Faits divers- MOBILE

 Le meurtre de la rue des Chamalliards - 1887

Le meurtre de la rue des Chamalliards.

Paris-libre — 14 juillet 1887

Ce crime horrible a produit, dans ce quartier si populeux, une émotion des plus vives.

Les époux Madelenat habitaient rue des Chamaillards, 80, depuis quelques mois seulement.

Le mari, Charles-Émile Madelenat, était âgé de trente-et-un ans ; sa femme. Marie Désirée Ticquet, avait le même âge que lui.

La rue Albert, anciennement rue des Chamaillards jusqu'en 1896, vue de la rue de Tolbiac. Le n°80 est tout de suite à gauche.

Tous deux s’étaient mariés il y a cinq ans. À cette époque, la femme était surveillante à l’hospice de Bicêtre, le mari était garçon boucher.

Après le mariage, ils firent l’acquisition d’un fonds de boucherie, avenue de Choisy, mais ne réussirent pas dans leurs affaires.

Depuis ce moment, la femme travaillait en journée, et le mari exerçait son commerce dans les marchés.

La femme Madelenat passait, dans le quartier, pour avoir une conduite des plus équivoque : elle s’enivrait et avait un amant, ce qui naturellement donnait lieu à de fréquentes querelles entre les deux époux ; mais Madelenat, qui se laissait aller à battre sa femme, n’était pas toujours le plus fort ; cette dernière est, en effet, d’une force peu commune, et elle ripostait souvent avec succès.

Vers neuf heures, avant-hier soir, Marie Madelenat rentrait chez elle ivre ; peu après son mari arrivait.

Dix minutes à peine s’étaient écoulées, qu’elle descendit les escaliers, les mains ensanglantées, et, faisant irruption dans la boutique de Mme Hume, épicière, au n° 80 de la rue, s’écria : « Je viens de donner un coup de couteau à mon mari. »

Mme Hume et un voisin, M. Barbier, montèrent au logement des époux Madelenat. Dans la chambre à coucher, ils virent étendu sur le parquet, le corps du mari portant, au-dessous de la clavicule gauche, une plaie d’où le sang s’échappait avec abondance.

Le malheureux, qui râlait, eut le temps encore de dire, en tournant la tête avant de rendre le dernier soupir :

— Ma femme m’a tué !

Pendant ce temps, la femme Madelenat était remise entre les mains des gardiens de la paix. M. Bolot, commissaire de police, arriva aussitôt, et, après avoir fait constater par un médecin le décès du mari, procéda à l’interrogatoire de la femme.

Revenant sur les premières déclarations faites à M. Hume, elle répondit que son mari s’était tué.

Le commissaire de police procéda alors à l’interrogatoire du petit Émile, le jeune garçon des époux Madelenat, âgé de 4 ans.

— Allons, mon enfant, raconte-moi ce qui s’est passé.

— Papa est mort.

— Non, mon chéri, il dort.

— Ah ! oui, répondit en pleurant le pauvre bébé, il dort bien. Il y avait du sang qui coulait. Ça a fait comme ça : boum ! C’est petite mère qui l’a tué, elle a pris le grand couteau qui était sur la table...

M. Bolot s’est rendu de nouveau, hier matin à 9 heures, au poste, décidé, dans le cas où la femme Madelenat ne voudrait pas avouer, à la mettre en présence de son enfant.

Il la trouva complètement abattue et pleurant abondamment. Elle était moins surexcitée que la veille.

Après quelques hésitations, elle fit en sanglotant au commissaire de police la déclaration suivante :

— Je n’ai jamais été heureuse en ménage, mon mari me battait toujours et ne voulait pas travailler. C’est moi qui l’entretenais. Il se grisait. Hier, il me chercha querelle comme d’habitude. Je lui lançai à la figure un morceau de viande, il me répondit en me giflant. Je sautai alors sur un couteau qui était sur la table et je le lui enfonçai tout entier dans le corps.

M. Bolot a envoyé la femme Madelenat au Dépôt, et a fait transporter le cadavre de Madelenat à la Morgue.

Le petit Émile Madelenat a été recueilli par ses grands-parents qui habitent rue du Château-des-Rentiers.

À lire également...

L'amoureux a la « guigne »

1911

Palmyre est une grande brune, assez bien de sa personne, qui tous les soirs arpente l'avenue de Choisy en quête de clients généreux. Adolphe Verrier, chauffeur dans une usine de banlieue, la connaissait bien de vue, mais jamais il n'avait osé l'aborder.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Le drame de la rue de Tolbiac : un commis boucher blesse grièvement sa femme puis se suicide

1936

Il semble que seule la neurasthénie ait poussé Paul Seguin, quarante-neuf ans, commis boucher, vouloir tuer sa femme pour se loger ensuite une balle dans la tête.

...


Quartier de la Maison-Blanche

La viande meurtrière

1907

Entre les numéros 26 et 28 de la rue Damesme s'ouvrent, parmi des terrains vagues, plusieurs voies symétriquement alignées où s'élèvent, pittoresques et vétustés, des baraques en planches et des cahutes en torchis. C'est là que vit, grouille et travaille une populeuse colonie de chiffonniers.

...


Place d'Italie

Le pétard part en haut, il ne part pas en bas

1913

La fête battait son plein, hier soir, place d'Italie. Les badauds circulaient avec peine, attentifs aux boniments des forains. Deux amis...

...

Saviez-vous que... ?

La rue Gustave Geffroy, avant de recevoir le nom de administrateur de la manufacture nationale des Gobelins, s'appela rue Léon Durand jusqu'en 1937. Cette rue fut créée en 1906.

*
*     *

La retraite du 21e régiment d'infanterie coloniale qui, le 22 mars 1913, passa par les rues de Patay, Jeanne d'Arc, le boulevard de la Gare, les rues Pinel, de Campo Formio, les avenues des Gobelins et de Choisy ne donna lieu à aucun incident.

*
*     *

35.892 électeurs étaient inscrits sur les listes du 13ème pour le premier tour des élections municipales du 3 mai 1925. 30.289 votèrent. Seul, M. Colly, du quartier de la Gare, fut élu à ce premier tour.

*
*     *

La rue Giffard est l'ancien chemin de ronde de la Gare. Cette voie reçut son nom actuel en 1884. Henri Giffard, né le 8 février 1825 et mort le 15 avril 1882 à Paris, est un inventeur français, à qui l'on doit l'injecteur et le dirigeable propulsé par la vapeur.

L'image du jour

Rue Nationale (années 50)