Faits divers

 Crime avorté – 1905

Crime avorté

Le Journal — 18  novembre 1905

Boulevard Masséna. — Coquin de neveu. — Il était grand temps !

Mme Dupuis, veuve de cinquante-huit ans, qui habite une maison isolée, au numéro 10 du Boulevard Masséna, voulait depuis longtemps se débarrasser de son amant, un neveu de souche très éloignée, avec qui, durant dix-huit ans, elle mena la vie quasi conjugale.

Celui-ci, Aristide Réty, aujourd'hui âgé de quarante-trois ans, exerçant la profession de garçon boucher, ne l'entendit point de cette oreille.

Déjà, au mois d'octobre, Mme Dupuis avait congédié son coquin de neveu, à la suite d'une discussion ; mais, par pitié, elle lui laissait entrevoir la possibilité d'une rente annuelle de 400 francs, à la condition qu'Aristide Réty retournerait dans son pays natal, Romorantin.

Réty était plus exigeant. Il demanda que la rente fut portée de 400 à 2,000 francs, puis, comme la veuve se récriait, il tenta de l'étrangler…

L'arrivée des voisins mit fin à cette première tentative. Le bandit prit la fuite, et l'on crut alors qu'il s'était réfugié à Romorantin. En réalité, il se cachait dans un garni de l'avenue d'Italie et préparait froidement une nouvelle expédition chez son ancienne maîtresse…

Hier matin, en effet, comme celle-ci était encore au lit, il escalada le mur du jardin, pénétra jusque dans la chambre de Mme Dupuis, puis, bondissant sur la malheureuse, deux genoux sur sa poitrine, deux poings sur la gorge, après avoir frappé la rentière à la tête avec un instrument contondant :

— Tu vois, hurlait-il, fou de rage, je me venge ; cette fois, tu ne m'échapperas pas ! Tu vas me coucher illico sur ton testament ou je te tue comme un chien…

Mme Dupuis, inondée de sang, plus morte que vive, jeta les hauts cris.

Une bonne, que Réty croyait absente, vint au secours de la rentière sur le point de succomber, et l'assassin prit la fuite, en sautant d'une fenêtre du premier étage dans la rue…

On ne sait ce qu'il est devenu, et le service de la Sûreté, informé par M. Rocher, commissaire de police du quartier de la Gare, a lancé ses meilleurs limiers à la recherche du bandit.

L'état de Mme Dupuis, bien que grave, n'inspire pas d'inquiétudes immédiates.


A lire également

Le mystère du boulevard Masséna - 1894

Un drame entre chiffonniers - 1914

À lire également...

Les étrangleurs des Gobelins

1895

C'est sous cette sinistre appellation qu'on désignait dans; le treizième arrondissement; la redoutable bande de malfaiteurs qui, la nuit venue, se répandaient dans les divers quartiers de cet arrondissement...

...


Boulevard de la Gare

Un coup raté

1891

L'avant-dernière nuit, vers trois heures du matin, une veuve Bricot, qui tient un garni 112, boulevard de la Gare, entendait tout à coup des cris provenant d'une chambre inoccupée de l'hôtel.

...


Un drame entre chiffonniers

1914

Parmi les chiffonniers qui forment, aux environs de la porte d'lvry, une remuante agglomération connue sous le nom de « village nègre », s’est passé, hier après-midi, un drame rapide et sanglant.

...


rue de Patay

Des « esprits » persécutent une famille rue de Patay

1920

Une foule compacte dans une rue, coupant complètement la circulation ; des cris, des éclats de rire ; que se passe-t-il ?
C'est la maison « hantée », tout simplement ; oui, la maison hantée, car il en est une, à Paris même, 87, rue de Patay derrière la place d'Italie.

...

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Lorsque fut conçu le projet de doter le quartier Maison Blanche d'une nouvelle église, il était prévu que celle-ci s'appela Saint-Marcel de la Maison-Blanche. Ce fut Sainte-Anne qui l'emporta.

*
*     *

C'est en juillet 1905 que le nom de Paul Verlaine (1844-1896) fut donné à la place du puits artsésien dans le 13e arrondissement.

*
*     *

En 1901, M. et Mme S..., marchands de beurre, habitaient 101, rue de Patay, un petit pavillon isolé.
Devant était un minuscule jardinet, sur les côtés un hangar, et, dans le fond, une remise et des écuries avec un mur de clôture séparant la propriété d’un terrain vague ayant vue sur la rue Albert et sur lequel on élèvait une maison, encore en construction.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner