Littérature



Le faiseur de momies

par Georges Spitzmuller et Armand Le Gay

DEUXIÈME PARTIE

Sur la piste

XXI
Les deux découvertes de Sébastien Blanc

Le promeneur qui remonte le boulevard Auguste-Blanqui dans la direction de la place d'Italie, est frappé par l'aspect pittoresque d'une vieille maison enclose dans le triangle formé par ce boulevard, la rue Edmond-Gondinet et la rue Corvisart. Cette maison, cette ruine pour parler plus exactement, mérite que l'œil s'y arrête quelques instants à cause du charme mystérieux qui s'en dégage.

Disons d'abord qu'elle est située au milieu d'un parc fort restreint aujourd'hui mais qui, autrefois, était immense, car il s'étendait jusqu'à la rue de la Glacière.

Eugène Atget - La Folie Neubourg - Sans date

Depuis, il a été vendu morceau par morceau et sur l'emplacement où se trouvaient les beaux ombrages d'autrefois, s'élèvent maintenant de coquets petits hôtels tout flambant neufs dont la modernité blanche jure avec la carcasse vétusté de la misérable bicoque.

Misérable, elle ne le fut pas toujours cependant, et elle dut même, à une certaine époque, déjà lointaine sans doute, avoir fort grand air avec les colonnades qui règnent devant la façade et les statues allégoriques restées intactes au fond de leurs niches noircies par le temps

Mais cette façade, rongée de mousse, s'effrite de jour en jour et tombe pierre à pierre, tandis qu'un lierre envahissant a si bien agrippé les volets clos de ses mille-pattes tenaces qu'il serait impossible de les ouvrir. Jetez là-dessus un toit de tuiles rouges effondré par places, sur lequel a poussé toute une végétation touffue, où l'on remarque surtout des pourpiers et des giroflées, et vous aurez une idée assez exacte de la physionomie lamentable de cette pauvre vieille maison qui semble tendre la gorge au coup de pioche du démolisseur.

Le devant est occupé par un jardin envahi d'herbes folles où les orties dominent, et par une sorte de petit taillis clairsemé que des querelles d'oiseaux emplissent de pépiements aigus.

Sur le boulevard, un mur très bas forme clôture, surmontée d'une grille jadis fort belle, à en juger par les restes, aujourd'hui dédorée, mangée par la rouille et tordue par endroits. À droite, un grand portail en bois sculpté, qui s'ouvre sur une allée de tilleuls.

Si nous faisons le tour de l'enclos, nous remarquons que la grille cesse avec le boulevard et est remplacée par une palissade en bois peinte en noir, à travers les interstices assez larges de laquelle nous pouvons apercevoir, sur les derrières, dans la rue Corvisart, des bâtiments encore plus délabrés, qui devaient servir de communs. Il se trouvait là une petite porte mal jointe et fermée au loquet seulement, qui donne accès à ces bâtiments.

Ajoutons, en terminant, que depuis de longues années, la maison est inhabitée.

Ce soir-là, un tiède soir d'été, un homme, qui remontait à petits pas tranquilles la contre-allée absolument déserte du boulevard Auguste-Blanqui, de l'air heureux d'un bon bourgeois en train de flâner et de respirer le frais après son dîner, s'arrêta devant le portail de la maison abandonnée.

Vue d'ensemble du Clos-Payen après les premières démolitions - Henri Godefroy, photographe - Sans date
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Il jeta un rapide coup d'œil autour de lui, comme pour s'assurer que personne ne le suivait, puis soulevant le heurtoir à l'ancienne mode, il le laissa retomber douce- ment trois fois d'une façon particulière.

II est probable que quelqu'un placé derrière attendait ce signal, car presque aussitôt la porte s'ouvrit vivement, pour engloutir celui qui venait de frapper et se refermer de même.

Si l'homme qui venait d'entrer de cette façon mystérieuse avait prolongé son regard circulaire avant de frapper, il aurait pu voir un autre homme se détacher de l'ombre où il s'était dissimulé, enfiler rapidement la rue Corvisart en rasant la palissade, puis une fois arrivé à la petite porte dont nous avons parlé plus haut, l'ouvrir sans bruit et pénétrer dans les communs.

Mais il est évident que le premier arrivant était bien loin de soupçonner la présence de celui qui le suivait de si près.

Une fois le portail refermé sur lui, Il se trouva dans l'ombre épaisse projetée par le feuillage des tilleuls et où il était impossible de rien distinguer. En même temps, la personne qui lui avait ouvert le prit par la main et l'entraîna en lui disant à demi-voix ;

— Laissez-vous conduire je vais vous montrer le chemin.

Ils remontèrent ainsi l'allée de tilleuls, jusqu'à la maison, gravirent quelques marches, poussèrent une porte qui s'ouvrit en grinçant, longèrent un couloir et pénétrèrent dans une grande pièce où régnait l'obscurité la plus profonde.

— Maintenant, un peu de lumière, dit la voix et nous serons comme chez nous.

Au même moment, un rais de clarté blanche jaillit d'une petite lanterne électrique de poche que t'un des deux hommes, celui qui parlait, tenait dans sa main.

La pièce où ils se trouvaient fut suffisamment éclairée pour qu'on pût en distinguer les détails. C'était un vaste salon d'où s'exhalait une odeur fade de moisi et de renfermé, aux boiseries vermoulues et pourries, et au plafond duquel souriaient encore des figures d'amours joufflus, effacées par l’humidité. Pour tous meubles, trois fauteuils qui montraient le crin, la tapisserie ayant été complètement dévorée par les mites.

— Eh bien, que dites-vous de mon idée, Sébastien ?... le lieu du rendez-vous est-il bien choisi ?

— Admirablement, monsieur le chef de la Sûreté.

— N'est-ce pas ?... Je crois que, cette fois, nous pourrons causer de nos petites affaires sans crainte d'être dérangés.

— Nous en avons grand besoin, car le diable m'emporte si je sais comment cela se fait, mais c'est à croire que jusqu'à présent toutes nos conversations ont été entendues. Il faut que nous ayons à nos trousses un espion invisible qui rapporte fidèlement au Faiseur de momies nos moindres paroles.

— C'est pourquoi j'ai pensé à cette maison abandonnée comme un lieu plus sûr que mon cabinet même, et où il est de toute impossibilité que le drôle puisse soupçonner notre rendez-vous de ce soir.

— Il ne faut jurer de rien, répondit Sébastien, en hochant la tête. Le Faiseur de momies a à son service des moyens d'information qui, par moment, touchent au surnaturel, et quelqu'un viendrait me dire qu'il est, en ce moment, caché derrière une porte à nous écouter que je n'en serais pas autrement étonné.

Involontairement, M. Ducroc jeta un regard dans la direction de la porte restée entr'ouverte. Il éclata de rire

— Allons, Sébastien, trêve de plaisanteries et dites-moi vite ce que vous avez à m'apprendre.

Mais le détective, avant de répondre, prit la lanterne des mains de M. Ducroc, courut jeter un regard dans le couloir pour s'assurer qu'il était bien vide et ouvrit la porte toate grande.

—  Comme ça, fit-il en revenant s'asseoir, il n'y aura pas de surprises et s'il y a des écouteurs aux portes, on les entendra venir.

Le chef de la Sûreté haussa les épaules.

— Chat échaudé craint l'eau froide, reprit Sébastien. Maintenant je vais satisfaire votre curiosité. Je vous dirai donc que...

Le 13e en littérature

La rue du Pot-au-Lait

Le drageoir aux épices

par
Joris-Karl Huysmans

Quelle rue étrange que cette rue du Pot-au-Lait ! déserte, étranglée, descendant par une pente rapide dans une grande voie inhabitée, aux pavés enchâssés dans la boue...

(1874)

Lire


La gare de la Maison-Blanche

Le drame de Bicêtre

par
Eveling Rambaud et E. Piron

Honoré fit halte avenue d'Italie, devant la station du chemin de fer de Ceinture. Il sauta sur le trottoir en disant :
— Cherche, Bob, cherche !

(1894)

Lire


Butte-aux-Cailles

Le Trésor caché

par
Charles Derennes

Depuis toujours on habitait, mon père et moi, sur la Butte-aux-Cailles ; encore aujourd'hui, ce quartier-là n'est guère pareil à tous les autres. Mais si vous l'aviez vu du temps que je vous parle ! Des cahutes s'accrochaient à la butte comme des boutons au nez d'un galeux ; ça grouillait de gosses et de chiens, de poux et de puces...

(1907)

Lire


Ruelle des Reculettes

La petite Miette

par
Eugène Bonhoure

— Où demeure le pharmacien? demanda Furet.
— Au coin de la rue Corvisart et de la rue Croulebarbe.
— Est-ce qu'il y a deux chemins pour y aller ?

(1889)

Lire


Tout le 13e

Taupin

par
Séverine

À l'horizon, passé la plaine de la Glacière, vers la poterne des Peupliers, les « fortifs » verdoyaient comme une chaîne de collines.

(1909)

Lire


Quartier Croulebarbe

La vieillesse de Monsieur Lecoq

par
Fortuné du Boisgobey

Connaissez-vous la rue du champ de l’alouette ? Il y a bien des chances pour que vous n'en ayez jamais entendu parler, si vous habitez le quartier de la Madeleine. Mais les pauvres gens qui logent dans les parages l'Observatoire et de la Butte-aux Cailles savent parfaitement où elle est.

(1878)

Lire

Saviez-vous que... ?

Dans son numéro du 19 mars 1872, le Petit Journal signalait à ses lecteurs la vaillante conduite d'une jeune fille-de douze ans, l'aînée de six enfants, dont la mère, demeurant rue Buot, 17, quartier de la Butte aux Cailles (13° arrondissement) était malade à ce moment.
Levée à trois heures du matin, elle allait travailler dehors et gagnait 1 fr. 50 c., pour nourrir toute la famille ; en rentrant de son ouvrage, elle soignait ses frères et sœurs comme l’aurait fait la meilleure des mères.

*
*     *

Le 23 juillet 1892, un ouvrier tourneur en bronze, nommé Dubru, se suicidait en se jetant dans la Bièvre, boulevard d’Italie. Son corps fut transporté à la Morgue.

*
*     *

Ernest Rousselle (1836-1896) -C'est lui ! - et son fils Henri (1866-1925) étaient négociants en vins.

*
*     *

En octobre 1936, une épidémie de diphtérie sévissait parmi les enfants fréquentant les écoles de la rue Daviel et habitant dans l’îlot insalubre de la Glacière. Huit cas dont un mortel étaient établis à la date du 31 octobre.

L'image du jour

La mairie du XIIIe

Le premier bâtiment de la Mairie en façade de la place d'Italie est dû à Paul-Henri Bonnet, architecte né en 1828, grand prix de Rome. Les travaux commenèrent en 1873. Bonnet les suivit jusqu'à sa mort en 1881. Des extensions de la mairie furent peu à peu constuites et elle occupa finalement, à la fin du XIXe siècle, tout le quadrilatère formé par la place d'Italie, l'avenue des Gobelins, la rue Philippe de Champaigne et le boulevard de l'Hôpital.