entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La statue de Pinel, bienfaiteur des aliénés, installée devant l'hôpital de la Salpétrière est due à Ludovic Durand.


L'église Saint-Hippolyte, œuvre de l'architecte Jules Astruc (1862-1935), a été construite entre 1909 et 1924, grâce notamment à la générosité de la famille Panhard.


Le 30 janvier 1916, se jouaient Les Mystères de New-York au cinéma Bobillot, 66 due de la Colonie.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1897

La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Le manchot avait les doigts crochus - 1932

Le manchot avait les doigts crochus !

Le Journal ―11 août 1932

Mme Jeanne Vitrang, blanchisseuse 53, avenue de Choisy, constatait hier en rentrant du lavoir, que la porte de son domicile avait été fracturée et son logement cambriolé. Une montre, des billets de banque et du linge, le tout représentant environ 2.000 francs, avaient disparu. Ayant appris par des voisins qu'on avait vu rôder aux abords de la maison un manchot, la blanchisseuse rendit au commissariat de police du quartier Maison-Blanche pour y porter plainte.

Des recherches furent entreprises aussitôt et bientôt on retrouvait le voleur Léon Courtais, 60 ans, pensionnaire de l'hospice d'Ivry, fort occupé, dans un débit voisin du lieu de ses exploits, « liquider » la partie monnayée de son butin.


 Le vin triste - 1923

Le vin triste

Paris-Soir ― 2 décembre 1923

Avenue des Gobelins, en face du 51, des agents ont surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.


 On n’a pas encore retrouvé l'assassin de Suzanne Barbala - Le Journal — 2 octobre 1922

On n’a pas encore retrouvé l'assassin de Suzanne Barbala

Le Journal — 2 octobre 1922

C'était jour de marché, hier matin, avenue d'Italie.

Le cinéma Madelon, 174 avenue d'Italie - Cliché paru dans L'Excelsior

Devant le petit cinéma Madelon, comme jeudi dernier, lorsqu'on découvrit l'atroce crime, marchands et acheteurs ont causé longtemps, échafaudé mille hypothèses.

Et toujours cette question revenait : « Est-on près de le tenir ? » Et l'on ajoutait : « Dire que cet homme respire et qu'il peut vivre avec le souvenir de son forfait ! »

Un parent de la pauvre petite Suzanne est venu aux nouvelles. Lui aussi croit que l'homme est un familier de la maison, mais il ne s'explique pas comment la petite l'a pu suivre.

Dans l'après-midi, le petit établissement a ouvert ses portes. Il pleuvait ; beaucoup de gens sont entrés et de nouveau sur l'écran ont paru les personnages de tragédies fictives. Ainsi va la vie ! Point de fait nouveau pour ce qui est de l'enquête. Des pistes vagues, des soupçons, des hypothèses, la justice en est toujours là. La tâche à accomplir est ardue, on en conviendra.

En déposant son funèbre colis dans un cinéma, l'assassin a rendu, en effet, les recherches très délicates. Comment espérer le retrouver parmi tous ceux qui peuvent fréquenter un établissement situé non loin de la zone et sur une avenue très passante ? On en revient, toujours à penser que le crime a été accompli par quelqu'un dont les allées et venues au cinéma ne pouvaient être suspectées.

Certains pensent que le meurtre a eu lieu au cinéma même, mais cela ne paraît guère possible.

En effet, l'exiguïté du réduit où a été retrouvé le cadavre, l'obligation pour l'assassin d'aller chercher des outils — qu'il n'avait pas sur lui de toute évidence — pour accomplir son horrible découpage, le temps nécessaire à un pareil forfait ; l'absence de sang le long des murs, ne permettent pas de croire à une semblable hypothèse. Aussi bien, la justice qui ne veut rien laisser au hasard, a décidé que de la terre serait prélevée dans le réduit et examinée.

Cette analyse établira de façon indiscutable si l'assassinat a été ou non perpétré sous le plateau. Si la pauvre enfant a été dépecée là, son sang a dû inonder la terre ; on en retrouvera facilement la trace.

Dans la matinée d'hier, M. Oudin, beau-père de Suzanne Barbala, s'est présenté à la police judiciaire. Il a déposé une plainte régulière contre le faux détective Viguier dont nous avons annoncé l'arrestation, hier, à Vincennes.


A lire également

Les articles du Petit-Parisien en date des
29 septembre | 30 septembre | 1er octobre | 2 octobre

Les articles du Journal en date des
29 septembre | 30 septembre | 1er octobre

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

L'inondation de la Bièvre

La Bièvre, pendant l'orage de mercredi, s'est mise en colère ; terrible colère, dont nous avons déjà signalé hier les principaux effets, et dont je suis allé voir les traces avant qu'elles ne fussent effacées. (1901)

Lire

Arsène Lupin à l’Eden des Gobelins

A l'Éden des Gobelins, l'entr'acte passe en grande vedette, vers 10 h. 20. (1933)

Lire

Les on-dit

Mais je vous jure que je n'ai jamais mis les pieds aux Gobelins, Comme tout vrai Parisien, je connais mal Paris. Je serais aussi dépaysé aux Gobelins que dans l'Arkansas. (1904)

Lire

Élection de la reine de l'Association artistique du treizième arrondissement

Cinq cents personnes environ assistaient, hier soir, à l'Eden des Gobelins, à l'élection de la reine de l'Association Artistique du treizième arrondissement. (1911)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Au bas de la pente - 1911

Hier matin, à deux heures, il soufflait un vent violent. Dans sa chambre du premier étage, donnant sur la rue de l'Amiral-Mouchez, numéro 18, Mme Baugrand entendait ses enfants se plaindre du froid qui entrait par de trou d'un carreau brisé...

Lire


La rupture d'une conduite d'eau - 1930

Avenue de la Porte-d'Italie, sur la zone récemment annexée, une conduite d'eau s'est rompue hier matin, vers 9 heures. (Cet accident en répétait un autre, identique, qui se produisit là, il y a dix-huit mois.)

Lire


Une usine incendiée - 1911

Le feu éclatait, la nuit dernière vers quatre heures, dans une usine de dégraissage de chiffons appartenant à M. Figueros, située tout au fond du treizième arrondissement, 14, rue Brillat-Savarin.

Lire


Drame de l'alcoolisme - 1903

M. Auguste Bazin, marchand de vins, établi avenue des Gobelins, voyait entrer, hier soir, Vers onze heures, dans son débit, un individu, qui ne lui parut pas être dans son état normal.

Lire


La mort de Céline Pasquet - 1908

Au numéro 21 de la rue Croulebarbe habillait, avec son amant, Georges Deschamps, ouvrier fumiste, âgé de vingt-cinq ans, une femme Céline Pasquet, d'un au plus jeune, journalière.

Lire


La police devra-t-elle assiéger dans la cité Jeanne-d'Arc Henri Odoux qui blessa sa voisine ? - 1935

La cité Jeanne-d'Arc, dont on connaît les titres à une triste célébrité, a été encore, hier soir, le théâtre d'un drame sanglant. Une mère de famille, une jeune femme, a été sauvagement égorgée par un alcoolique sans que les voisins, terrorisés, aient osé intervenir.

Lire


L'ivrogne qui avait blessé sa voisine est arrêté - 1935

Après une nuit d'anxiété, les locataires de la cité Jeanne-d'Arc ont appris avec soulagement l'arrestation d'Henri O..., qui avait blessé sa voisine d'un coup de couteau à la gorge.

Lire


Cité Jeanne-d'Arc - Les agents protègent les ouvriers démolisseurs des taudis - 1935


Tentative d'émeute cette nuit rue Nationale - 1er mai 1934


A l'hôpital de la Pitié un fou cherche à tuer un surveillant de nuit - 1908


Sombre histoire de charbon - 1937


Les fureurs d'un alcoolique - 1894


Terrible méprise - 1897


Les étrangleurs des Gobelins - 1895


Crue de la Bièvre - 1881


Un cimentier italien découvert blessé dans le sous-sol d'un immeuble en construction - 1931


Perquisition dans une pharmacie - 1911


La cité Jeanne d’Arc transformée en fort Chabrol - 1934


Treize émeutiers de la Cité Jeanne-d’Arc ont été arrêtés hier matin - 1934


Les Amis de « Guibollard » - 1905


Deux voleurs d'autos arrêtés sur les… toits


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte