Faits divers

 Un cimentier a tenté de tuer sa femme d'un coup de revolver à la tête avenue des Gobelins - 1914

Un cimentier a tenté de tuer sa femme d'un coup de revolver à la tête avenue des Gobelins

Le Petit-Journal — 13 juin 1914

Dans un accès de jalousie, un ouvrier cimentier a tenté de tuer sa femme en lui logeant une balle de revolver dans la tête, la nuit dernière, un peu avant minuit, avenue des Gobelins.

La malheureuse a été transportée à l'hôpital Cochin, où son état est considéré comme désespéré ; quant au meurtrier, il a été arrêté aussitôt par des passants.

Voici les circonstances de ce drame :

II y a trois ans, Louis Poher, âgé de 28 ans, épousait Marie Le Loringuer, âgée de 21 ans. Tous deux étaient originaires des Côtes-du-Nord et se connaissaient de longue date. Mais les querelles furent fréquentes et les époux se séparèrent, au mois de mars dernier.

Cette séparation affecta beaucoup Poher, qui, de plus, est malade. Ne pouvant se résigner à vivre seul, il se mit à la recherche de sa femme et finit par la trouver. Tous deux s'installèrent, il y a quinze jours dans un hôtel, 13, rue des Gobelins, mais les querelles reprirent de plus belle.

La rue des Gobelins vue depuis la rue des Marmousets.

Marie Poher, cependant, travaillait régulièrement comme plongeuse dans un restaurant, 6, avenue des Gobelins, mais la jalousie de son mari s'était accrue et il allait jusqu'à la menacer de son revolver. Craignant pour sa vie, la jeune femme quitta de nouveau le cimentier, le 5 juin, et alla habiter 8, impasse de l'Astrolabe.

Comme elle travaillait toujours dans le même restaurant, son mari l'attendit, jeudi soir, avenue des Gobelins et la décida à venir chez lui. Arrivée devant l'hôtel, la plongeuse changea brusquement d'avis et ne voulut pas entrer. La discussion continua jusqu'au moment où, perdant patience, Mme Poher tourna les talons et partit.

Elle n'avait pas fait trois pas qu'une détonation retentissait et la malheureuse, la tête traversée d'une balle, tournoyait sur elle-même et tombait. Poher avait fait feu par derrière et elle avait reçu le projectile dans le cervelet.

La rue des Gobelins vue depuis l'avenue des Gobelins.
C'est là que se déroula le drame.

Cependant le meurtrier remettait froidement son arme, un petit revolver, dans sa poche, et remontait l'avenue des Gobelins, suivi par la foule qui criait :

« C'est lui le meurtrier, arrêtez-le ! » mais personne n'osait s'approcher.

À la fin, deux courageux jeunes gens, MM. Maurice Thevenet, peintre, et Motuelle, représentant de commerce, se jetèrent sur lui et le mirent dans l'impossibilité de se servir de son revolver. Tous voulurent alors assommer Poher, et deux soldats du 23e régiment d'infanterie coloniale, MM. René Bouclaud et Louis Hecquet, durent même dégainer pour protéger le meurtrier contre la fureur populaire.

Conduit au poste central du XIIIe arrondissement, le cimentier a été entendu, hier ? par M. Yendt, commissaire de police, qui l'a envoyé au Dépôt. Quant à la victime, on a tenté de lui faire subir l'opération du trépan pour retrouver la balle, mais sans résultat.


A lire également

Drame du revolver aux Gobelins - 1913

À lire également...

La chasse aux indésirables

1938

Des inspecteurs de la police judiciaires ont arrêté trois Polonais ayant été déjà condamnés.

...


Querelle de famille

1905

Dans un des coins les moins connus de Paris, dans une rues les moins fréquentées, du quartier de la Maison-Blanche, la rue de la Colonie, habite, au n°20, un nommé Pierre V...

...


Quartier de la Gare

Incendie au dépôt des Petites-Voitures de la rue Dunois

1872

Hier, 1er mai, vers cinq heures du soir, un incendie qui ne tarda pas à prendre des proportions considérables s'est déclaré au dépôt des Petites-Voitures de la Compagnie générale, rue Dunois, 8. Le feu, qui avait pris naissance dans l'aile gauche du bâtiment, s'est bientôt communiqué au grenier à fourrage, et les trente mille bottes de foin qu'il renfermait devinrent bientôt la proie des flammes.

...


M. Perruche, commissaire

Les aventures d'un perroquet

1896

— Balthazar s'est sauvé, disait un de ces jours, à M. Perruche, commissaire de police, Mme B..., fruitière, 1, rue Dolomieu. Je vous en prie, aidez-moi à le rechercher...

...

Saviez-vous que... ?

Le 24 décembre 1939, Paris-Soir nous apprenait que Mme Marthe Pouchenel, 20 ans, avait glissé sur le verglas dans la cour de l'immeuble où elle demeurait, 23, rue Bourgon et avait été admise à l'hospice de Bicêtre.

*
*     *

Le 23 août 1886, un violent orage provoquait une crue de la Bièvre de près d'un mètre rue Pascal inondant un grand nombre de caves et causait des dégâts considérables dans les parages. Ce même orage fit des dégâts importants dans d'autres points du 13ème notamment rue Richemont et rue Clisson.

*
*     *

Le nom d'Émile Deslandres fut donné en juillet 1936 à un tronçon de l'ancien passage Moret pour que cette rue honore l'ancien conseiller municipal qui représenta le 13e à l'Hôtel de Ville pendant près de 30 ans.

*
*     *

En juillet 1899, la fête foraine, installée place d'Italie à l'occasion de la fête nationale, s'enorgueillissait d'accueillir la baraque d'Angèle Thiébeau, la Pétomane du Moulin-Rouge.(L'Aurore - 15 juillet 1899)

L'image du jour

La Zone à la Poterne des Peupliers

Le fossé des fortifications est alors occupé par des jardins. On remarquera la différence d'aspect du mur des fortifications entre la droite et la gauche de la poterne des Peupliers. Le mur à gauche a été entièrement refait après son éboulement consécutif à 'éclatement de conduites d'eau passant sous le boulevard Kellermann en janvier 1912.