Faits divers

 Les chauffoirs publics

Les chauffoirs publics

Journal des débats politiques et littéraires — 18 février 1896

Les chauffoirs publics installés sur différents points de Paris pour les malheureux et ouvriers sans travail ne servent, en réalité, qu'aux malfaiteurs et rôdeurs des boulevards extérieurs. Ils sont ainsi devenus l'asile de tous les gens sans aveu qui en expulsent les vrais pauvres ou parfois leur font subir des traitements ignobles.

Un malheureux colporteur, Eugène Monition, a été hier la victime de ces dangereux individus. Il était entré dans le chauffoir installé sur le boulevard de la Chapelle, près du square. Tout à coup une vingtaine de souteneurs qui se trouvaient là l'entourèrent, et, après l'avoir roué de coups, le déshabillèrent. Puis ils se mirent en devoir de lui couper les cheveux, mais avec une telle brutalité que le malheureux eut en peu de temps la tête ensanglantée.

Aux cris qu'il poussait, des agents accoururent. Les misérables qui l'avaient ainsi traité prirent alors la fuite et il fut impossible de les rejoindre. Monition a été conduit chez M. Mauroy, commissaire de police, qui a adressé un rapport à la préfecture de police.

Peut-être des faits aussi scandaleux détermineront-ils l'administration à supprimer les chauffoirs publics qui ne remplissent aucunement le but que l'on s'était proposé et qui constituent un danger permanent au triple point de vue de la moralité, de la sécurité et de la salubrité publique.


A lire également

Pauvre vieux ! (1896)

Encore l'assistance ! (1896)

Les chauffoirs publics (Le Matin — 17 février 1896)

Saviez-vous que ...

La gare de Paris-Gobelins a été mise en service le 15 mai 1903. Elle le demeura jusqu'en 1991.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner

Ailleurs sur Paris-Treizieme