Faits divers

 LES "ETRANGLEURS DES GOBELINS" - Le Gaulois — 24 mars 1895

Les « étrangleurs des Gobelins »

Cinquante-quatre arrestations

Le Gaulois — 24 mars 1895

Depuis quelque temps, le quartier des Gobelins était infesté d'individus suspects, gens sans aveu qui, le soir venu, s'attaquaient aux passants, dévalisaient les ivrognes endormis sur les bancs et pratiquaient l'occasion le coup du « père François ».

M. Cochefert ne tarda pas à avoir preuve que ces malfaiteurs formaient une bande très bien organisée, connue sous nom des étrangleurs des Gobelins » et qu'ils se réunissaient tous les jours dans les bars de l'avenue d'Italie et l'avenue Choisy, et du boulevard de la Gare.

Ajoutons que la plupart des bars de et du boulevard de Gare et de l’avenue de Choisy communiquent entre eux par un long couloir et que cette disposition des lieux servaient merveille les malfaiteurs.

Le chef de La Sûreté, après avoir fait cerner les bars par des gardiens de la paix pénétrait vers onze heures, l’avant dernière nuit, accompagné de vingt inspecteurs.

Au même moment, des cris épouvantables retentissaient dans un-coin. Un ouvrier corroyeur, qui s'était fourvoyé là par hasard, venait d'être frappé d’un coup de couteau dans le dos. On transportait le blessé au poste de police où gon état était reconnu très grave.

La chambrée était complète et les malfaiteurs trinquaient joyeusement. À la vue du chef de la Sûreté, ce fut à qui prendrait la fuite. Mais toutes les issues étaient gardées et les clients des bars étaient conduits deux par deux, cabriolet au poing, au poste de la mairie où ils étaient minutieusement fouillés.

La police fit une véritable récolte de fausses clefs, de revolvers et de coups-de-poing américains. Quand tout l'établissement fut déblayé, on trouva encore sous les tables tout un stock d’armes que les malfaiteurs y avaient jetées.

Le coup de filet été excellent, et les tribunaux correctionnels ne vont pas chômer.

Cinquante-quatre « suspects » ont été écroués au Dépôt.

Il y a là des voleurs, des repris de justice, des gens à qui le séjour de Paris est interdit, et que l'on recherchait depuis longtemps pour des délits et pour des crimes. Plusieurs femmes ont été également arrêtées.



À lire également...

Agression contre un encaisseur

1912

Un jeune homme de dix-huit ans, M. Louis Hédoux, encaisseur, demeurant rue de la Colonie, passait avant-hier soir avenue d'Italie...

...


Le drame de la rue de Tolbiac : un commis boucher blesse grièvement sa femme puis se suicide

1936

Il semble que seule la neurasthénie ait poussé Paul Seguin, quarante-neuf ans, commis boucher, vouloir tuer sa femme pour se loger ensuite une balle dans la tête.

...


Un Drame du terme

1902

Entre la rue Nationale et la rue Jeanne-d'Arc, dans le quartier de la Gare, serpente un passage qui coupe la cité Jeanne-d'Arc. De chaque côté sont de hautes maisons, aux étages bas, aux fenêtres étroites, où grouille une population de chiffonniers, de mendiants, de gens sans aveu.

...


Boulevard Kellermann

Singulière aventure

1877

Vers deux heures du matin, boulevard Kellermann, entre la poterne de Bicêtre et celle des Peupliers, on a trouvé la voiture de remise 9490, à deux places, non attelée, et avec ses brancards cassés. Dans le coffre se trouvaient deux musettes remplies d’avoine et un chapeau de paille.

...

Saviez-vous que... ?

Le 24 décembre 1939, Paris-Soir nous apprenait que Mme Marthe Pouchenel, 20 ans, avait glissé sur le verglas dans la cour de l'immeuble où elle demeurait, 23, rue Bourgon et avait été admise à l'hospice de Bicêtre.

*
*     *

En 1890, la raffinerie de sucre Say, installée boulevard de la Gare, produisait 20.000 pains de sucre par jour soit 240.000 kilogrammes.

*
*     *

Le 19 juillet 1927, le nom de rue de Gentilly fut donné à la rue du Gaz. Le nom de rue de Gentilly avait été, jusqu'en 1899, celui de la rue Abel-Hovelacque d'aujourd'hui. Cette nouvelle rue de Gentilly perdit ensuite son nom au profit de Charles Moureu et d'Albert Bayet.

*
*     *

La mairie du 13e a été construite sur les plans de Paul-Emile Bonnet, architecte et grand prix de Rome (1828-1881). Les extensions latérales sont dues à Antoine Soudée.
M. Bonnet avait aussi étudié, sur un terrain à l'angle de la rue de Tolbiac et de la rue Damesme, un projet d'église qui ne fut pas exécuté et que celui de l'église Saint-Anne remplaça.

L'image du jour

La Zone à la Poterne des Peupliers

Le fossé des fortifications est alors occupé par des jardins. On remarquera la différence d'aspect du mur des fortifications entre la droite et la gauche de la poterne des Peupliers. Le mur à gauche a été entièrement refait après son éboulement consécutif à 'éclatement de conduites d'eau passant sous le boulevard Kellermann en janvier 1912.