Faits divers- MOBILE

 Drame dans une ménagerie -1897

Drame dans une ménagerie

Le lion Ménélik. - Le dompteur blessé. — Vive panique. — Chez le blessé.

Gil Blas — 14 décembre 1897

Dans une petite chambre d'hôtel de la rue Coypel, l'un des plus hardis dompteurs de fauves que les Parisiens applaudissent pendant les fêtes foraines, est actuellement couché, le corps affreusement labouré par les griffes et les crocs d'un lion redoutable.

Dessin paru dans le Petit-Journal illustré

Il s'agit du dompteur Letort, qui joue actuellement à la ménagerie Pezon — le maître étant souffrant — le rôle le plus actif du travail des Cages.

L'accident passa presque inaperçu. C'était dimanche soir, à la fête foraine de la place d'Italie où le vaste établissement zoologique donnait la dernière représentation.

Une foule énorme avide de ces spectacles terrifiants emplissait les galeries jusqu'aux plus petits gradins quand le dompteur Letort fit son entrée vers dix heures dans la grande cage où se prélassait parmi d'autres fauves, le lion Ménélik.

Tout à coup l'animal s'élança sur le dompteur et lui fit d'un coup de patte lâcher la fourche qu'il tenait en main puis il saisit le bras dans ses mâchoires et, de ses griffes puissantes, lui laboura le ventre et les reins.

Avec une énergie surhumaine M. Letort traîna l'animal d'un bout à l'autre de la cage pour s'emparer d'une autre fourche qu'il parvint à introduire dans la gueule du fauve.

Celui-ci lâcha prise, pendant que les spectateurs gagnaient la sortie en poussant des cris d'épouvante.

Quoique grave, l'état de M. Letort n'inspire aucune inquiétude immédiate.

Malgré ses blessures, le dompteur a déjà repris la belle assurance que nous lui connaissons tous, et c'est en ces termes — lui seul était qualifié pour cela — qu'il a fait le récit de sa lutte avec le fauve.

Ménélick est un lion géant à crinière grise de l'espèce la plus dangereuse. En effet, ces lions à crinière grise sont sournois ; ils n'ont pas la franchise de leurs frères de l'Atlas.

« Déjà j'avais été blessé par lui à la main, à la fête de Belfort, et je le surveillais. Au moment où j'allais avoir terminé ma représentation, je voulus le faire passer de l'autre côté de la cage.

« Il se tenait couché auprès de la barré et grondait sourdement. Je le cravachai violemment sans pouvoir obtenir qu'il m’obéît. Je devinai son irritation et compris qu'il fallait coûte que coûte le dominer. Je m’avançai résolument vers lui, la main haute. D'un bond il se jeta sur moi, me labourant la poitrine de ses griffes et de ses crocs.

» Puis il me saisit le bras gauche dans sa gueule et les deux pattes sur mon épaule, tout droit, il me poussa contre le fond de la cage.

« Je sentis que j'étais perdu. Déjà le public, effrayé, fuyait. Je vis mes employés accourir à mon secours avec des fourches. Je leur criai de ne pas toucher au lion. Je craignais que le fauve, surexcité par les coups et les cris de mon personnel, ne s'acharnât sur moi.

 » Mon seul espoir était de me dégager seul. J'étreignis subitement Ménélik à la gorge, en Essayant de l'entraîner à l'autre extrémité de la cage où j'avais laissé nia fourche. Un faux pas, une chute, et c'en était fait de moi.

» Je ne sais encore comment je parvins enfin auprès de cette fourche, ni même comment je pus la saisir. Mais, aussitôt que j'en fus possesseur, je la plongeai violemment dans la gueule de la bête qui lâcha prise et recula en grognant. J'étais sauvé ! »

Ajoutons que M. Letort ne se tient pas pour battu et qu'il espère prendre sur l’indomptable Ménélik une éclatante revanche à la fête de Ménilmontant qui doit s'ouvrir dans quelques jours.

G.

À lire également...

Quartier de la Gare

Le drame de la Cité Jeanne-d'Arc

1865

Depuis longtemps deux ouvriers, Claude Demanalède, maçon, et Paul Robert, demeurant tous deux cité Jeanne-d'Arc, étaient ennemis intimes.

...


Quartier de la Gare

Le drame de la rue de Patay

1892

Hier après-midi, un homme d'une quarantaine d'années s'affaissait sur le trottoir de l'avenue d'Ivry.

...


On découvre dans un cinéma le cadavre coupé en morceaux de la petite Barbala disparue le mois dernier

1922

Un crime atroce qui ne peut être que celui d'un sadique ou d'un fou a été découvert l'avant-dernière nuit, au cinéma « Madelon », 174, avenue d'Italie.

...


rue de Tolbiac

Le môme « L’Affreux »

1903

« Nini des Deux-Moulins aime le môme « l’Affreux » pour la vie. »
C’est écrit en caractère gigantesques sur un mur de la rue de Tolbiac. N’était l'étrange sobriquet de l'heureux mortel qui a su allumer une telle passion dans le cœur de « Nini des Deux Moulins », on passerait bien indiffèrent, blasé sur l'éloquence des inscriptions murales.

...

Saviez-vous que... ?

En 1912, le lit de la Bièvre était couvert et canalisé pour devenir la rue Berbier-du-Mets remplaçant ainsi la vieille ruelle des Gobelins que l'on a trop tendance à confondre avec la rue des Gobelins qui débouche sur l'avenue des Gobelins alors que la ruelle débouché sur le boulevard Arago.

*
*     *

Initialement, l'avenue des Gobelins devait s'appeler Boulevard Mouffetard puisqu'il s'agissait d'élargir considérablement la rue Mouffetard qui, au prix d'une rude ascension, aboutissait à la barrière de Fontainebleau, appelée à devenir la place d'Italie.

*
*     *

Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

*
*     *

En octobre 1936, une épidémie de diphtérie sévissait parmi les enfants fréquentant les écoles de la rue Daviel et habitant dans l’îlot insalubre de la Glacière. Huit cas dont un mortel étaient établis à la date du 31 octobre.

L'image du jour

Vue sur la Butte-aux-Cailles