Dans la presse...

 Les enfants riches aux petits chiffonniers - 1899

L’arbre de Noël

Les enfants riches aux petits chiffonniers

Le Monde illustré — 21 janvier 1899

Avenue d'Italie, près des fortifications, rue Gandon, 25, dans un terrain vague sur lequel on entre par une petite porte ouverte sur un mur de peu d'élévation.

Un long hangar en bois, briques et plâtre que des cloisons mobiles séparent en trois parties se dresse à gauche de ce terrain et à côté d'une roulotte vénérée qui dans les temps héroïques de l'œuvre a joué un rôle protecteur. — Elle avait déjà rendu les mêmes services au patronage de Saint-Joseph.

Le Monde illustré — 21 janvier 1899

Trois ou quatre cents enfants se pressent aux portes que tiennent fermées avant l'heure, les organisateurs de la fête. Enfin tout est prêt. En deux minutes la salle est comble. L'ordre est maintenu par la Société de gymnastique et d'exercices militaires organisée par le Patronage. Peu de parents ; il n'y a pas de dimanche pour les chiffonniers et les marchands de mouron, qui forment la majorité des habitants de ce faubourg déshérité.

L'arbre de Noël se dresse au fond de la salle, sur une estrade que ferment quelques draperies rehaussées de drapeaux.

Après quelques mots de remerciements pour les généreux donateurs, M. de Guntz, président des œuvres ouvrières d'assistance et de patronage des Malmaisons, commence la distribution des jouets et des vêtements chauds aux enfants.

Le soir, les parents et les enfants plus grands se sont réunis pour le gâteau des Rois. — Les marchands de mouron ont pu lancer leur petite chanson.


APPEL AUX ENFANTS RICHES

Appel aux enfants riches pour l'arbre de Noël des petits chiffonniers, et enfants abandonnés des patronages des Malmaisons (25, rue Gandon (Maison-Blanche, 13e arrondissement).

On supplie les enfants riches, petits garçons et petites filles, de ne pas oublier le petit Noël de leurs frères et sœurs et pauvres et abandonnés qui n’ont souvent d’autre étrenne que leur morceau de pain sec quotidien et les quelques haillons dont ils sont couverts et on leur demande de bien vouloir mettre de côté pour eux les vieux jouets, livres et vêtements dont ils peuvent disposer et nul feront tant d’heureux.

Les jeunes donateurs sont invités avec la plus vive instance à venir, eux-mêmes, offrir leurs présents aux enfants pauvres, à la distribution de l’arbre de Noël, qui aura lieu le dimanche 15 janvier à deux heures, au siège de l'Œuvre. Leur présence à cette petite fête de famille sera pour tous un précieux et touchant encouragement.

Prière d'écrire à M. le directeur des Œuvres ouvrières des Malmaisons, 145, avenue Malakoff, qui fera prendre à domicile ou de bien vouloir faire parvenir les dons, soit au siège de l’Œuvre, 25, rue Gandon (13e arrondissement, près la barrière d’Italie), soit 143, avenue Malakoff.

Paru dans la Gazette Nationale
ou le Moniteur Universel en date du 21 décembre 1898

A lire également

L'œuvre des petits chiffonniers (1901)

Vu dans la presse...

Oasis faubourienne

Tout un coin de Paris est en train de se modifier singulièrement. Huysmans ne reconnaîtrait plus sa Bièvre. Non seulement le ruisseau nauséabond est maintenant couvert depuis bien des années, mais le sinistre passage Moret a presque complètement disparu de la topographie parisienne et, au milieu de cette année, les fameux jardins dont la jouissance était réservée aux tisseurs et dessinateurs de la Manufacture des Gobelins, vergers en friche qui, quelquefois, servaient de dépôt d'ordures aux gens du quartier, auront perdu leur aspect de Paradou abandonné. (1937)

Lire

Un jardin unique en son genre, celui des Gobelins, va être inauguré la semaine prochaine

Paris aura la semaine prochaine un nouveau jardin public, un très beau jardin. Il n’en possédera jamais trop !
Le fait est d’autant plus intéressant que ce nouveau jardin se trouve dans un arrondissement, au reste fort peuplé, le 13e, qui, il y a encore un an, ne possédait pas le moindre square. (1938)

Lire

Aux Gobelins: le nouveau jardin a été inauguré et ouvert au public

Hier matin, était inauguré, dans le quartier Croulebarbe, un nouveau jardin public. II s'étend sur 22.500 mètres carrés, derrière la Manufacture des Gobelins et le Garde-Meubles National.
C'est à Émile Deslandres que l'on doit cette initiative. Ayant représenté pendant plus de vingt-cinq années ce quartier, au nom du Socialisme, il s’était penché sur les misères et les besoins de la classe ouvrière dont il était lui-même. (1938)

Lire

Les travaux de construction de la rue de Tolbiac

Les transformations de la rue d'AIésia se font, avec une rapidité vertigineuse, dans le prolongement de cette voie, au-delà de rue de la Glacière.
Dans cette partie, la nouvelle rue prendra le nom de rue Tolbiac, et sera poussée jusqu'à l'avenue d'Italie. (1877)

Lire

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Le XIIIème arrondissement avait une superficie de 625 hectares à sa création.

*
*     *

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Le 15 septembre 1913, le huitième congrès national de la Fédération des syndicats des "Cuirs et peaux" s'ouvrait dans la salle de "L'Utilité Sociale" sise 94 boulevard Blanqui, 13e arrondissement.
A l'ordre du jour, notamment, l'adoption de la semaine anglaise à l'exemple des selliers militaires de Paris qui avaient obtenu la semaine anglaise de 54 heures.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner