Faits divers

 L’explosion de l’avenue d’Italie - 1885

L’explosion de l’avenue d’Italie

Le Gaulois — 18 juillet 1885

Une explosion formidable s'est produite hier, à neuf heures quarante-cinq, avenue d'Italie, n° 18, dans la cave de M. Tournel, marchand de couleurs et de produits chimiques.

Le magasin de M. Tournel, 18 avenue d'Italie

La secousse a été si violente qu'une partie de la boutique a volé en éclats et que le plafond a été fortement détérioré.

Une vive panique s'est produite dans le quartier. Au premier signal, les pompiers de la caserne de Poissy sont accourus, ainsi que M. Perruche, commissaire de police, et M. Thomas, maire de l'arrondissement.

Les secours ont été organisés de suite, et toutes les mesures ont été prises pour éviter tout danger. La maison portant le n° 18 et les deux maisons voisines ont dû être évacuées. Cette explosion est attribuée à l'imprudence du jeune Fayet (Alfred), âgé de dix-sept ans, employé chez M. Tournel, qui se serait approché trop près d'une bombonne renfermant des matières explosibles, avec une bougie allumée. Affolé, le malheureux jeune homme a pris immédiatement la fuite, mais il n'a pu se sauver assez vite, sans être assez grièvement blessé sur différentes parties du corps, et notamment à la tête et aux jambes. Il n'y a pas eu d'autre accident de personne. Les dégâts sont assez considérables.

Les premiers numéros pairs de l'avenue d'Italie

À lire également...

Un ménage devenu la terreur des environs

1875

Rue du Moulin-des-Prés, non loin de la Bièvre, à l'angle du chemin qui conduit à la Glacière, habitait depuis longtemps un ménage qui était devenu la terreur des environs.

...


Le soldeur Gauzy qui donna asile à Bonnot est blessé mystérieusement d'un coup de revolver

1914

Rue Nationale, à Paris, au n° 13, à 200 mètres de la porte d'Ivry, près du boulevard Masséna et d'un terrain vague longeant les fortifications et appelé communément « champ de manœuvres d'Ivry », se trouve un petit débit le café des Trois Marches vertes, tenu par M. Paul Guignard.

...


Un des suspects est arrêté

1922

Une personne de très bonne foi avait, disait-on, affirmé que le signalement de cet employé correspondait à celui d'un inconnu qui avait été aperçu avec la petite Suzanne sur un banc de l'avenue d'Italie.

...


Avenue des Gobelins

Les protecteurs du Tsar

1896

Un monsieur, âgé de quarante ans, louait, hier, une chambre meublée avenue des Gobelins.

...

Saviez-vous que... ?

Eugène Oudiné, sculpteur et graveur en médailles, membre; de l'Académie des beaux-arts de Bruxelles, né le 1er janvier 1810, est décédé en avril 1887. Son nom était populaire car on pouvait lire sa signature sur toutes les pièces de monnaie frappées depuis 1870. Prix de Rome en 1851, il avait été élève de Gallé, de Petitot et d'lngres. Vers 1844, il fut attaché au Timbre et à la Monnaie. Ce qu'on connaît le plus de lui, ce sont les effigies des pièces de cent sous. Oudiné a pourtant exécuté bon nombre de statues.
La ville de Paris l'honora en 1934 en donnant son nom à la rue Watt prolongée.

*
*     *

La rue du Dessous des Berges est située à 20 mètres au dessus des berges.

*
*     *

Le 24 décembre 1939, Paris-Soir nous apprenait que Mme Marthe Pouchenel, 20 ans, avait glissé sur le verglas dans la cour de l'immeuble où elle demeurait, 23, rue Bourgon et avait été admise à l'hospice de Bicêtre.

*
*     *

La rue Giffard est l'ancien chemin de ronde de la Gare. Cette voie reçut son nom actuel en 1884. Henri Giffard, né le 8 février 1825 et mort le 15 avril 1882 à Paris, est un inventeur français, à qui l'on doit l'injecteur et le dirigeable propulsé par la vapeur.

L'image du jour

Les écoles de la rue Daviel