Faits divers

 Drame de la place Pinel 2 - 1935

Vingt ans de travaux forcés pour avoir tué une femme à coup de hachette

Excelsior — 23 juillet 1935

Puisatier âgé de cinquante-trois ans, Louis Pruvot est un ivrogne invétéré. Depuis plus de quinze ans il habitait 17, place Pinel, avec Elise Chavannes, de six ans son aînée.

A six reprises il a été condamné, dont quatre fois pour vols ou tentatives, la dernière fois à trois ans de prison. Il a été également condamné à quatre mois de prison pour coups à agents et il a déjà comparu devant la cour d'assises, qui lui a infligé sept ans de réclusion, pour émission de fausse monnaie.

Cette fois, il s'agissait d'un assassinat, celui d'Elise Chavannes.

Le 17 mars dernier il l'injuria, la frappa, et la sexagénaire s'alita.

Ceci n'empêcha pas Pruvot de faire la fête avec des amis toute la journée du lendemain.

Le 19 mars, Elise, qui était alitée, lui reprocha sa conduite et il la quitta pour aller boire dans divers débits.

— J'en ai assez, dit-il à un camarade ; je vais la tuer, je laisserai un mot sur la table ; il y aura : « Elle est morte. » Comme ça, tu seras averti...

L'autre essaya de le calmer, lui représentant qu'il valait mieux qu'il quittât son amie. Mais Pruvot s obstina.

— J'en ai « marre » ; je vais la « butter » et je me « buterai » ensuite !

Et c’est ce qu'il fit une heure après, empoignant une hachette et broyant les os de la face et du crâne de la malheureuse d'une demi-douzaine de coups.

La pauvre vieille n'était pas belle à voir. Pruvot aperçut une poupée offerte par lui en des jours meilleurs, il la plaça sur la figure de la morte, écartant la robe pour masquer les plaies.

Il alla ensuite replacer la hachette, maculée de sang et de cervelle, sur la cuisinière où il l'avait prise, et il écrivit sur un papier, au crayon, l'aveu de sa culpabilité. Après quoi, il alla boire encore et se constitua prisonnier.

— Je lui ai donné un bol de lait, a-t-il expliqué aux jures, et, au lien de me remercier, elle m’a injurié, me traitant de fainéant. J’étais fou de rage; je me retournai et J'aperçus la hachette. J'ai frappé, sans trop savoir ce que je faisais ; j’étais vraiment fou...

Le président Glard lui objecta qu'il avait indiqué à l'avance qu'il allait tuer, Pruvot se contenta de répliquer que, depuis huit jours, sa « femme » le faisait enrager par ses injures et ses récriminations continuelles.

Après le réquisitoire de M. Picard, avocat général, Me Robert Bilis puis M" Maurice Guerrier présentèrent la défense de l'accusé.

Le jury délibéra ensuite et, écartant la préméditation, accorda les circonstances atténuantes. Pruvot fut alors condamné au maximum possible, soit vingt ans de travaux forcés et vingt ans d'interdiction de séjour.


A lire également

Le drame de la place Pinel

À lire également...

Mauvaise surprise

1875

Une dame Jacquinot, demeurant rue de Pantin à Aubervilliers, était venue hier soir, vers cinq heures et demie, voir sa mère, la dame Roux, qui habite rue Vandrezanne, 33.

...


Scène sanglante dans un Bal Avenue de Choisy

1910

Une scène, tragique et sanglante s'est déroulée, hier soir, 190, avenue de Choisy, au bal de l'Alcazar d'Italie.

...


Quartier de la Gare

Le crime de la Cité Jeanne d'Arc

1907

Un inconnu abordait, hier soir, vers quatre heures trois quarts, dans la rue Nationale, le sous-brigadier des gardiens de la paix Honoré Mariton, du treizième arrondissement, et lui déclarait : Je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc. Conduisez-moi en prison.

...


Rue du Jura

La bande des Gobelins

1887

Depuis quelque temps, une association de malfaiteurs jetait la terreur dans le quartier des Gobelins.

...

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Le 7 avril 1897, M. Félix Faure, Président de la République accompagné de M. Barthou, ministre de l’intérieur; du général Tournier, de M. Le Gall et du commandant Meaux Saint-Marc, visitait l’hôpital de la Salpêtrière. Avant de se retirer, M. Félix Faure avait remercié les médecins des soins qu’ils donnent aux malades et avait laissé mille francs pour améliorer l’ordinaire des malades.

*
*     *

La rue du Banquier, ancienne rue, doit son nom au banquier Patouillet qui avait déjà donné son nom au territoire compris entre la rive droite de la Bièvre et les terres de St-Marcel sur le chemin d'Ivry. (Clos Patouillet.)

*
*     *

Afin que cesse la confusion entre la rue Thiers dans le 16e arrondissement et la rue Tiers dans le Treizième, on donna à cette dernière, en 1929, le nom de Paulin-Méry (1860-1913), ancien député du 13e (1889-1902), docteur en médecine, partisan et admirateur indéfectible du Général Boulanger, et victime des rayons X.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner