Faits divers

 La casquette du bossu - 1895

La casquette du bossu

La France — 21 juillet 1895

Une scène tragi-comique s’est déroulée, hier soir, à six heures, boulevard de l’Hôpital.

M. Julien Napthe, âgé de quarante-deux ans, demeurant, rue Jenner, garçon de magasin, passait, portant un paquet sous chaque bras, lorsqu’un tourbillon de vent lui enleva tout à coup sa casquette.

Fort embarrassé par sa charge, M. Napthe ne pouvait courir bien vite, aussi criait-il : « Arrêtez-là ! arrêtez-la ! » tout en cherchant à rattraper son couvre-chef.

À ce moment, le jeune Eugène Marasc, âgé de onze ans, qui regagnait son domicile, situé rue Pinel, en compagnie de sa mère, ménagère, se mit à chanter :

L’as-tu vue,
La casquette du bossu ?

M. Napthe, qui a l’épine dorsale quelque peu déviée, fut froissé par la plaisanterie du gamin. Ayant ramassé enfin sa casquette, il s’approcha du jeune Marsac et lui donna un coup de pied en l’appelant « petit drôle ! »

La ménagère, furieuse de voir maltraiter son fils, traita le garçon de magasin de « vilain magot » et de « lâche ». Celui-ci répliqua par des injures.

Mme Marsac, furieuse, lui appliqua alors un soufflet que lui rendit M. Napthe.

Des passants s’interposèrent, donnèrent tort au garçon de magasin, lui reprochant de frapper une femme et un enfant ; mais l’homme à la casquette était arrivé au comble de la fureur et, comme les personnes qui se trouvaient là criaient : « Enlevez-le ! » il tira de sa poche un couteau et se rua sur ceux qui l’entouraient.

Heureusement il put être facilement désarmé. Néanmoins, un ouvrier fumiste, M. Jean Savon, avait été blessé assez gravement à la main gauche, et M. Marius Mallinié, peaussier, portait au bras droit deux estafilades profondes.

Des gardiens de la paix ont arrêté le coupable, qui a été mis à la disposition de M. Perruche, commissaire de police.

À lire également...

Terrible méprise

1897

Un accident des plus sérieux a eu lieu hier matin, 4, rue Jean-Marie Jégot, à la Butte-aux-Cailles.

...


Quadruple empoisonnement

1893

On appelle arlequins les restes des grands restaurants, lycées, etc., qui, après avoir été accommodés par certains commerçants exploitant ce commerce, sont revendus par eux, pour quelques sous, aux ouvriers nécessiteux.

...


Rue de l'Espérance

Un enfant mangé par un cheval

1884

Un épouvantable accident a eu lieu hier dans le quartier de la Butte-aux-Cailles.
Au numéro 14 de la rue de l'Espérance, habitent les époux Hugon ; ils ont trois enfants, deux petites filles de cinq et sept ans, et un garçon de quatorze ans, le petit Jean. Les époux Hugon vont acheter dans les environs de Paris des légumes qu'ils revendent à la Halle.

...


rue de Patay

La Maison « hantée » de la rue de Patay

1920

La guerre est finie, et il faut à l'imagination des foules de nouvelles pâtures. Après les communications télégraphiques avec les planètes voisines, le « plus fort tirage des journaux du monde entier », vient de trouver un chef-d'œuvre dans le genre en découvrant, rue de Patay, une maison hantée ! Le Matin a dû en verdir de rage.

...

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

L'Eglise Sainte-Anne de la Maison Blanche, de style romano-byzantin, est due à l'architecte Bobin.

*
*     *

C'est le 10 juillet 1899 que le Conseil municipal de Paris décida de donner le nom d'Abel Hovelacque à la rue de Gentilly.

*
*     *

Jusqu’à la fin des années 1920, la rue de la Fontaine-à-Mulard commençait avenue d’Italie, s’interrompait rue Damesme et reprenait rue de la Colonie pour se terminer définitivement place de Rungis. Il y avait près de 500 mètres entre le n°2 et le n°4.
Le tronçon compris entre l’avenue d’Italie et la rue Damesme devint la rue du Dr Laurent.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner