Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Un marché de banlieue (1872)

Un marché de banlieue

Le Monde Illustré — 20 juillet 1872

En sortant de Paris par la porte d'Italie un dimanche ou un jeudi, on se trouve immédiatement entouré de mendiants, d'aveugles, d'estropiés, de saltimbanques. C'est l'avant-garde du marché, qui se tient sur le terrain compris dans la zone des fortifications sur la route d'Ivry.

Le marché est un des plus misérablement pittoresques que la banlieue maintient encore. Nulle part on ne voit un public d'acheteurs et de maraîchers d'une telle pauvreté.

Un marché de banlieue —Dessin d'Auguste Lançon

Pauvreté qui d'ailleurs est fidèlement reflétée par les marchandises.

Des légumes flétris, du beurre et du jambon, dont l'odeur ne laisse aucun doute, des œufs qui datent du siège, des lapins douteux, — voilà la composition de tous les étalages. Çà et là, quelques escargots, friandises dont la vue seule inspire le dégoût.

Hors de ces diverses provisions de bouche, il y a foule d'objets en vente dont la classification serait extrêmement difficile. Il y a là de vieux chapeaux, des souliers, des ustensiles de jardinage, des bouquins, du Iain d'épice, de la vaisselle ci beaucoup de ferraille. — Tout, cela est d'occasion et paraît sortir de la hotte d'un chiffonnier. La terre est jonchée d'images, encadrées ou non, de poupées sans jambes ou sans têtes, - l'enfant du pauvre n'y regarde pas de si près. — Cet assortiment, est couvert de poussière ou de boue, selon le temps.

Il est à noter que les marchandises, malgré leur peu de valeur, sont, offertes à un prix presque égal à celui des magasins de Paris. — Mais aussi on a ici le plaisir de marchander, et on obtient des rabais de 90 p. 100. Les vendeurs, cependant, ont l'air content du chiffre des affaires. Ils traitent d'ailleurs leurs marchandises avec le dédain qu'elles méritent. Le vent emporte-t-il les images ou les chapeaux, la marchande attendra patiemment qu'une de ses voisines ou un passant les lui rapporte.

Un marché de banlieue — Dessin d'Auguste Lançon — Détail

Marché aux puces porte d'Italie dans les années 20 ou 30 installé au delà de la barrière d'octroi sur la zone au même endroit que celui representé par Lançon

 

Lu dans la presse...

Un marché de banlieue

En sortant de Paris par la porte d'Italie un dimanche ou un jeudi, on se trouve immédiatement entouré de mendiants, d'aveugles, d'estropiés, de saltimbanques. C'est l'avant-garde du marché, qui se tient sur le terrain compris dans la zone des fortifications sur la route d'Ivry. (1872)

Lire

Inauguration de la ligne Odéon-Place d'Italie

Le réseau du Métropolitain compte une ligne de plus, ou, plus exactement, deux tronçons de lignes complémentaires : l'un qui prolonge la ligne n° 10 de l’Odéon à la place Monge, et l'autre qui étend la ligne n° 7 de la place Monge à la place d'Italie... (1930)

Lire

Le Métropolitain (Place d'Italie-Place Mazas)

La ligne ouverte à l'exploitation, au commencement du mois dernier, — de la place d'Italie à la gare d'Orléans, — complétée par la section Orléans-Mazas et le raccordement Mazas-Gare de Lyon mis en service le 14 juillet, assure, dès à présent, des relations directes entre toutes les lignes exploitées, et a permis — comme l'indique notre plan général — la constitution d'un premier réseau homogène. (1906)

Lire

Le Métropolitain dans les Catacombes

Les travaux de consolidation de la ligne circulaire n° 2 du Métropolitain de Paris, ou plutôt les travaux de préparation de la construction de cette ligne au travers du terrain effondré et affouillé des Catacombes et des carrières de Paris, notamment boulevard de Vaugirard, boulevard Saint-Jacques et boulevard de l’Hôpital, sont terminés. (1902)

Lire

Le mystère des Gobelins

Un bruit sinistre, dont un de nos confrères s'est fait l'écho, a couru hier sur la rive gauche. M. Guignet, chef des ateliers de teinturerie à la manufacture des Gobelins, se serait aperçu que certaines parties d'un grand panneau de tapisserie représentant la Conversion de saint Paul avaient perdu toute la vivacité de leurs couleurs. (1894)

Lire

Petite ceinture : stations de Montrouge, Gentilly et Maison-Blanche (1868)

La construction de cette partie du chemin de fer de ceinture où les voies sont dans des tranchées de 8 à 10 mètres de hauteur a nécessité cette position des gares qui se trouvent, comme on le voit dans la Fig.2 construites sur un tunnel dans lequel passent les trains.... (1868)

Lire

Métro, ligne 12, le projet abandonné

De la porte d'Orléans à la porte de Gentilly et à la porte d'Italie... (1924)

Lire

Saviez-vous que... ?

Pendant la Commune, la Place d'Italie prit le nom de Place Duval.


A son inauguration, le pont de Tolbiac présentait une longueur totale de 295 mètres.


En avril 1899, la presse se félicitait de la réussite des expériences de télégraphie sans fil de M. Ducretet entre le Sacré-cœur de Montmartre et l’église Sainte-Anne de la Maison-Blanche soit une distance de 7 kilomètres. A l'époque, l'église, en construction, n'avait que sa façade de réalisée laquelle serait inaugurée en avril 1900. La consécration de l'église Sainte-Anne de la Maison-Blanche eut lieu le 24 octobre 1912.


Ailleurs sur Paris-Treizieme