Dans la presse... MOBILE

 La démission de M. Rousselle - 1890

La démission de M. Rousselle

Le Temps — 26 février 1890

Nos lecteurs, ou plutôt Paris, la France, le monde connaissent l’incident tragi-comique dont Son Excellence le cocher de M. Rousselle, président du conseil municipal, a été le héros ou la victime le mardi gras.

La police avait l’ordre d'empêcher la circulation des voitures sur le boulevard; précaution toute naturelle, car elle avait pour but de protéger les promeneurs contre les écrasements possibles ; mais le très haut et très puissant président du conseil municipal n’admet pas qu’on accorde de tels privilèges à la vile multitude ; il entre dans les droits, peut-être même dans les devoirs de sa charge de faire passer les roues de son char à travers la canaille : on est XVIIIe siècle ou on ne l’est pas.

Le cocher auquel on a inspiré un juste sentiment de sa situation en le logeant à l’Hôtel de Ville, où le préfet de la Seine n’a pu encore s’installer, le cocher a cru répondre aux secrètes préoccupations de son maître en protestant contre l’observation de l’agent assez téméraire pour l'inviter à stationner dans la rue voisine, comme les camarades. L’agent insistant, il est même allé jusqu’à lui dire qu'il le ferait « sauter ». L’officier de paix n’en approuva pas moins la conduite de son subordonné. Sur quoi, M. le président du conseil municipal a demandé la révocation de l’officier de paix, pour crime de lèse-majesté municipale.

Profondément surpris du refus qui lui a été opposé à ce sujet, M. Rousselle a tâché hier d’associer le conseil tout entier à sa querelle et il ne doutait évidemment pas que l’incident allait déchaîner une fois de plus les fureurs autonomistes contre le préfet et la préfecture de police. Quelle a été sa surprise attristée et indignée en constatant que son réquisitoire ne déterminait sur tous les bancs qu’un silence visiblement désapprobateur.

Quelques officieux ont essayé, en solidarisant cet incident avec celui de Mme Céline Montaland (*), de provoquer un vote de blâme ; mais ils n’ont réussi qu’à soulever des murmures et l’affaire s’est piteuse ment terminée par un vote de clôture qui aurait été tout sec si un conseiller municipal, d’habitude mieux inspiré, n’avait jugé à propos d’y attacher pour ses amis et lui une signification peu sympathique au personnel de la préfecture de police.

Chose curieuse, pendant qu’un gouvernemental ou radical de gouvernement se livrait, on ne sait pourquoi, à cette fausse manœuvre, un radical avéré indiquait en ces termes le vrai point de vue de la question : « Nous ne voulons pas entrer dans toutes ces considérations. Nous demandons purement et simplement la clôture de l’incident, afin de terminer cette ridicule affaire. »

C’était là le langage de l’esprit et du bon sens, et c’est là aussi le sens de la décision prise par le conseil : nous avons trop souvent l’occasion de le combattre pour ne pas lui adresser nos sincères félicitations, que nous étendrons même à M. Rousselle, car, lui aussi, a fait preuve d’esprit et de bon sens... en donnant sa démission.

(*) Mme Montaland avait été victime d'une arrestation arbitraire et l'on demandait de sanctionner l'auteur des faits.
Le titre et des sauts de ligne ont été ajoutés - NdE



Sur Ernest et Henri Rousselle

Ernest Rousselle (1836-1896)

Ernest Rousselle est élu pour la première fois conseiller municipal du 13e arrondissement représentant le quartier Maison-Blanche à l'élection du 16 janvier 1881. Il sera constamment réélu jusqu'à son décès intervenu quelques jours après les élections de 1896.

En 1889, Ernest Rousselle est élu Président du conseil municipal. En février 1890, le jour du Mardi-Gras, il prenait une absinthe avec des amis dans un café des Grands boulevards. Dans le même temps, son cochet l'attendait avec sa voiture attelé de deux chevaux sur le boulevard des Italiens alors que cela était interdit. Le Figaro et le Gaulois racontent la suite... L'histoire se termina parla démission de M. Rousselle.

Ernest Rousselle fut réélu président du Conseil municipal en 1895. Il mourut le 15 mai 1896.

Henri Rousselle (1866-1925)

Dans la presse...


Un pont américain à Paris : le pont de Tolbiac

Les Américains se sont acquis, depuis quelques années, une véritable renommée en matière de grands travaux publics leur initiative, leur audace, leur fougue, méritent d'être admirées et surtout imitées. Ce n'est pas la science qui manque à nos ingénieurs pour les égaler.
Nous signalons, avec beaucoup de plaisir, dans cet ordre d'idées, le beau pont « américain » dans la meilleure acception du terme, dont Paris vient d'être doté. (1895)


L'inauguration de la rue Jeanne-d'Arc (prolongée) dans le XIIIe arrondissement

La municipalité parisienne a inauguré, ce matin dans le 13e arrondissement, le prolongement de la rue Jeanne-d'Arc qui relie ainsi le quartier des Gobelins à celui de la Gare. (1936)


L'inondation de la Bièvre

La Bièvre, pendant l'orage de mercredi, s'est mise en colère ; terrible colère, dont nous avons déjà signalé hier les principaux effets, et dont je suis allé voir les traces avant qu'elles ne fussent effacées. (1901)


Arsène Lupin à l’Eden des Gobelins

A l'Éden des Gobelins, l'entr'acte passe en grande vedette, vers 10 h. 20.
J'arrive à 10 h. 15 pour ne pas en perdre une réplique.
Un film tire à sa fin.
Après avoir glissé sur des pelures d'oranges et fait craquer sous mes semelles des épluchures de cacahuètes, je réinstalle entre deux casquettes... (1933)


En voir plus...

Saviez-vous que... ?

En 1912, le lit de la Bièvre était couvert et canalisé pour devenir la rue Berbier-du-Mets remplaçant ainsi la vieille ruelle des Gobelins que l'on a trop tendance à confondre avec la rue des Gobelins qui débouche sur l'avenue des Gobelins alors que la ruelle débouché sur le boulevard Arago.

*
*     *

En 1877, il fut décidé que le nouveau marché aux chevaux reprendrait la place de l'ancien (auparavant transféré sur le boulevard d’Enfer), ce fut M. Magne, architecte, qui fut chargé de la direction des travaux.
Il a fallu faire d'immenses travaux de consolidation et de soutènement pour profiter de l'îlot escarpé et montueux compris entre le boulevard Saint-Marcel et celui de l'Hôpital.
La porte principale du marché, flanquée de deux forts jolis pavillons, s’élevait boulevard de l’Hôpital, tandis qu’un mur défendu par des grilles en fer s’étendait sur le boulevard Saint-Marcel.

*
*     *

La rue des Deux-Moulins prit le nom de rue Jenner en 1867 afin de rendre hommage à Edward Jenner (1749-1823) premier médecin à avoir introduit et étudié de façon scientifique le vaccin contre la variole, et qui est considéré comme le « père de l'immunologie ».

*
*     *

Le 1er mars 1932, un incendie ravageait la manufacture de chaussures, Grégoire, fondée en 1864 et qui s'étendait, 8 et 10, boulevard Kellermann, sur une superficie d'environ 5.000 mètres carrés, dont les trois quarts occupés par les ateliers et les bureaux, le reste étant formé de hangars.
Selon l’Humanité, le veilleur de nuit, M. Létrangleur, ne remarqua rien lors de sa ronde, à 18h20, après la sortie des ouvriers mais à 19 heures tout brulait. L’usine fut quasiment anéantie et 300 ouvriers furent au chômage mais l’usine renaitra de ses cendres.

L'image du jour

Vue sur la Butte-aux-Cailles