Splendeur et misère des Gobelins - 1894

Splendeur et misère des Gobelins

Le Petit-Journal — 8 janvier 1894

Quand on visite les Gobelins (où, naguère encore, une foule enthousiaste se pressait pour saluer l'amiral Avellan qui était venu admirer les superbes pièces de ce musée unique) on ne peut s'éviter de remarquer l'état singulièrement délabré du célèbre établissement.

C'est qu'en effet il saute aux yeux, et je ne sais pas de spectacle plus affligeant que l'apparente ruine de ce qui demeure, après plus de trois siècles, une des vraies gloires de la France.

Entrée de la manufacture des Gobelins par H. Godefroy (sans date)
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Cela commence dès l'entrée dans l'ancienne cour d'honneur où, près du musée actuel, un carré d'herbes parasites et d'eau stagnante, presque un marécage, marque encore l'emplacement du musée d'avant 1871, consumé par les flammes avec son trésor de rares, d'irréparables tapisseries, évalué plus d'un million.

Et de suite au delà, les bâtiments irrégulièrement construits, au fur et à mesure des besoins de la manufacture, sous Henri IV, sous Louis XIV, sous Louis XV, se montrent, — à part certains réparés et reblanchis, — effrités lamentablement, humides, marbrés de taches grises et verdâtres, suant la négligence et la pénurie, avariés par le temps et surtout par l'abandon.

Ici, des toits privés de leurs tuiles laissent pénétrer les eaux pluviales ; là, des caniveaux engorgés refusent leur service hygiénique ; ailleurs, des carreaux manquent ou des vitres sont bardées de papier, ou des châssis non repeints depuis des années s'émiettent et croulent peu à peu. Il y a des salles fermées au travail pour leur insécurité dangereuse, les plafonds menaçant de s'effondrer, et des logements que des employés sont obligés de réparer à leurs frais pour les rendre habitables.

Il est évident que ces bâtiments exigent, pour fournir une nouvelle carrière, de pressantes consolidations, d'urgentes réparations. Murailles, ateliers, logements appellent avec instance les soins de l'outil du maçon et, par suite, l'indispensable sollicitude du budget.

Or, le budget alloue 6 ou 8,000 francs, je crois ; que faire avec si faible somme pour empêcher la pauvre manufacture de s'en aller de mal en pis ?

*
*             *

Il fut plus d'une fois question de remédier de la plus radicale manière à cet état de choses ; à savoir, en démolissant la manufacture de fond en comble, pour la reconstruire ailleurs, voire en province, plus belle, plus vaste, mieux ordonnée.

L'un de ces projets, aux séduisants mais fallacieux devis, eut autrefois son jour de publicité et son heure de discussion. Je rappellerai qu'il s'efforçait principalement de démontrer qu'en décidant de transporter les Gobelins hors de Paris, l'État dépenserait peu pour une œuvre grande et nécessaire, puisque la seule vente des terrains où ils sont aujourd'hui, produirait environ 1 million 500,000 francs, soit la moitié au moins des frais de reconstruction évaluables à 3 millions, foi d'architecte et d'entrepreneur !

Un million et demi pour nous doter d'une manufacture toute neuve et de premier ordre, cela ne semblerait pas trop cher, si l'on pouvait oublier de combien d'erreurs, se chiffrant par centaines de mille francs, sont susceptibles les calculs approximatifs des faiseurs de plans si beaux sur le papier, si décevants dans la réalité !

Les Gobelins avant la construction de la Galerie Formiget le long de l'avenue

Mais que d'objections encore, outre celles-là, se lèveraient pour empêcher l'exil des illustres Gobelins !

On ferait notamment observer que les Gobelins, transportés hors de Paris, loin de leur petite rivière de Bièvre, aux eaux jadis réputées excellentes pour la teinture, ne seraient plus du tout les Gobelins, de même que la manufacture de porcelaine de Sèvres, rebâtie à Brive-la-Gaillarde, n'eût plus été la manufacture de Sèvres. Il est des établissements inséparables du milieu où ils furent créés, où ils ont grandi, parce que leur renom, leur valeur, leurs progrès en dépendent, et ceux-là sont du nombre dont la réputation est universelle. À cela, que répondre ?

Et que répondre aussi à qui prouverait, de par une connaissance approfondie des faits, que déplacer les Gobelins serait les désorganiser ? La noble industrie d'art et de luxe cultivée aux Gobelins, pour stimuler le goût des industries similaires et leur servir de modèle, de tangible idéal, ne peut en effet se maintenir à ce rang élevé qu'à la condition de conserver un personnel d'artistes, d'apprentis et d'employés spéciaux, au courant de ses traditions et fiers de lui appartenir.

Assurément ce personnel ne quitterait pas volontiers le faubourg de Paris où il se recrute, où il a ses relations de famille et ses habitudes, où il rencontre assez souvent d'heureuses compensations à la modicité de ses traitements, réglés non selon son mérite, mais d'après l'usage. Il disparaîtrait ou tout au moins il s'éparpillerait, s'égrènerait, et soyez persuadés qu'on ne le remplacerait pas facilement.

*
*             *

Ces objections sont des plus sérieuses, mais s’il en est une qui les rend superflues, parce qu'elle est capitale ; c'est, tout simplement, qu'on n'a pas à songer à démolir, pour les rebâtir autre part, des bâtiments qui tiendront, debout longtemps encore, si l'on veut bien, s'occuper de les réparer. Oui, la manufacture nationale, fondée en 1667, n'est pas au terme de sa brillante existence, loin de là. Pour qu'elle contracte avec le temps et la gloire un nouveau bail, il suffit de panser ses plaies et d'équilibrer sa vieillesse.

Que l'on cimente ses pierres, prêtes à se desceller, que l'on bouche ses trous, recrépisse ses murs, recouvre ses toits, restaure ses plafonds et ses fenêtres, que l'on éclaircisse ses ateliers, que l'on assure ses fondations et, moyennant quelques sacrifices, légers en comparaison d'une réédification périlleuse, elle pourra, pendant peut-être un autre siècle, bien servir encore l'art et l'industrie.

Ces sacrifices indispensables, l'administrateur actuel estime qu'ils doivent s'élever, pour être vraiment fructueux, à 50,000 francs par an pendant dix années.

*
*             *

On devra se hâter d'agir, afin d'aider aux progrès artistiques et pratiques de la Manufacture, qui cherche à son tour à se transformer, à se moderniser.

D'une part, obligée trop longtemps à ne produire, que de serviles imitations de la peinture, jolies au premier coup d'œil, mais vite fanées, et de plus excluant toute fantaisie décorative, voici qu'elle vise à devenir originale. Elle veut et commande des modèles exprès pour ses tentures de haute lice, en rapport avec leurs moyens d'exécution simplifiés de plus en plus.

Entre les 14,400 tons sortis des 12 gammes de couleurs franches séparées les unes des autres par cinq gammes équidistantes composées chacune de 12 tons créées par l'infatigable génie de Chevreul pour lui former une palette sans pareille, elle entend choisir et employer ceux qui, réfractaires à l'action de la lumière promptement destructive des nuances trop fines, nous ont donné, d'après les cartons des maîtres, Le Brun, Mignard, Ch. Coypel, Audran, Oudry, Boucher, des tapisseries toujours pleines de fraîcheur et d'éclat, et dont les sujets, d'une vie intense, s'encadrent en des bordures d'une imagination merveilleuse.

Peut-être ira-t-elle plus loin encore : les étonnantes pièces du quinzième et du seizième siècle ne sont pas inimitables, notez-le, et si de très riches particuliers lui en exprimaient le désir, elle pourrait aisément renouveler les chefs-d'œuvre du genre. Ce serait tout profit pour elle, tout bénéfice pour l'État.

D'autre part, qui s'opposerait, si l'on parait à l'exiguïté des locaux, à l'installation auprès des laboratoires et des ateliers de teinture de l'école pratique de teinturerie, si vivement désirée par l'industrie ?

Donc, attention ! voilà de bonnes, de très bonnes idées !

Il y a quelque temps, les directeurs des grandes manufactures d'Aubusson, interrogés sur l'expansion de leur industrie en Europe, déclaraient :

« Grâce aux sujets, aux caprices décoratifs dont nous ornons nos produits, et que nous empruntons d'ordinaire aux Gobelins, en prenant soin d'en avouer l'origine, nous l'emportons de haut sur nos concurrents étrangers. Le prestige des Gobelins rejaillit sur nous ; nous leur devons un type d'élégance, de noblesse et de perfection sans rival au monde. Gardons-les à tout prix, ils sont l'honneur de l'industrie française ! »

À bons entendeurs, salut !

Thomas Grimm.


Vu dans la presse...

1864

Le point sur les travaux dans le 13e arrondissement

La transformation des anciens boulevards extérieurs, commencée l'année dernière sur la rive gauche, entre le quai de la gare et la place de l'ex-barrière d'Enfer, a été entreprise par les deux extrémités en même temps ; ces travaux sont terminés d'un côté jusqu'à proximité de la place d'Italie, et de l’autre jusqu'au boulevard d'Ivry, qu'on va transformer à son tour. (1864)

Lire

1903

Les anciens abattoirs de Villejuif

Séparé seulement par la largeur du boulevard de l’Hôpital de ce vieux quartier des Gobelins où l'on a fait de toutes parts de larges trouées d'air et de lumière, un mur nu, hideux, noirâtre, immense dans toutes ses proportions, se dresse, entourant un espace de vingt-huit mille mètres carrés. (1903)

Lire

1882

L'anniversaire de la mort de Blanqui

Malgré les récentes instructions du préfet de police défendant la formation des cortèges sur la voie publique, les journaux révolutionnaires avaient convoqué leurs amis à plusieurs reprises, pour une heure de l'après-midi, devant la maison où est mort Blanqui l'an dernier, au n° 25 du boulevard d'Italie, au coin de la rue du Moulin-des-Prés. Un temps superbe : pas un nuage au ciel, un chaud soleil et un air vif. (1882)

Lire

1896

Les murs de la Salpêtrière

Le conseiller municipal Paul Bernard, au cours de la dernière session, a réclamé la suppression des murs de la Salpêtrière.
Toute la gauche du boulevard de l'Hôpital est occupée, comme on sait, par des établissements municipaux ou privés qui couvrent une surface très étendue. Il y a l'hospice de la Salpêtrière, le magasin central de l'Assistance publique, deux ou trois maisons, puis les chantiers du charbon de Paris et les abattoirs de Villejuif. (1896)

Lire

1865

Les travaux de la petite ceinture de l'ancien hameau du Bel-Air au pont Napoléon

Les travaux en cours d'exécution pour l'achèvement du chemin de fer de Ceinture peuvent se diviser en quatre sections dont la quatrième commence au bas de l'ancien hameau du Bel-Air et vient se souder avec la fraction déjà existante au pont Napoléon en amont de Paris.
C'est de cette dernière section que nous allons nous occuper aujourd'hui. (1865)

Lire

1908

Explosion à la raffinerie Say

Les deux mille quatre cents ouvriers de la raffinerie Say, 123, boulevard de la Gare, étaient en plein travail, hier matin, vers huit heures et demie, lorsqu'une explosion formidable se produisit dans l'atelier central, d'une superficie de quatre cents mètres carrés ; il y a là sept étages superposés au-dessus du sol et trois galeries souterraines où des hommes, des femmes, des jeunes filles sont occupés au cassage ou à l'empaquetage du sucre, de six heures du matin à six heures du soir… (1908)

Lire

1912

L’Ecole des Arts-et-Métiers de Paris

Lundi prochain, 14 octobre, l'Ecole des Arts et Métiers ouvrira ses portes. C'est là une victoire due, pour une large part, à la sollicitude agissante de M. Fernand David.
Le ministre du commerce eut la chance de pouvoir triompher des derniers obstacles et de précipiter la réalisation. Visitant lui-même les travaux, boulevard de l'Hôpital, activant les formalités innombrables, il a pu — aidé, d'ailleurs, dans sa tâche ingrate par l'administration départementale et municipale — mettre l'Ecole en état de recevoir, dans quelques jours, la première année des jeunes élèves de la région de Paris. (1912)

Lire

1901

L'œuvre des petits chiffonniers

Si le promeneur, en haut de l'avenue d'Italie, avait l'idée de prendre à droite le passage Raymond, il aurait bientôt une vision étrange ! En plein Paris, à cinquante mètres d'une large voie, sillonnée de tramways, il se trouverait en face d'innombrables cahutes, d'aspect sordide où vivent pêle-mêle près de deux mille chiffonniers. (1901)

Lire

1926

A bas les taudis !

Suivez, comme nous, les rues Nationale, Jeanne-d’Arc, Campo-Formio, Louis-Français, Esquirol, Baudricourt, traversez la Cité Doré, le passage Grouin, l’impasse des Hautes-Formes et de temps en temps, arrêtez-vous devant un immeuble... (1926)

Lire

1911

Des masures à l’impasse Moret

L'impasse Moret est, dans le treizième arrondissement une enclave insalubre et sordide qui ne vaut pas mieux, si toutefois elle n'est pire, que les taudis sinistres de l'impasse du Mont-Viso [...]
Ce petit coin du vieux Paris, où la Bièvre étale encore en plein air ses eaux noires qu'empuantissent les déchets des tanneries dont elle est bordée, présente en ce moment pour les fervents du passé, un vif attrait. (1911)

Lire

1911

Les mensonges des patrons mégissiers

Le citoyen Deslandres, conseiller municipal socialiste de Paris, aura rendu un service signalé au quartier de Croulebarbe, en obtenant de la Ville qu'elle recouvre et transforme en égout les deux bras de la Bièvre qui traverse le passage Moret à ciel ouvert. (1911)

Lire

1901

La professsion de cambrurier

Deux commis voyageurs, arrêtés hier après-midi dans un bar de la rue de Tolbiac, discutaient devant les deux bocks qu’ils avaient commandés pour étancher leur soif... (1901)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme