Faits divers

 Encore l’assistance !- 1896

Encore l’assistance !

La Presse — 21 février 1896

Un de nos confrères du matin raconte qu'un nommé Henri Franck serait mort dans un chauffoir de la rue Rubens, après s'être vu refuser l'entrée de l'Hôtel-Dieu.

En présence de ce nouveau drame qui mettait une fois de plus en cause le défaut d'organisation de l'Assistance publique, nous nous sommes livré dans l'après-midi à une minutieuse enquête dont voici les résultats.

A l'Hôtel-Dieu, un secrétaire, en l'absence du directeur, nous a fait la déclaration suivante :

— Le récit de votre confrère est absolument faux. Nous avons pour habitude, pour règle, d'inscrire sur un registre spécial les nom, prénoms et profession de tout, individu, qui se présente à la visite, quand bien même l'admission n'aurait, pas été accordée.

Rue Rubens

Tout là-haut, près de la place d'Italie, dans un terrain vague de la rue Rubens, une demi-douzaine de malheureux rôdent ou dorment autour d'un poêle énorme, qui répand une chaleur étouffante. Une femme est là qui épluche des pommes de terre auprès de son bébé malade.

Les deux hommes qui ont porté Franck après sa mort, nous ont fourni d'intéressantes explications :

— Il n'est pas exact, racontent-ils, que notre compagnon d'infortune se soit présenté à l’Hôtel-Dieu. Il est allé à la consultation gratuite de la rue Jenner, où le médecin a constaté qu'il était atteint de pleurésie et d'asthme. On lui a donné des remèdes, de la gentiane, du sirop de térébenthine, des fleurs pectorales, mais on lui a déclaré qu'on ne pouvait l'envoyer à l'hôpital et que, tant qu'il pourrait marcher, il ne serait pas accepté. Le soir, Franck se sentait si malade qu'il nous disait qu'il ne passerait pas la nuit. Le lendemain matin, en effet, nous l'avons trouvé mort.

On ne l'a pas accepté parce qu'il n'avait pas de domicile. Mon bébé que vous voyez est malade, il a une bronchite. On me l'a pris pendant trois jours à la rue Godefroy, puis on me l'a rendu en disant qu'il n'était pas., assez malade.

L'enfant-est là tout près. Il fait pitié !

Rue Jenner

A l'École de la rue Jenner, on nous montre la fiche de Franck. Elle porte la mention : rhumatismes.

Le docteur, qui a l'air d'un excellent homme, s'excuse en disant qu'il n'a pas le temps d'examiner attentivement chaque malade, qu'il en voit plus de cent en deux heures, et que son rôle se borne à donner des remèdes généraux.

— Pour voir le médecin, dans les cas graves, nous donnons ici une feuille que le malade porte lui-même, et le docteur se rend à domicile.

— Et si l’on n'a pas de domicile ?

— Ah ! alors, on ne peut pas avoir de consultation. Il faut, que le pauvre diable se présente directement à l'hôpital, où il peut être admis d'urgence.

Quoi conclure, de tout cela ? Que la misère a toujours tort — hélas !


A lire également

Pauvre vieux ! (1896)

Les chauffoirs publics (Le Matin — 17 février 1896)

Les chauffoirs publics (Journal des débats politiques et littéraires — 18 février 1896)

À lire également...

Les étrangleurs des Gobelins

1894

La fameuse bande des Étrangleurs des Gobelins dont la presse s'était fort occupée il y a cinq ans, vient de faire de nouveau son apparition dans le treizième arrondissement, où elle paraît vouloir recommencer la série de ses sinistres exploits.

...


Scène sanglante dans un Bal Avenue de Choisy

1910

Une scène, tragique et sanglante s'est déroulée, hier soir, 190, avenue de Choisy, au bal de l'Alcazar d'Italie.

...


Le mystère du boulevard Masséna

1894

Celui-ci leur dit qu'en effet, la veille au soir, vers 9 heures 1/2, une dame, répondant au signalement donné, lui avait demandé son chemin pour aller boulevard Masséna, numéro 15, mais qu'il ne l'avait plus revue. Ces messieurs suivirent le boulevard Masséna, où ils cherchèrent en vain le numéro 15, qui n'existe pas.

...


rue de Tolbiac

Le Quincailler de la rue de Tolbiac

1899

Durant une année, le ménage servit de modèle aux associations conjugales les plus régulières du quartier des Gobelins.

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

L'actuelle mairie du XIIIème a été construite en 1866 et 1877 (avec une interruption entre 1870 et 1871) sur les plans de Paul-Emile Bonnet, architecte. Auparavant, elle était installée dans un des anciens pavillons Ledoux.

*
*     *

C'est le 17 septembre 1901 que fut inauguré le puits artésien de la Butte aux Cailles. L'histoire ne dit pas si ce fut en grande pompe.

*
*     *

Le 15 février 1883 des gardiens de la paix attrapaient une cigogne dans le jardin situé au milieu de la place d’Italie et remirent l’animal à M. Perruche, commissaire de police du quartier Croulebarbe qui l’envoya à la fourrière où elle mourut quelques jours après faute de nourriture adaptée.
A la déception de ceux qui croyaient que cette cigogne annonçait le printemps, il s’avéra qu’elle appartenait à un nommé Blochet, chimiste à Ivry, qui l’a fit empailler.

L'image du jour

La mairie du XIIIe