Une singulière hallucination - 1901

Une singulière hallucination

Le Figaro — 13 juin 1901

Un employé de la Compagnie du gaz, M. François Mourzé, demeurant 77, avenue d'Italie, se présentait, avant-hier soir, au commissariat de M. Yendt. Il conduisait par la main sa petite fille Héloïse, âgée de dix ans.

— Mon enfant vient de me faire une confidence terrible, dit-il au magistrat. Allons, Héloïse, répète à monsieur ce que tu m'as dit.

— Je jouais, dimanche matin, avec deux de mes amies, près d'un terrain vague-de la rue de Tolbiac, raconta la petite fille d'une voix tremblante, lorsque j'ai remarqué deux individus qui, armes de pioches, creusaient un grand trou dans ce terrain. Le trou terminé, ils y ont enfoui un pauvre-homme dont le corps était enveloppé dans un sac en toile grise. Les jambes dépassaient et laissaient apercevoir le pantalon rouge d'un soldat.

Héloïse ajouta qu'elle avait averti ses compagnes. Prises de peur, celles-ci s'étaient enfuies.

Malgré l'invraisemblance de ce récit, M. Yendt s'est rendu hier matin, avec Héloïse Mourzé et ses deux compagnes, dans le terrain vague de la rue de Tolbiac. Des fouilles ont commencé, sur l'indication des petites filles, d'abord à un endroit où le terrain forme une excavation, puis aux abords d'un chantier où travaillent ordinairement des tailleurs de pierre. Ces ouvriers ont été interrogés. Ils ont déclaré avoir travaillé dimanche jusqu'à midi et n'avoir rien vu. Il parait certain qu'Héloïse Mourzé a été victime d'une hallucination qu'elle a fait partager à ses camarades de jeu.

Cette affaire indique une fois de plus qu'en matière judiciaire, on ne saurait trop se méfier, en général, du témoignage des enfants.

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme