Faits divers

 paris-treizieme.fr — Quadruple empoisonnement (1893)

Quadruple empoisonnement

Journal des débats politiques et littéraires — 19 août 1893

Une dame Choquenot, demeurant avec son mari, ouvrier cordonnier, et ses quatre enfants, rue du Moulin-des-Prés, envoyait hier matin un de ses petits garçons au marché des Gobelins pour acheter des arlequins, pour le repas.

On sait qu'on appelle des arlequins les restes des grands restaurants, lycées, etc., vendus à certains commerçants qui les accommodent et les revendent pour quelques sous aux ouvriers besogneux.

L'enfant revint bientôt avec un plat de haricots que les parents et ses sœurs Julie et Léontine mangèrent avec grand appétit.

Vers cinq heures, tous quatre furent pris tout à coup de vomissements et bientôt se roulèrent à terre dans des douleurs intolérables.

M. Siadoux, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, immédiatement informé, fit transporter ces malheureux à l'hôpital Cochin, où ils ont été admis d'urgence. La petite Julie, âgée de sept ans, a succombé hier après-midi à une heure.

Les parents et la petite Léontine sont considérés comme sauvés.

De l'enquête à laquelle s'est livré M. Siadoux, il résulte que ce quadruple empoisonnement est dû à l'absorption des arlequins achetés le matin, car les deux enfants aînés des époux Choquenot, qui n'ont pas pris de ces aliments, n'ont éprouvé aucun malaise.

Carte postale colorisée (sans date)

De plus, les ustensiles de cuisine, servant au débitant d'arlequins, M. Goubeille, ayant été vérifiés, on a reconnu qu'ils ne pouvaient en aucune façon nuire à la santé des consommateurs.

Il restait donc à savoir d'où provenaient les aliments qui avaient servi au repas des époux Choquenot.

C'est ce que le débitant et le commissaire de police s'attachèrent à découvrir. Enfin, ce matin, M. Siadoux a informé le procureur de la République que les haricots vendus par M. Goubeille provenaient du déjeuner du lycée Louis-le-Grand qui avait déjà provoqué des symptômes d'empoisonnement dans cet établissement et dont nous parlions dans notre édition rose d'hier.

 


A lire également

Le marché des Gobelins (1867)

Les Bijoutiers (1872)

À lire également...

La rupture d'une conduite d'eau

1930

Avenue de la Porte-d'Italie, sur la zone récemment annexée, une conduite d'eau s'est rompue hier matin, vers 9 heures. (Cet accident en répétait un autre, identique, qui se produisit là, il y a dix-huit mois.)

...


Le drame de la rue de Tolbiac : un drame passionnel fait deux morts

1906

Un drame passionnel s'est déroulé dans un hôtel meublé, 178, rue de Tolbiac. À cette adresse, les époux Beaucousin exploitent depuis plusieurs années un établissement de vins et logeur, fréquenté par une clientèle de maquignons.

...


Les Emmurés de la rue Auguste-Lançon

1899

Le bruit se répandait hier, dans le quartier de la Maison-Blanche, que vingt-huit malheureux locataires avaient été emmurés dans leurs logements, 12, rue Auguste-Lançon, sur l'ordre d’un propriétaire aussi impitoyable qu'avare.

...


M. Perruche, commissaire

L’absence de Balthazar

1896

« Balthazar », un magnifique ara gris, queue rouge, était depuis des années dans la famille d'une fruitière de la rue Dolomieu, et il charmait tout le voisinage par ses talents et sa facilité d'élocution.

...

Saviez-vous que... ?

En 1860, Il y avait un commissariat pour deux quartiers dans chaque arrondissement de Paris. Pour le 13e, ces commissariats étaient installés 36 route d'Italie pour Croulebarbe et la Maison-Blanche et 62 boulevard de l'Hôpital pour les quartiers de la Salpêtrière et de la Gare.

*
*     *

En 1882, l'ouverture de la rue de Tolbiac entre le carrefour des avenues de Choisy et d'Ivry et le carrefour de la rue Domrémy était achevée.

*
*     *

600 partisans de la désaffectation du mur d'enceinte de Paris et de la suppression des servitudes militaires se réunirent, le dimanche 6 mai 1894 en plein air à la Porte d'Italie pour défendre leurs revendications.

*
*     *

Le 14 juillet 1906, on pouvait aller en métro de la place d'Italie à la gare de Lyon sans changement.
A cette date, la ligne 5 se raccordait à la ligne Porte Maillot- Vincennes.

L'image du jour

La Zone à la porte de Bicêtre