Faits divers

 L'oie à lunettes - 1915

L'oie à lunettes.

Le Matin — 1er juin 1915

Le chant des coqs et le gloussement des poules, parqués dans un terrain vague de la rue Brillat-Savarin, avaient attiré l'attention du chiffonnier Jean Pitallier, âgé de cinquante-sept ans, et de la chiffonnière Emma Truffier, un peu plus jeune.

Comme la clôture en planches qu'ils longeaient tous les jours, à l'aube, les empêchait de juger de l’importance de la basse-cour, ils décidèrent d'y pénétrer la nuit dernière. Pitallier, quelque peu myope, ajusta son lorgnon et sa campagne assujettit ses jupons. Puis, l'un aidant l'autre, ils pratiquèrent l'escalade.

Le couple avait déjà fait main basse sur trois poules et un lapin quand le propriétaire du terrain, M Grimaud, survint, accompagné de son fils. À ce moment précis, une oie, effarouchée, sauta à la figure du chiffonnier et d'un violent coup d'aile fit tomber son binocle.

— Ah ! flûte, s'écria l'homme, nous sommes fichues. Emma, défendons-nous !

Ils s'emparèrent alors de nombreuses pierres mises en tas et, un peu au hasard, ils les lancèrent sur ceux qui venaient les surprendre. M. Grimaud, blessé à l'œil, poussa des cris, pendant que son fils, atteint dans le dos, demandait du secours. Des agents cyclistes survinrent fort à propos et les chapardeurs nocturnes furent conduits devant M. Dalanglade, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche. De là ils prirent le chemin du Dépôt sous l'inculpation de vol à l'aide d'escalade et de coups et blessures.


A lire également

Le drame de la rue Brillat-Savarin

Une usine incendiée rue Brillat-Savarin

À lire également...

Quartier de la Gare

Cité Jeanne-d'Arc - Les agents protègent les ouvriers démolisseurs des taudis

1935

La cité Jeanne-d'Arc, que les bagarres du 1er mai 1934 avaient mise à l'ordre du jour, a présenté hier matin une certaine effervescence.

...


Amours séniles

1904

Subissant l'influence de l'été de la Saint-Martin, Paul Perrotel le « père Paul » comme on l'appelle dans le quartier des Gobelins bien qu'âgé de cinquante-huit ans, déclara sa flamme à une marchande de pommes de terre frites de la rue de Tolbiac, Louise Fléchel, qui compte, elle, cinquante-cinq ans.

...


Sur la Zone...

Le Crime du Petit-Ivry

1903

En franchissant les fortifications par la porte d'Ivry, le boulevard de la Zone se trouve à deux cents mètres environ du poste de l'octroi, mais pour y parvenir il convient de faire un assez long détour, abandonnant la rue de Paris pour s'engager dans la rue Barbès, une voie large et régulière regagnant extra muros l'avenue de Choisy...

...


rue de Tolbiac

Le Quincailler de la rue de Tolbiac

1899

Durant une année, le ménage servit de modèle aux associations conjugales les plus régulières du quartier des Gobelins.

...

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

La création de la caserne des pompiers de Port-Royal fut décidée en 1883.

*
*     *

La société des fourneaux de Saint-Vincent de Paul, le 5 novembre 1897 ouvraient, comme chaque année, ses fourneaux (au nombre de 26 en 1897) qui restèrent ouverts jusqu’au 30 avril 1898, tous les jours non fériés, de huit heures à onze heures du matin. Trois d'entre eux étaient situés dans le 13ème : 45 rue Corvisart, 35 rue de la Glacière et 87 bis rue Jenner.
Avec un bon de dix centimes, les malheureux recevaient une portion de pain, bouillon, viande, légumes, etc. enfin, de quoi se réconforter.
Ces établissements charitables étaient dirigés par les Sœurs.

*
*     *

Le point culminant du sol naturel du 13e arrondissement dépasse légèrement les 63 mètres. Il est situé au milieu de la rue Vandrezanne. Le point le plus bas est sur les quais de Seine à proximité du pont National. Si l'on prend en compte les espaces situés au delà du périphérique, le point culminant serait situé avenue de la porte de Gentilly en lisièse de cette commune. Les prés submersibles de la Glacière étaient à une côte moyenne de 35,80 mètres.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner