Une fillette a disparu - Barbala - 1922
Le Madelon Cinéma, 174 avenue d'Italie.
Le Petit-Parisien — 29 septembre 1922

Les articles du Petit-Parisien en date des : 29 septembre | 30 septembre | 1er octobre | 2 octobre

Les articles du Journal en date des : 29 septembre | 30 septembre | 1er octobre | 2 octobre

Dernières mises en ligne

Dernières mises en ligne

Faits divers

La Folie de la Vitesse

Un dramatique accident s’est produit, hier, vers deux heures de l’après-midi, boulevard Kellermann, sous les yeux de nombreux témoins qui ont été profondément impressionnés.

Lire la suite


Dans la presse

Aux Gobelins: le nouveau jardin a été inauguré et ouvert au public

Hier matin, était inauguré, dans le quartier Croulebarbe, un nouveau jardin public. II s'étend sur 22.500 mètres carrés, derrière la Manufacture des Gobelins et le Garde-Meubles National.
C'est à Émile Deslandres que l'on doit cette initiative. Ayant représenté pendant plus de vingt-cinq années ce quartier, au nom du Socialisme, il s’était penché sur les misères et les besoins de la classe ouvrière dont il était lui-même. (1938)

Lire la suite


Saviez-vous que ...

C'est le 22 octobre 1944 que le jardin des Gobelins, encore appelé square des Gobelins depuis son inauguration en mai 1938, prit le nom de Square René Le Gall.

C'est arrivé dans le 13e...

 Aumône pour député. - 1898

Maison-Blanche

Aumône pour député.

Le Journal — 22 mai 1898

Le docteur Paulin-Méry, député de la deuxième circonscription du treizième arrondissement, faisait hier matin ses visites médicales quotidiennes, quand, vers dix heures, avenue d'Italie, un individu ayant toutes les allures d'un détraqué, s'approcha de la voiture du député et, après avoir prononcé quelques paroles inintelligibles, lui laissa entre les mains un rouleau contenant dix billets de cent francs.

M. Paulin-Méry, très étonné, fit suivre le fou et finit par savoir son nom et son adresse.

C'est un nommé Comte, habitant 11, rue Michal, atteint depuis quelque temps d'aliénation mentale,

Le député a fait sa déclaration au commissariat du quartier de la Maison-Blanche.


Le Stéréocycle, appareil photographique, léger, perfectionné, et le mieux construit, obtient un réel succès auprès des amateurs. Leroy, constructeur, 47, rue du Rocher, Paris. Tél. 524-20.


 Trois cadavres de nouveau-nés dans un placard - 1926

QUARTIER CROULEBARBE

Trois cadavres de nouveau-nés dans un placard

On les découvre après la mort de la locataire

Paris-Soir — 4 octobre 1926

Dans le quartier de la Gare, rue des Tanneries au numéro 7, habitait une femme Guimarc, née. Guillerme, âgée de 35 ans, ancienne cuisinière, veuve de guerre, atteinte d'éléphantiasis. Cette femme, qui était d'une saleté repoussante, vivait de la charité publique surtout de rencontres diverses. Sa difformité, ni la vermine dont elle était couverte, ne rebutait ses adorateurs.

En novembre dernier, elle mourut dans un hôpital de la rive gauche et son logement resta inoccupé, ce qui, en ces temps de crise, est assez extraordinaire.

Hier, un parent la défunte, de passage Paris, visita le logement. Au milieu d'immondices, dans un placard, il découvrit le cadavre momifié d'un enfant venu terme.

Effrayé juste titre, il continua sa macabre perquisition.

Dans autre pièce, deux autres petits corps, également momifiés, furent trouvés. Les enfants avaient été étranglés.

Les serviettes ayant servi au crime étaient encore adhérentes au cou des malheureux bébés.

De l'enquête ouverte immédiatement par M. Frédérique, commissaire de police du quartier de la Gare. il résulte que la femme Guimarc, pendant la guerre, mena une vie de débauche. Ses grossesses qui, à trois reprises, passèrent inaperçues en raison de sa difformité corporelle, se terminèrent par trois naissances et trois infanticides.

Pendant plusieurs années, la cuisinière vécut donc auprès des cadavres de ses trois enfants dans le taudis qu'elle habitait, parmi la vermine la plus infâme.


Cirque d'Hiver. — Le double saut périlleux en automobile, exécuté par les frères Desprez, à 15 mètres de haut, est la plus terrifiante attraction réalisée jusqu'à ce jour avec une auto. Pepino, les Fratellini, etc.


 Expulsion des zoniers - 1895

Les pauvres gens


Expulsion des zoniers

  
Le Petit-Journal – Supplément du dimanche 23 juin 1895

Nous n'avons pas, on le sait, coutume d'exciter à la résistance contre l'autorité ; nous ne le ferons pas plus aujourd'hui que de coutume; mais, franchement, les règlements sont parfois bien durs et ceux qui les appliquent manquent parfois d'un peu d'humanité.

Évidemment  ils avaient tort les pauvres diables qui avaient, à la Porte de Gentilly, élevé sur la zone militaire des cahutes un peu trop hautes et le génie avait le droit de les rappeler à l'ordre. Mais n'est-ce point un axiome juridique que celui qui se formule ainsi : Summum jus, summum injuria, et se traduit par ces mots : Le droit extrême est une extrême injustice ?

Est-ce que l'ennemi est à nos portes, et quand bien même il approcherait, vous avez bien vu le peu de temps qu'il suffisait à détruire ces misérables cahutes; vous n'aviez pas besoin de vous y prendre avec autant d'avance.

Il y avait des enfants malades dans ces baraques et cela ne vous a point empêchés d'agir comme le font  vis-à-vis de leurs tenanciers les propriétaires irlandais que vous taxez de cruauté et qui ont au moins cette excuse de défendre leurs intérêts.

Mais vous, qu'est-ce que vous défendiez ?

Un règlement caduc ?

Et ces malheureux qui fuyaient emportant dans une mauvaise couverture leurs enfants grelottant de fièvre, croyez-vous qu'ils n'aient pas jetés des regards irrités sur les constructions bien plus importantes que leurs masures et que l'on autorise sur la zone militaire ?

En vérité, je vous le dis, ce n'est point par de tels procédés que vous avancerez la solution de la question sociale.

A lire, l'article paru dans la Lanterne le 10 juin 1895

Découvrir le 13e arrondissement...

La villa des Chiffonniers

La villa des Chiffonniers (Cité Doré)

Là-bas, bien loin, au fond d’un faubourg impossible, plus loin que le Japon, plus inconnu que l’intérieur de l’Afrique, dans un quartier où personne n’a jamais passé, il existe quelque chose d’incroyable, d’incomparable, de curieux, d’affreux, de charmant, de désolant, d’admirable.

La Bièvre
par J.K. Huysmans

La Bièvre représente aujourd'hui le plus parfait symbole de la misère féminine exploitée par une grande ville.

Née dans l'étang de Saint-Quentin, près de Trappes, elle court, fluette, dans la vallée qui porte son nom, et, mythologiquement, on se la figure, incarnée en une fillette à peine pubère, en une naïade toute petite, jouant encore à la poupée, sous les saules.

 

 

Jardin des Gobelins

Le verger des Gobelins

On sait que les tapissiers des Gobelins sont des techniciens hors pair, et non pas seulement des virtuoses, mais des artistes. Ce que l'on sait moins, c'est qu'ils ont tous leur violon d'Ingres. Ils invoquent, le dimanche venu, Pomone aux joues vermeilles, déesse des vergers, et s'escriment merveilleusement, qui de la bêche, qui du sécateur, du boyau ou de l'arrosoir.

 

La Bièvre et ses bords

Il est un coin de Paris d'étrange aspect, un paysage pittoresque et bizarre qui a déjà bien perdu de son caractère et qui, dans quelques semaines, ne sera plus qu'un souvenir; c'est cette vallée, au trois quarts comblée à aujourd'hui, que forme, à son entrée à la Maison-Blanche, la Bièvre, encaissée entre la Butte-aux-Cailles et le plateau de Montsouris.


Dernières mises en ligne

à découvrir

Faits divers

La bande de la « Saucisse »

Toute une association de voleurs vient d'être capturée hier, par M. Cadoux, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche.
Ces individus, au nombre de six, quatre hommes et deux femmes, sont les auteurs des nombreux vols commis récemment dans les treizième et quatorzième arrondissements.

Lire la suite


Dans la presse

Un jardin unique en son genre, celui des Gobelins, va être inauguré la semaine prochaine

Paris aura la semaine prochaine un nouveau jardin public, un très beau jardin. Il n’en possédera jamais trop !
Le fait est d’autant plus intéressant que ce nouveau jardin se trouve dans un arrondissement, au reste fort peuplé, le 13e, qui, il y a encore un an, ne possédait pas le moindre square. (1938)

Lire la suite

Les prochains grands travaux de Paris : dans le 13ème - 1910

Les prochains grands travaux de Paris

Dans le treizième arrondissement

Sur l'emprunt de 900 millions, dont la majeure partie doit servir à exécuter dans Paris de grands travaux de voirie (ce qui n'exclut pas ceux qui ont été décidés antérieurement à l'adoption de ce vaste plan de campagne), les quatre quartiers du treizième arrondissement auront une assez forte part.

Lire la suite

 Les drames de la rue de Tolbiac
Dernières mises en ligne

Et aussi ...

Faits divers

La bande des deux moulins - 1894

Une véritable bataille s'est livrée hier soir, vers onze heures et demie, boulevard de la Gare, entre ouvriers et rôdeurs.

Lire la suite


Dans la presse

L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

Lire la suite