Faits divers

 paris-treizieme.fr — L'enfant de la folie (1896)

L'enfant de la folie

Le Constitutionnel — 11 octobre 1896

Un habitant du département de l'Yonne, M. Petrus Pourpiot, rentier, âgé de quarante-six ans, arrivait à Paris, samedi dernier, pour assister aux fêtes merveilleuses données en l'honneur des souverains russes.

Le rentier descendit chez des amis qui habitent boulevard Arago. Hier vers sept heures, il revenait de la place de l'Hôtel-de-Ville, lorsqu'à la hauteur du Jardin des Plantes, à côté de la gare d’Orléans, boulevard de l'Hôpital, une jeune femme, tenant dans ses bras un bébé âgé d'environ six mois, s'approcha et lui dit :

— Gardez-moi donc mon enfant cinq minutes, je vous prie, il faut que j'entre dans la gare et j'ai peur qu'on me le tue !

Malgré l'exagération de la crainte exprimée par l'inconnue, M. Pourriot prit l'enfant de bonne grâce, pensant que la foule des voyageurs effrayait, la mère. Celle-ci disparut.

Une heure, puis une heure et- demie s'écoulèrent ; l'inconnue ne revenait pas. Fort embarrassé du nourrisson qui pleurait, demandant à boire, le rentier s'adressa à un gardien de la paix auquel il raconta sa mésaventure. L'agent le conduisit au commissariat de M. Perruche.

Là, se trouvait justement la mère, en train de se tordre les mains de désespoir, et appelant son enfant à grands cris.

L'infortunée était une pauvre folle. Mme Emilie Lizzouts, mécanicienne, âgée de vingt-six ans, domiciliée rue de la Reine-Blanche, Veuve depuis deux mois.

Des agents l'ayant rencontrée dans la rue se lamentant et se livrant à mille extravagances l'avaient emmenée au commissariat.

Quand on lui présenta son bébé, la malheureuse, en proie à un accès violent de folie, ne le reconnut pas et l'on dut l'éloigner par mesure de précaution. Le commissaire l'a dirigée sur l'infirmerie spéciale du Dépôt.

Quant au bébé, il a été envoyé aux Enfants-Assistés, mais provisoirement, car M. Pourriot a déclaré qu'il s'en chargerait volontiers si aucun membre de la famille du pauvre petit être ne le réclamait.

À lire également...

Un mari meurtier

1903

Un employé la recette principale des postes, Pierre Jamais, âgé de quarante-huit ans, demeurant 19, rue Croulebarbe, avait de fréquentes querelles avec sa femme, de dix ans plus jeune que lui.

...


Le crime de la Cité Jeanne d'Arc

1907

Un inconnu abordait, hier soir, vers quatre heures trois quarts, dans la rue Nationale, le sous-brigadier des gardiens de la paix Honoré Mariton, du treizième arrondissement, et lui déclarait : Je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc. Conduisez-moi en prison.

...


Un rôti de chien enragé

1873

On sait peut-être que la cité Doré, près de l’ancienne barrière des Deux-Moulins, est un quartier composé de cahutes singulières, habitées par des chiffonniers. Quartier modèle s'il en fut... Sa population tient à ce que tout s'y passe pour le mieux, à ce que rien ne vienne entacher la réputation d'esprit pacifique...

...


rue Damesme

Odieuse agression

1891

Un commerçant de Gentilly, M. Jodeau, reconduisait hier soir, vers minuit, un de ses amis, nommé Ernest Gilet ; lorsqu'en arrivant au coin de la rue Damesme et de l'avenue d'Italie... (sic)

...

Saviez-vous que... ?

Le 1er mars 1932, l'usine de chaussures (qui répandait aux alentours de manière permanente une odeur de vernis) installée boulevard Kellermann (au 10) était ravagée par un incendie.

*
*     *

C'est la création de la rivière et des lacs du bois de Boulogne qui fit perdre aux prairies de la Glacière son caractère de lieu de rendez-vous pour les amateurs de patinage.

*
*     *

En 1889, E. Pion, médecin vétérinaire, inspecteur de la Boucherie à Paris dénombrait 40 chèvres séjournant régulièrement à la Porte d'Italie et 15 à la Poterne des Peupliers.

*
*     *

En 1887, Charles et Alphonse Sécheresse, tous deux domiciliés 13 passage du Moulinet et tous deux marchands de vinaigre, constituaient une société en nom collectif ayant pour objet le commerce de marchand de vinaigre et de conserves. Alphonse en deviendra le seul propriétaie à partir de 1891. Plus tard, il sera condamné pour mise en vente d'huile falsifiée.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac