le faiseur de momies

par Georges Spitzmuller et Armand Le Gay
1912

De la place d'Italie à la Bièvre via l'avenue de la soeur Rosalie et la ruelle des Reculettes

Dans ce roman paru en feuilleton dans Le Matin, Georges Spitzmuller et Armand Le Gay emmènent leur lecteur sur la piste de M. Ducroc, chef de la sûreté, pour qui le XIIIe arrondissement n'avait pas de secret.


La dame de pique

par Jules de Gastyne
1906

La rue du Dessous-des-Berges

Il existe à Paris, dans les quartiers perdus, des rues mornes et désertes qu'on traverse avec un sentiment de stupeur.


Les apaches de la Butte-aux-Cailles

par Lucien Victor-Meunier
1907

A travers la Maison-Blanche

Un instant plus tard, elle était dehors dans le terrain vague qui descendait en pente rapide vers la vallée de la Bièvre...


La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé
1910

La poterne des Peupliers

Un homme s'arrêta sur la route, près de Gentilly. Il considéra le paysage misérable et puissant, les fumées vénéneuses, l'occident frais et jeune comme aux temps de la Gaule celtique.
Si l'auteur nomme une poterne des Tilleuils, c'est bien de la poterne des Peupliers dont s'agit.


Perdues dans Paris

par Jules Mary
1908

La rue des Peupliers

Un des coins de Paris, misérable et sinistre. La longée des fortifications plantées d'arbres en double ou triple rangée, le côtoie pourtant de verdures plaisantes durant la belle saison, mais, en réalité, sépare pour ainsi dire cette région parisienne du reste du monde. Du haut de la rue des Peupliers...


Les esclaves de Paris

par Émile Gaboriau
1868

Le quartier Croulebarbe

C'est là un quartier étrange, inconnu, à peine soupçonné de la part des Parisiens...
Où Emile Gaboriau fait découvrir le quartier Croulebarbe à ses lecteurs.


Un gosse

par Auguste Brepson
1928

La Cité Jeanne-d'Arc

La cité Jeanne-d'Arc est ce vaste ensemble de bâtiments noirs, sordides et lugubres percés comme une caserne de mille fenêtres et dont les hautes façades s’allongent rue Jeanne-d'Arc, devant la raffinerie Say.


La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé
1910

La Butte-aux-Cailles

L'homme suivit d'abord la rue de Tolbiac, puis s'engagea par ces voies ténébreuses, bordées de planches, de lattes et de pieux, qui montent vers la Butte-aux-Cailles. Les oiseaux des réverbères dansaient dans leurs cages de verre. On apercevait des terrains fauves, des chaînes de bosselures, des rampes de lueurs, des phares dans un trou du ciel, et, du côté de la Butte, un nuage de feu pâle évaporé sur Paris...


Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme