Faits divers

 Le bébé qu'une femme promenait sans pitié à 5 heures du matin - 1938

Rue des Cordelières

Le bébé qu'une femme promenait sans pitié à 5 heures du matin était en celluloïd

La pseudo-maman faisait le guet tandis que des cambrioleurs pillaient une usine

La bande est arrêtée

Le Matin — 29 aout 1938

L'humanité de quelques passants matinaux était choquée, hier, vers 5 heures, rue des Cordelières, par une scène effectivement étrange. Une marâtre — vraisemblablement — allant et venant sans souci de l'air frais, cruel aux petites bronches, promenait une voiture de bébé dans laquelle se distinguait un pauvre petit corps d'enfant. Indignés, ils furent chercher la police.

La rue des Cordelières

À la vue des agents, la femme décampa, abandonnant sa voiture qui se renversa, laissant rouler à terre, au milieu d'une masse considérable de vieux chiffons et de papiers... une poupée de celluloïd…

Mais ce n'était pas tout : sur un strident coup de sifflet jeté par la fugitive, deux hommes à mine patibulaire apparurent soudain sur le faite du mur de clôture d'une usine désaffectée, à l'angle de la rue des Cordelières et du passage Moret, et appartenant à M. Pinauche, 134, boulevard Raspail.

Une chasse à l'homme s'engagea et se termina par l'arrestation, boulevard Arago, des deux fuyards, des cambrioleurs qui étaient en train de faire main basse sur un stock important de vieux métaux. Tous deux, Léon Garnier, 30 ans, manœuvre, 9, rue Albert, et Émile Legros, 34 ans, journalier, même adresse, vieilles connaissances de la police, furent envoyés au Dépôt par M. Cochet, commissaire de police.

Quant à la femme Albertine Duclos, 53 ans, sans domicile fixe, rattrapée également par les agents, elle avoua que, chargée de faire le guet, elle avait eu l'idée assurément malencontreuse de se munir d'une voiture d'enfant dans laquelle elle avait, pour figurer un enfant réel, placé un gros bébé en celluloïd « afin de ne pas attirer l'attention », précisa-t-elle !

Elle a été mise à la disposition de la justice.


A lire également :

Le drame des Gobelins (28 rue des Cordelières) - 1904

Le drame de la rue des Tanneries -1932

 

À lire également...

Précoces Criminels

1895

Une tentative criminelle que ne renieraient pas des scélérats endurcis a été commise par trois gamins de douze à treize ans contre un autre enfant, le jeune Lucien Delagne, âgé de douze ans, écolier, demeurant chez ses parents, honnêtes ouvriers, rue du Champ-de-l’Alouette.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Le crime de la Buttes-aux-Cailles

1930

Les inspecteurs de la brigade spéciale poursuivent avec activité, mais sans résultats réellement intéressants, leur enquête sur l'assassinat dont fut, lundi, la victime le mystérieux Yougoslave Joseph Werner.

...


La Jalousie d'un Vieillard

1904

Le drame qui s'est déroulé hier matin dans le quartier des Gobelins doit être classé dans la catégorie des crimes passionnels. Et pourtant le héros de cette aventure sanglante, Paul Perrotel, compte près de soixante printemps.

...


rue du Moulinet

La fin d'un ivrogne

1889

Le sieur Laurent Béchu, journalier, demeurant rue du Moulinet dans le quartier de la Maison-Blanche, était loin d'être un modèle de sobriété.

...

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Le 26 octobre 1874 (un lundi), la Société municipale de Secours mutuels des quartiers de la Maison-Blanche et Croulebarbe, donnait, à 2 h., au théâtre des Gobelins, un concert au profit de sa caisse de retraite.

*
*     *

La rue Bourgon et la rue du Tage ont été mises en sens unique le lundi 31 juillet 1933.

*
*     *

L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner