entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

C'est la création de la rivière et des lacs du bois de Boulogne qui fit perdre aux prairies de la Glacière son caractère de lieu de rendez-vous pour les amateurs de patinage.


La rue Gustave Geffroy, avant de recevoir le nom de administrateur de la manufacture nationale des Gobelins, s'appela rue Léon Durand jusqu'en 1937. Cette rue fut créée en 1906.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Vol de poires au jardins des Gobelins - 1873

Vol de poires au jardins des Gobelins

Le Journal des débats politiques et littéraires — 5 septembre 1873

La manufacture nationale des Gobelins a pour annexe un immense jardin avec potager et verger où les fruits sont cultivés cum arte d'après les bonnes traditions et selon la méthode de La Quintinie. Il y a là des pêches qui rivalisent avec celles des fameux espaliers de Montreuil et des poires qui, pour la grosseur et le fondant, n'ont rien de comparable.

L'avant-dernière nuit, des malfaiteurs ont pénétré l'aide d'escalade et d'effraction, dans le verger et l'ont dévalisé. Ils ont emporté notamment 500 poires magnifiques en pleine maturité.

Ces déprédateurs ont causé encore, plus de dommage par ce qu'ils ont brisé et détruit que par ce qu'ils ont emporté.

Le commissaire de police du quartier Croulebarbe a immédiatement commencé une enquête, et les indices recueillis permettent d'espérer que les coupables ne tarderont pas à tomber entre les mains de la justice.


 Accident mortel d’un cambrioleur - 1898

Accident mortel d’un cambrioleur

Le Gaulois — 4 mars 1898

Hier, dans l'après-midi, un sieur Moniat entrait, avenue de Choisy, dans une boutique d'épicerie et profitant de l'absence du patron tentait de s'emparer du tiroir-caisse.

Surpris par le propriétaire, il réussissait à monter par l'escalier au premier étage de la maison et de là sur les toits. Mais en voulant sauter d'une maison à l'autre il tomba dans la rue de la hauteur d'un cinquième étage et se brisa les deux jambes. Moniat a été transporté à l'hôpital Cochin. Son état est désespéré.


 La « Folie » Neubourg

La « Folie » Neubourg

Le lundi 13 novembre 1747, les Petites Affiches publiaient cette annonce :

« Portion du Clos Payen à vendre, présentement située faubourg Saint-Marcel, au chant de l'Alouette, près le petit Gentilly, attenant la barrière ; elle consiste en une grande cour ayant entrée sur la rue des Angloises, attenant à la barrière, avec un logement pour un portier, et un petit bâtiment, avec un marais, ensuite une autre cour, où il y a plusieurs bâtiments et un grand enclos consistant en étendages, rivière un étang empoissonné, prez, osiers, faulx et différens autres arbres. Il faut s'adresser sur les lieux, à M. Héron, propriétaire dudit Clos à Paris à M. Coquelir, rue des Lions, près Saint-Paul, ou à M. Silvestre, notaire rue Saint-Antoine, près le Petit Saint-Antoine. »

Le Clos-Payen, situé rue du Champ-de l'Alouette, rebaptisée au dix-neuvième siècle du nom moins champêtre de Corvisart, était un vaste ensemble de terrains arrosés par la Bièvre et qui échut, en 1762, à Mme Le Prestre de Neubourg, femme du receveur-général des finances de Caen. Ce dernier, Parisien de vieille roche, avait épousé douze ans auparavant une Angevine, Mlle de Grimaudet de Coatcanton, et elle prélevait sur sa dot 230,000 livres pour la construction d'une « folie » au goût du jour.

Les Neubourg, qui habitaient alors rue Vivienne, en face des Filles-Saint-Thomas, faisaient bâtir également une superbe maison rue des Fossés-Montmartre, non loin de l'hôtel Charrost, où résidait leur oncle, M. Le Prestre de Neubourg, et confiaient à l'architecte Peyre le soin d'établir les plans de leurs futures demeures.

Michel-Edmond Le Prestre, seigneur de Neubourg, Vicq, Balzème, Éntraigues et la Moustière, en Berry, avait obtenu son poste de receveur-général à Caen grâce à une cession de l'oncle. Elle valait 600,000 livres et le donateur vendait en même temps à son beau-frère, M. de Pernon, sa charge de « Trésorier ancien des troupes de la Maison du Roi et de l'ordinaire des guerres, moyennant 825,000 livres comptant et 20,000 de rente viagère. C'était un oncle à héritage, plein de bonnes dispositions pour l'héritier de sa race et aimant le faste, bien que l'hôtel Charrost se dressât vis-à-vis de l'égout de la rue des Fossés-Montmartre, et il y avait une fenêtre du salon qui donnait dessus ».

Rue du Champ-de-l'Alouette cet inconvénient n'était pas à craindre. La Bièvre coulait, paisible, au milieu de la verdure, purifiant le voisinage, et bientôt surgissait de terre un élégant pavillon à deux étages, ouvrant sur un. grand perron à double rampe et orné de colonnes. Le péristyle formait terrasse à la hauteur du premier. Des fleurs, des arbustes, des statues l'agrémentaient. Deux avant-corps, couronnés de frontons, complétaient l'ensemble, embelli par un parc anglais.

Cette « folie », où M. et Mme de Neubourg venaient se délasser de la vie fiévreuse menée au centre de la capitale, connut des jours heureux, brusquement assombris par la mort du jeune chevalier de Neubourg, fils unique de ses constructeurs. Son père, partisan du progrès, l'avait fait « inoculer », et le pauvre petit mousquetaire succomba à dix-neuf ans, victime d'une expérience encore à ses débuts. Inconsolables, ses parents lui firent élever un superbe mausolée dans l'église Saint-Hippolyte, maintenant rasée par une opération de voirie, et cherchèrent à se débarrasser d'une propriété qui leur rappelait de trop cruels souvenirs. En 1779, M. de Neubourg est encore dit habiter au « Clos-le-Prestre, ci-devant Clos-Payen, sur le nouveau boulevard faubourg Saint-Marcel », mais, l'année suivante, la « folie » était vendue et Mme de Neubourg, incapable de survivre à son malheur, terminait une vie languissante en mai 1781. Quatre filles perpétuaient la descendance à défaut du nom, et le souvenir du petit oncle », enlevé si tragiquement à l'affection des siens, s'est pieusement conservé chez leurs petits-enfants.

La Révolution qui approchait à grands pas allait du reste momentanément ternir toutes les grâces du siècle finissant. La prison et la guillotine, dépeuplant Paris de l'élite qui faisait sa gloire et son renom dans l'univers, les vainqueurs n'osaient pas parader sans préparation dans les demeures vides de leurs victimes. Une blanchisseuse, moins scrupuleuse, s'installa dans la « folie Neubourg » et les colonnades, si vantées dans les Guides du dix-huitième siècle, servirent à étendre le linge que la Bièvre lavait pour les hospices. La mère Camille se maintint là presque jusqu'à la fin du Second Empire et le bruit courait dans le quartier que Napoléon I" l'avait confirmée dans la propriété du logis. Jusqu'en 1812, l'Empereur se serait, dit-on, servi de l'ancienne « folie » comme d'un rendez-vous de chasse. La chose n'a rien d'impossible en soi. M. de Neubourg était fort lié avec un M. Pivart de Chastulé, parent de Joséphine, auprès de qui il plaça sa fille, la comtesse Alexandre de La Rochefoucauld, en qualité de dame d'honneur, et celui-ci put très bien, en hôte reconnaissant des bons moments passés jadis, indiquer cet agréable site au nouveau maître de la France.

Le 25 mai 1827, Ulbach assassinait une petite bergère d'Ivry qui menait paître ses chèvres dans un pré voisin. Tout Paris s'émut, tandis que huit jours plus tard s'éteignait une des filles de M. de Neubourg, la comtesse de Saint-Belin-Mâlain, dont le mari avait tragiquement péri sur l'échafaud révolutionnaire, trente-trois ans auparavant.

Vétuste, crevassée, la « folie », tombée au rang de buanderie, puis de masure, achevait de s'effondrer au coin de la rue Croulebarbe et du boulevard Auguste Blanqui. Malgré l'abandon, sa façade gardait encore bon air et, de leurs niches, les statues assistaient, muettes, à ce long effritement du passé. En 1913, on la jeta bas et le métro de Corvisart, qui s'ouvre sur ce qui fut peut-être le « jardin-anglais », ne contemple plus qu'une bâtisse moderne.

Ceci a tué cela.

Martial de Pradel de Lamase
Le Gaulois — 7 mars 1929

Folie Neubourg

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Élection de la reine de l'Association artistique du treizième arrondissement

Cinq cents personnes environ assistaient, hier soir, à l'Eden des Gobelins, à l'élection de la reine de l'Association Artistique du treizième arrondissement. (1911)

Lire

Une visite à la Manufacture des Gobelins

Nous avons visité les Gobelins à onze heures. C'est le moment le plus propice pour recueillir une impression personnelle. À cette heure matinale, en effet, la foule des touristes n'a pas accès dans la manufacture ; le travail bat son plein dans la cité, et le chantier et l'atelier présentent leur physionomie réelle que n'a pas encore altérée la fatigue d'une demi-journée de labeur. (1900)

Lire

Le 14 juillet des miséreux

Nous nous sommes rendu à l'asile Nicolas-Flamel, 71, rue du Château-des-Rentiers, un asile modèle, d'une extraordinaire propreté, disons le mot d'une belle coquetterie. (1896)

Lire

Hôtel particulier rue du Château-des-Rentiers

Le Refuge Nicolas-Flamel, asile de nuit, est installé rue du Château-des-Rentiers. Délicate attention du hasard. Tout auprès, rue de Tolbiac, il est une gare, munie de ce fronton : Entrée — CEINTURE — Sortie. On s'étonne qu'il n'y ait point, ajoutés par un pauvre, cinq lettres de réponse : «Merci ! » (1922)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte