Faits divers

 paris-treizieme.fr — Au fond d’un puits (1879)

Au fond d’un puits

Le Petit-Parisien — 26 mai 1879

Voici de nouveaux renseignements sur l'éboulement qui s'est produit avant-hier dans un puits de la rue Nationale.

La rue Nationale vue du boulevard de la Gare (Vincent-Auriol)
Les numéros impairs sont à gauche.

Au n° 7 de cette rue se trouve un lavoir alimenté par un puits d'où l'eau est extraite par une pompe élévatrice.

Une fissure s'étant produite dans le tuyau d'aspiration deux ouvriers, Jean Ladame et Joseph, descendirent à sept heures pour faire la réparation.

À huit heures, Joseph remonta chercher des boulons. À peine atteignait-il la margelle qu'un bruit sourd se lit entendre.

M. Leroy, le patron du lavoir, accourut. Un éboulement venait de se produire, l'orifice du trou était comblé par des matériaux de toute sorte.

Ladame était enfoui sons les décombres. M. Leroy appela à plusieurs reprises :

— Ladame ! Ladame !

Et l'on entendit enfin la voix sourde de Ladame qui disait :

— Je suis là.

— À quel endroit, au-dessus ou au-dessous des catacombes ?

— Je ne sais pas au juste, j'ai un mètre libre pour me retourner. Travaille-t-on pour me sauver ?

— Oui, prenez courage.

Il faut dire que le puits traverse perpendiculairement les carrières pratiquées autrefois pour extraire du sol les matériaux qui ont servi à construire le vieux Paris. La voûte de l'ancienne carrière se trouve à peu près à mi-hauteur du puits, qui a environ vingt-cinq mètres de profondeur.

Ou supposait que Ladame se trouvait peut-être englouti au niveau de cette entrée, ce qui eût rendu le sauvetage relativement facile.

Mais à peine venait-on d'entendre ses dernier mots, qu'un nouveau craquement se fit entendre le mur du puits s'effondra de nouveau, et dès lors il ne fut plus possible de communiquer avec le pauvre ouvrier.

Toute la journée d'hier et toute la nuit on a travaillé. MM. Killer et Waleski, ingénieurs, ont fait attaquer le puits par les catacombes, pendant que M. Coisel, architecte de la préfecture a fait procéder au déblaiement par le haut.

Ladame est âgé de vingt-neuf ans. Il est marié depuis le 29 mars à une ouvrière mécanicienne, âgée de dix-sept ans et demi il habite la rue du Parc, à Gentilly.

Hier matin, au moment où Ladame quittait sa femme, il lui dit :

— Viens que je t'embrasse. Je vais descendre dans un vieux puits… Je n'aurais qu'à y rester.

Le pauvre garçon ne croyait pas dire si vrai.

Hier matin, à neuf heures, on découvrit les pieds de Ladame.

Il n'a pas répondu aux appels qui lui ont été faits.

On pousse avec précaution les travaux de consolidation.

De l'avis des ingénieurs, tout espoir n'est pas perdu de sauver le malheureux.

Il est enfermé dans un espace libre nommé « cloche » par les terrassiers. On espère qu'il n'est qu'évanoui ; on a pu faire passer dans Ia cloche un tube par lequel on injecte de l'air à l'aide d'une pompe foulante.

 



À lire également...

Une rafle fructueuse

1895

M. Cochefert, chef de la Sûreté, a, la nuit dernière, jeté un beau coup de filet dans quelques-uns des repaires où grouille la pègre de Paris.

...


Le drame de la rue de Tolbiac : un drame passionnel fait deux morts

1906

Un drame passionnel s'est déroulé dans un hôtel meublé, 178, rue de Tolbiac. À cette adresse, les époux Beaucousin exploitent depuis plusieurs années un établissement de vins et logeur, fréquenté par une clientèle de maquignons.

...


Le mystère du boulevard Masséna

1894

Celui-ci leur dit qu'en effet, la veille au soir, vers 9 heures 1/2, une dame, répondant au signalement donné, lui avait demandé son chemin pour aller boulevard Masséna, numéro 15, mais qu'il ne l'avait plus revue. Ces messieurs suivirent le boulevard Masséna, où ils cherchèrent en vain le numéro 15, qui n'existe pas.

...


Sur la zone

Une chiffonnière meurt dans des circonstances mystérieuses

1932

Entre le boulevard Kellermann et la rue Blanqui, sur la zone annexée du 13e arrondissement, s’étend, un de ces étranges camps de miséreux où, dans un inextricable écheveau de sentiers et de ruelles, cabanes et roulottes sont entassées pêle-mêle.

...

Saviez-vous que... ?

Bobillot, héros du Tonkin, était prénommé Jules. La rue portant son nom est longue de 1.100 mètres.

*
*     *

C'est la création de la rivière et des lacs du bois de Boulogne qui fit perdre aux prairies de la Glacière son caractère de lieu de rendez-vous pour les amateurs de patinage.

*
*     *

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Pierre et Marie Curie, au moment où ils reçurent le prix Nobel de physique « en reconnaissance de leurs services rendus, par leur recherche commune sur le phénomène des radiations découvert par le professeur Henri Becquerel », habitaient au 108 du boulevard Kellermann, alors bordé par les fortifications crêtées de gazon vert, une petite maison dont la façade de brique rouge s’abritait derrière un minuscule jardinet, nid de verdure dont le silence était propice aux méditations scientifiques.

L'image du jour

Construction de la rue de Tolbiac : franchissement de la Bièvre à la Glacière

La photographie est de Charles Marville et a été prise vers 1876. La rue d'Alésia est déjà achevée. La construction de la rue de Tolbiac subit beaucoup de retard compte tenu de l'ampleur des travaux.