Faits divers

 Un cimentier a tenté de tuer sa femme d'un coup de revolver à la tête avenue des Gobelins - 1914

Un cimentier a tenté de tuer sa femme d'un coup de revolver à la tête avenue des Gobelins

Le Petit-Journal — 13 juin 1914

Dans un accès de jalousie, un ouvrier cimentier a tenté de tuer sa femme en lui logeant une balle de revolver dans la tête, la nuit dernière, un peu avant minuit, avenue des Gobelins.

La malheureuse a été transportée à l'hôpital Cochin, où son état est considéré comme désespéré ; quant au meurtrier, il a été arrêté aussitôt par des passants.

Voici les circonstances de ce drame :

II y a trois ans, Louis Poher, âgé de 28 ans, épousait Marie Le Loringuer, âgée de 21 ans. Tous deux étaient originaires des Côtes-du-Nord et se connaissaient de longue date. Mais les querelles furent fréquentes et les époux se séparèrent, au mois de mars dernier.

Cette séparation affecta beaucoup Poher, qui, de plus, est malade. Ne pouvant se résigner à vivre seul, il se mit à la recherche de sa femme et finit par la trouver. Tous deux s'installèrent, il y a quinze jours dans un hôtel, 13, rue des Gobelins, mais les querelles reprirent de plus belle.

La rue des Gobelins vue depuis la rue des Marmousets.

Marie Poher, cependant, travaillait régulièrement comme plongeuse dans un restaurant, 6, avenue des Gobelins, mais la jalousie de son mari s'était accrue et il allait jusqu'à la menacer de son revolver. Craignant pour sa vie, la jeune femme quitta de nouveau le cimentier, le 5 juin, et alla habiter 8, impasse de l'Astrolabe.

Comme elle travaillait toujours dans le même restaurant, son mari l'attendit, jeudi soir, avenue des Gobelins et la décida à venir chez lui. Arrivée devant l'hôtel, la plongeuse changea brusquement d'avis et ne voulut pas entrer. La discussion continua jusqu'au moment où, perdant patience, Mme Poher tourna les talons et partit.

Elle n'avait pas fait trois pas qu'une détonation retentissait et la malheureuse, la tête traversée d'une balle, tournoyait sur elle-même et tombait. Poher avait fait feu par derrière et elle avait reçu le projectile dans le cervelet.

La rue des Gobelins vue depuis l'avenue des Gobelins.
C'est là que se déroula le drame.

Cependant le meurtrier remettait froidement son arme, un petit revolver, dans sa poche, et remontait l'avenue des Gobelins, suivi par la foule qui criait :

« C'est lui le meurtrier, arrêtez-le ! » mais personne n'osait s'approcher.

À la fin, deux courageux jeunes gens, MM. Maurice Thevenet, peintre, et Motuelle, représentant de commerce, se jetèrent sur lui et le mirent dans l'impossibilité de se servir de son revolver. Tous voulurent alors assommer Poher, et deux soldats du 23e régiment d'infanterie coloniale, MM. René Bouclaud et Louis Hecquet, durent même dégainer pour protéger le meurtrier contre la fureur populaire.

Conduit au poste central du XIIIe arrondissement, le cimentier a été entendu, hier ? par M. Yendt, commissaire de police, qui l'a envoyé au Dépôt. Quant à la victime, on a tenté de lui faire subir l'opération du trépan pour retrouver la balle, mais sans résultat.


A lire également

Drame du revolver aux Gobelins - 1913

À lire également...

Un héros de Gaboriau

1901

La police a enfin réussi à mettre la main, hier, sur l'insaisissable Goirand, ce malfaiteur-protée dont Gaboriau eût fait certainement le héros d'un de ses romans, s'il avait vécu de son temps.

...


Les rixes du quartier des Gobelins

1894

Depuis quelque temps le quartier des Gobelins est le théâtre de rixes continuelles.

...


Rixe

1899

Une vingtaine d'habitants de la cité Jeanne-d'Arc, qui nourrissaient depuis quelque temps des projets de vengeance contre des locataires de la cité Doré, rencontraient quelques-uns de ceux-ci place Pinel et les provoquaient.

...


rue de la Colonie

Sauvé par un agent

1872

Le sieur S., cocher, voulu, bien qu'étant en état d'ivresse, traverser le bassin des Prés de la Glacière, au bout de la rue de la Colonie.

...

Saviez-vous que... ?

Félix Faure est le premier Président de la République à avoir visité le 13e arrondissement à l'occasion de l'inauguration du pont de Tolbiac passant au dessus des voies du chemin de fer de la ligne Paris-Orléans. C'était en 1895.

*
*     *

La rue Henri Pape s'appelait jusqu'en 1897, rue Edmond-Valentin

*
*     *

La société des fourneaux de Saint-Vincent de Paul, le 5 novembre 1897 ouvraient, comme chaque année, ses fourneaux (au nombre de 26 en 1897) qui restèrent ouverts jusqu’au 30 avril 1898, tous les jours non fériés, de huit heures à onze heures du matin. Trois d'entre eux étaient situés dans le 13ème : 45 rue Corvisart, 35 rue de la Glacière et 87 bis rue Jenner.
Avec un bon de dix centimes, les malheureux recevaient une portion de pain, bouillon, viande, légumes, etc. enfin, de quoi se réconforter.
Ces établissements charitables étaient dirigés par les Sœurs.

*
*     *

Le 13 décembre 1892, M. Béchu, porteur aux Halles, demeurant rue Beaudricourt, 28, apportait, au commissariat de M. Perruche, un obus chargé, enveloppé de papier qu’il venait de découvrir, â 5 heures du matin, contre la porte d’une maison rue de Tolbiac, à l’angle du passage du Moulinet.

L'image du jour

Boulevard de l'Hôpital - A gauche, une des entrées du marché aux chevaux