Faits divers

 Un drame entre chiffonniers - 1914

Un drame entre chiffonniers

Le Journal — 2 janvier 1914

Boulevard Masséna, Louis Brunot frappe mortellement son cousin

Parmi les chiffonniers qui forment, aux environs de la porte d'lvry, une remuante agglomération connue sous le nom de « village nègre », s’est passé, hier après-midi, un drame rapide et sanglant.

Vers 3 heures, une bande de jeunes gens excités par d'abondantes libations passait boulevard Masséna.

Une villa de chiffonnier boulevard Masséna - Eugène Atget - 1910

Parmi eux se trouvait un chiffonnier de vingt ans, Louis Brunot, dit « la France », qui demeure chez sa sœur, 160, rue Nationale. Il vit soudain venir à lui son cousin germain, Louis Boulanger, chiffonnier comme lui, habitant 18, boulevard Masséna.

Boulanger, qui a trente et un ans, est vigoureux et d'humeur violente et batailleuse. Souvent déjà il avait abusé de sa force contre son cousin. Cette fois, le vin le faisait plus agressif encore que d'habitude. Il chercha querelle à Brunot avec des paroles injurieuses et menaçantes. L'autre fut exaspéré : il avait une ancienne rancune à satisfaire et il se savait le plus faible. Il n'hésita pas : s'armant d'un couteau à cran d'arrêt, il en porta un coup furieux à son adversaire, qui tomba en s'écriant : « Je suis planté ! »

Pendant qu'on s'empressait autour du blessé, le meurtrier prenait la fuite.

M. Yendt, commissaire de police du quartier de la Salpêtrière, rapidement averti, chargeait les inspecteurs Muller et Rousse de l'arrêter. Ils le trouvèrent chez sa sœur, à qui il avait demandé asile. On saisit sur lui le couteau encore sanglant qui lui avait servi à perpétrer son crime.

Conduit devant M. Yendt, il essaya cependant de nier, mais bientôt, convaincu par l'évidence, il se décida aux aveux.

Il tenta de s'excuser en alléguant qu'il était ivre et qu'il avait voulu à la fois venger ses anciennes injures et prévenir les sévices dont son cousin le menaçait à nouveau ; Il a été envoyé au Dépôt.

Boulanger a été atteint à l'aine, au niveau de l'artère fémorale droite. IL a perdu beaucoup de sang et c'est dans un état grave qu'il a été admis à l'hôpital de la Pitié.


Une remuante agglomération connue sous le nom de « village nègre »... Cette appelation n'a été que trés rarement utilisée par la Presse et essentiellement autour de l'année 1910.


A lire également

Le mystère du boulevard Masséna - 1894

Crime avorté boulevard Masséna - 1905

À lire également...

Inondation boulevard Kellermann

1901

A la hauteur du numéro 26 du boulevard Kellermann, entre la porte de Bicêtre et la poterne des Peupliers, se trouve l'accès d'une double rampeaboutissant d'une part à la rue du Moulin-de-la-Pointe et d'autre part à la rue Damesme.

...


Un Drame du terme

1902

Entre la rue Nationale et la rue Jeanne-d'Arc, dans le quartier de la Gare, serpente un passage qui coupe la cité Jeanne-d'Arc. De chaque côté sont de hautes maisons, aux étages bas, aux fenêtres étroites, où grouille une population de chiffonniers, de mendiants, de gens sans aveu.

...


Rue de l'Espérance

Un enfant mangé par un cheval

1884

Un épouvantable accident a eu lieu hier dans le quartier de la Butte-aux-Cailles.
Au numéro 14 de la rue de l'Espérance, habitent les époux Hugon ; ils ont trois enfants, deux petites filles de cinq et sept ans, et un garçon de quatorze ans, le petit Jean. Les époux Hugon vont acheter dans les environs de Paris des légumes qu'ils revendent à la Halle.

...


Quartier Croulebarbe

Courageux agent

1897

M. Clayon, rentier, demeurant boulevard Arago à Paris, avait reçu, il y a deux jours, de la campagne, une certaine quantité de fagots qu'il fit empiler dans un réduit de sa cuisine.

...

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

10.000 voitures passaient par journée de 24 heures sur le Pont d'Austerlitz au début des années 1880. Les omnibus sont naturellement compris dans ce nombre.

*
*     *

La rue de Tolbiac, pour la partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers, fut appelée initialement rue du Transit lorsque son ouverture fut projetée.

*
*     *

C’est en juillet 1938 que fut posée, par le Ministre Jean Zay, la première pierre du stadium universitaire qui allait prendre place à l’angle du boulevard Kellermann et de la porte de Gentilly et qui, plus tard deviendrait le stade Charletty.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner