Faits divers

 Un journaliste yougoslave assassiné à la Butte-aux-Cailles - 1930

UN DRAME MYSTÉRIEUX

Un journaliste yougoslave assassiné à la Butte-aux-Cailles

Paris-Soir — 4 mars 1930

Accrochée au boulevard Blanqui, la rue des Cinq-Diamants escalade la Butte-aux-Cailles. Rue morne et sans fantaisie, elle aligne, le long de maigres trottoirs, une vulgarité perspective de maisons lisses, crises, mornes, trouée, çà et là, par les contrevents vert pomme d'un bar ou par la façade blanchie à la chaux d'un meublé pauvre.

C'est dans l'un de ces hôtels, celui qui étale, au numéro 21, l'enseigne du « Papillon d'Or », que le 1er février dernier, un Yougoslave, Joseph Werner, étudiant, à l'école de journalisme de son pays, élisait domicile. Sa venue ne manqua point de surprendre la patronne, habituée à héberger en majeure partie des couples ouvriers. Jean Werner, un garçon de 25 ans, au visage intelligent, barre d'une petite moustache noire, et porteur de grosses lunettes d'écaille, avait l'air d'un gentleman. Cependant, comme il demandait une pente chambre pas chère, la patronne crut comprends qu'il s’agissait d’un garçon momentanément gêné et lui donna, dans le bâtiment de derrière, une petite pièce sommairement meublée que le Yougoslave jugea très suffisante. Il acquitta le loyer d'une semaine et commença de mener une existence régulière. Il sortait tard de chez lui et rentrait de bonne heure. Il n'adressait jamais la parole à personne. Il ne recevait ni visite, ni lettre. Bientôt on se désintéressa de ce singulier locataire.

Tout ce qu'on savait, c'est qu'il avait, logé auparavant dans un hôtel situé au 50 de la rue du Commerce, à Grenelle.

*
*           *

Ce matin, à 6 h. 10, six détonations retentirent dans la chambre de l'inconnu. Les voisins se précipitèrent et trouvant la porte ouverte, pénétrèrent dans la pièce. Jean Werner gisait sur le parquet raide mort. Il était tout habillé. Quant à son ou à ses agresseurs, ils avaient disparu.

Alertée, la patronne déclara qu'on avait ouvert la porte à 5h.30, comme de coutume, la maison comptant de nombreux locataires ouvriers qui gagnent tôt leur travail. Sans doute, l'inconnu avait pénétré sans bruit, s'était dirigé directement vers la chambre du Yougoslave. Un voisin se souvint avoir entendu frapper. Tout de suite Werner ouvrait, l'autre tirait et, son crime accompli, prenait la fuite.

On juge de l'émotion qui s'empara du quartier. Un agent, alerté, prévint le commissariat de la Maison-Blanche, qui dépêcha sur les lieux l'inspecteur chef Ballerat, lequel s'empressa de procéder aux premières constatations.

Tout d'abord il fut établi que l'infortuné Werner avait été touché de balles de différents calibres, les unes de 9 m/m, les autres de 6 m/m 35. La mort avait été foudroyante. L'assassin avait tiré avec sauvagerie, même lorsque sa victime était déjà tombée. On retrouva en effet une balle qui, ayant traversé le plafond, s'était perdue dans la chambre du dessous.

Différents papiers furent découverts dans la chambre, la plupart au nom de Joseph Werner, mais aussi une carte d'identité établie à Zagreb, au titre d'un certain Smaïl Alikoffie.

Aucun tiroir, aucun meuble n'avait été fouillé et, et dans la poche du veston du cadavre, on retrouva une petite somme d'argent qui devait représenter tout son avoir. Il ne s'agit donc point d'un vol à main armée, mais plutôt d'une vengeance et peut-être d'un crime politique. Il est probable que l'enquête policière nous éclairera.

La Butte aux Cailles

La tâche des inspecteurs n'en demeure pas moins singulièrement difficile. Un seul point pourrait les éclairer.

À 6 heures du matin Werner était habillé de pied en cap et prêt à sortir. Il pouvait donc attendre une visite.

D'autre part, le fait d'avoir élu domicile dans cet hôtel perdu et nullement en rapport avec sa situation prouverait que le malheureux avait certaines raisons de se cacher.

Enfin, nous nous sommes rendu rue du Commerce, au numéro 50, où le Yougoslave avait assuré avoir habité. Or, dans cette rue le numéro 50 n'existe pas et dans les maisons voisines, nul ne connaît le nom même de Werner.


A lire également :

L'article du 5 mars 1930

À lire également...

Une usine incendiée

1911

Le feu éclatait, la nuit dernière vers quatre heures, dans une usine de dégraissage de chiffons appartenant à M. Figueros, située tout au fond du treizième arrondissement, 14, rue Brillat-Savarin.

...


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre

1895

Une double tentative de meurtre a mis en émoi, hier soir, les habitants de la rue de Tolbiac, dans le quartier de la Maison-Blanche.

...


Amours séniles

1904

Subissant l'influence de l'été de la Saint-Martin, Paul Perrotel le « père Paul » comme on l'appelle dans le quartier des Gobelins bien qu'âgé de cinquante-huit ans, déclara sa flamme à une marchande de pommes de terre frites de la rue de Tolbiac, Louise Fléchel, qui compte, elle, cinquante-cinq ans.

...


rue Corvisart

Fâcheuse méprise

1892

Un cocher de la Compagnie générale des omnibus, le nommé Auguste Veladon, qui avait accompagné son attelage au Dépôt, se trouvait, la nuit dernière, à une heure du matin, rue Corvisart, lorsqu'un individu quitta le trottoir opposé, pour s'avancer au devant de lui.

...

Saviez-vous que... ?

Le 21 octobre 1894, le quotidien La Croix informait ses lecteurs et déplorait que le concile laïc, qu’on nomme officiellement « conseil municipal de Paris » et officieusement « Kaperdulaboule », avait débaptisé la rue Saint-François de Sales, Paris 13e, pour lui donner le nom de Daviel et, dans le même temps, changé les dénominations de la rue Sainte-Marguerite et du passage Saint-Bernard.

*
*     *

La rue du Dessous des Berges est située à 20 mètres au dessus des berges.

*
*     *

Le 19 juillet 1927, le nom de rue de Gentilly fut donné à la rue du Gaz. Le nom de rue de Gentilly avait été, jusqu'en 1899, celui de la rue Abel-Hovelacque d'aujourd'hui. Cette nouvelle rue de Gentilly perdit ensuite son nom au profit de Charles Moureu et d'Albert Bayet.

*
*     *

Eugène Oudiné, sculpteur et graveur en médailles, membre; de l'Académie des beaux-arts de Bruxelles, né le 1er janvier 1810, est décédé en avril 1887. Son nom était populaire car on pouvait lire sa signature sur toutes les pièces de monnaie frappées depuis 1870. Prix de Rome en 1851, il avait été élève de Gallé, de Petitot et d'lngres. Vers 1844, il fut attaché au Timbre et à la Monnaie. Ce qu'on connaît le plus de lui, ce sont les effigies des pièces de cent sous. Oudiné a pourtant exécuté bon nombre de statues.
La ville de Paris l'honora en 1934 en donnant son nom à la rue Watt prolongée.

L'image du jour

La folie Neubourg, boulevard d'Italie (Auguste Blanqui)