Faits divers

 Un drame à la Butte-aux-Cailles - 1899

Un drame à la Butte-aux-Cailles

Le Figaro — 23 janvier 1899

Il y a une quinzaine de jours, venait habiter, 23, rue du Moulinet, une famille de miséreux, composée d'un homme, d'une femme et de quatre enfants, âgés de seize, quatorze, douze et neuf ans. L'homme, Jules Saujon, est chiffonnier, journalier quand il trouve de l'ouvrage. La femme, veuve depuis huit mois d'un nommé Noël, mort à l'hôpital, chiffonne et mendie... C'est M. Enfer, directeur du patronage Saint-Joseph, rue Bobillot, qui, voyant leur situation, les logea là, paya un mois de loyer et les autorisa à venir tous manger à la « Mie de pain », société de secours qui fait partie de son patronage.

L'aîné des enfants, Victor Noël, a eu la fièvre typhoïde et a été enfermé à Bicêtre. Il est guéri, mais n'a pas très bien la conscience de ses actes.

Hier, à. une heure et demie, l'un de ses frères était descendu de leur mansarde avec des sabots aux pieds. Victor le suivit et lui enleva les sabots, qu'il se mit à déchiqueter avec un couteau. Comme le petit criait, la mère intervint et prit Victor par le bras en le réprimandant.

Victor se secoua pour se dégager, donna un soufflet à sa mère, puis, du couteau qu'il tenait à la main, il la frappa à la cuisse gauche.

À cette vue, les trois autres enfants s'en fuirent en criant à l'assassin. Saujon courut chercher un gardien de la paix et Victor fut conduit au bureau de M. Remorigin, commissaire de police.

La blessure de Mme Noël est légère. Après un premier pansement, elle a pu rentrer chez elle.


Œuvre de la Mie-de-Pain
Œuvre de la Mie-de-Pain

À lire également...

Quartier de la Maison-Blanche

L'Accident de la Poterne des Peupliers a fait 300,000 francs de dégâts.

1912

Mettant à profit les loisirs d'un dimanche ensoleillé, près de vingt mille Parisiens ont défilé hier, sous la poterne des Peupliers, pour se rendre compte des dégâts causés par l'accident de samedi soir.

...


Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches

1911

À trois heures du matin, boulevard Arago — le boulevard Liabeuf, comme l'appellent maintenant, les apaches du quartier — une fusillade terrible s'est engagée entre agents et rôdeurs, sur l'emplacement même où fut exécuté le meurtrier de la rue Aubry-le-Boucher.

...


On n’a pas encore retrouvé l'assassin de Suzanne Barbala

1922

C'était jour de marché, hier matin, avenue d'Italie...

...


Sur la zone

Une chiffonnière meurt dans des circonstances mystérieuses

1932

Entre le boulevard Kellermann et la rue Blanqui, sur la zone annexée du 13e arrondissement, s’étend, un de ces étranges camps de miséreux où, dans un inextricable écheveau de sentiers et de ruelles, cabanes et roulottes sont entassées pêle-mêle.

...

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

En 1929, il y avait une maison de tolérance au 9 du boulevard Blanqui.

*
*     *

En 1937, le président du comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes tenait sa permanence pour les adhésions au cabaret de Mme Grégoire, 41, rue de Croulebarbe.

*
*     *

Le 21 octobre 1894, le quotidien La Croix informait ses lecteurs et déplorait que le concile laïc, qu’on nomme officiellement « conseil municipal de Paris » et officieusement « Kaperdulaboule », avait débaptisé la rue Saint-François de Sales, Paris 13e, pour lui donner le nom de Daviel et, dans le même temps, changé les dénominations de la rue Sainte-Marguerite et du passage Saint-Bernard.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912