entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le 1er mars 1932, l'usine de chaussures installée boulevard Kellermann (au 10) était ravagée par un incendie.


La place de Rungis porta un temps le nom de place Barrault.


En 1880, on décida de l'installation de postes-vigies dits postes-avertisseurs fonctionnant au moyen d'un télégraphe à cadran permettant de rentrer en communication avec la plus proche caserne de pompiers où un soldat du feu était toujours présent afin de recevoir la déclaration de personnes venant faire connaître un incendie. L'un des ces postes fut installé au 26 de la rue des Cinq-diamants.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 L'affaire de l'avenue de Choisy - 1897

L'affaire de l'avenue de Choisy

Le Rappel — 28 juillet 1897

Un camelot, âgé de dix-huit ans, nommé François Palisse, demeurant 31, rue Mouffetard, sortait cette nuit du bal de l'Alcazar, avenue de Choisy quand il fut attaqué par une bande d'individus qui le frappèrent de huit coupe de couteau.

Le blessé, qui fut transporté à l'hôpital de la Pitié, put dénoncer ses agresseurs que des agents de la Sûreté recherchèrent.

A la suite de ces recherches, on parvint à arrêter les individus dont les noms suivent : Louis Champonier, dix-sept ans, rue Clisson ; Louise Guillier, dite Charlotte, seize ans ; Léon Débris, vingt ans, 75, rue Jeanne-d'Arc, et André Daviou, seize ans, chiffonnier, 68, rue Clisson.

Tout ce joli monde a été envoyé au Dépôt.


 Il blesse son amie d'un coup de couteau - 1928

Il blesse son amie d’un coup de couteau

Paris-Soir — 26 aout 1928

À minuit, rue du Château-des-Rentiers, numéro 58, Marie Mohnen, âgée de 30 ans, domiciliée 90, rue Regnault, a, au cours d'une discussion avec son amant, Adrien Deretmacher, âgé de 39 ans, été frappée d'un coup de couteau par celui-ci.

Après pansement à l'hôpital de la Pitié, Mme Mohnen a pu regagner son domicile.

Le meurtrier a été arrêté et mis à la disposition du commissaire de police du quartier de la Gare.


 Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel - 1882

Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel

publiées par Le Journal des débats politiques et littéraires

26 avril 1882

Le boulevard Saint-Marcel prend naissance au boulevard, de l'Hôpital, vis-à-vis la Salpêtrière, et va aboutir en ligne directe à l'avenue des Gobelins, où il se rencontre avec les boulevards Arago et Port-Royal pour former un spacieux rond-point.

Extrait d'un plan de 1881

Le boulevard a coupé la rue Poliveau qui eut un triste renom il y a quelques années. C'est dans une maison, de cette rue qu'on trouva. En avril 1878, les débris — les jambes et les bras — de la femme Gillet, qui aurait été assassinée le 28 mars rue d'HauteviIle. La tête et le tronc de la victime avaient été expédiés dans une caisse au Mans. Les auteurs du crime, P.-L. Lebiez, étudiant en médecine, et Barré, ancien clerc de notaire, furent exécutés. En ce moment on y construit plusieurs maisons neuves dont le style moderne contraste singulièrement avec les autres habitations contemporaines pour la plupart de Louis XIII.

Dans la rue de la Reine Blanche, on a dû faire disparaître deux ou trois vieilles masures. Dans l'une d'elles, rapporte la Ville de Paris, mourut, en 1872, à l'âge de quatre-vingt-deux ans, un homme très populaire dans !e quartier ou il exerçât depuis près de trente ans son métier de saltimbanque. Il se nommait Fourquel, mais n'était connu que sous le sobriquet de l’homme aux clous, parce que depuis longtemps il se bornait, à cause de son grand âge, à manger des clous qu'il faisait ressortir par le nez. Il travaillait, habituellement au carrefour .de l'Observatoire. Fourquel avait été hercule, clown, homme-canon, etc. Il était propriétaire de la maisonnette ou il est mort.

Les terrains du boulevard Saint-Marcel étaient, il y a deux siècles, une zone tout à fait en dehors de la capitale et l’on y voyait que des champs incultes des fondrières et des carrières de sable.

La Folie Escholar, alors ruinée et abandonnée, se trouvait en cet endroit et c'est là que vint camper, sous Louis XIII, une bande de bohémiens qui excitèrent chez les Parisiens une vive curiosité par l'originalité de leurs costumes et de leurs manières. Cette troupe fut expulsée par la maréchaussée en armes lorsque le seigneur de Barbejon, valet de chambre de Louis XIII, eût obtenu le privilège de la foire aux chevaux qui se trouvait alors sur les fossés des remparts devenus aujourd'hui le boulevard des Capucines.

Sous Louis XV, le marché aux chevaux fut encore déplacé pour être établi près de la Croix de Clamart, voisine de la rue du Jardin-du-Roi, devenue rue Geoffroy-Saint-Hilaire. La croix a disparu, mais il .y a encore la Fontaine de Clamart à proximité du cimetière de ce nom où l'on a pendant longtemps enterré les suppliciés.

Au n°5 de cette rue se trouve une petite maison avec trois ouvertures ogivales que surmonte un cartouche de grande dimension. Un coq et une cigogne sont sculptés au-dessus de la porte d'entrée. C’est dans la salle du premier étage que Buffon faisait ses conférences sur l'histoire naturelle. Maintenant, à  cette place, se trouve un commissariat de police.

On se souvient de l'infortuné grillon qui, en 1847, tomba du trapèze de sa montgolfière où il se livrait à des exercices gymnastiques à 300 mètres au-dessus du soi. Il ne succomba pas à cette chute, mais on fut obligé de l'amputer des deux jambes. Grillon s'établit ensuite cordonnier rue du Jura dans une maison qui a été emportée par le tracé du boulevard Saint-Marcel. Grillon avait laissé un fils qui fut tué pendant la dernière guerre au combat de Buzenval.


20 mai 1882

Avant le tracé du boulevard Saint-Marcel et de l'avenue des Gobelins, la rue Collégiale, peu importante d'ailleurs, était enserrée pour ainsi dire au milieu d'un dédale de ruelles étroites et obscures, où il était assez difficile de la trouver. Aujourd'hui qu'elle est voisine d'une avenue et qu'elle a accès à un boulevard, ses conditions se trouvent changées. Aussi la spéculation privée s'en est-elle emparée pour lui faire un peu de toilette et la mettre au niveau des grandes voies qui l'entourent.

Le nom que porte cette rue rappelle l'antenne église collégiale de Saint-Marcel, bâtie au cinquième siècle en l'honneur de ce saint, et autour.de laquelle se forma peu à peu un petit village que l'on appela Mont-Cétard, d’où on fit ensuite Mouffetard. Détruite par les Normands et reconstruite au onzième siècle, il en restait quelques, débris de peu d'importance qui disparurent en 1866.

En 1668, trois voleurs pénétrèrent dans cette église, brisèrent le maître-autel et emportèrent le tabernacle qui était en or massif. Ils furent arrêtés et appliqués à la question, selon les usages du temps. Au milieu de leurs affreux tourments, un des voleurs avoua que les hosties renfermées dans le tabernacle avaient été serrées dans un mouchoir et jetées par-dessus les murailles du couvent du Val-de-Grâce.

Il y eut à ce sujet dans ce monastère une purification solennelle faite avec une pompe extraordinaire, avec le concours de tout le clergé diocésain. Anne d'Autriche et le jeune Louis XIV qui n'était pas encore roi de France, assistaient à cette solennité.

Quant aux trois voleurs, on les fit cuire dans de l'huile bouillante.


A lire également

Le futur boulevard Saint-Marcel (1857)

Le percement du boulevard Saint-Marcel (1868)

Le percement du boulevard Arago met à jour des vestiges du vieux Paris (1868)

Intéressante découverte archéologique sur le chantier du boulevard Saint-Marcel (1868)

Les palais des Reines Blanche aux Gobelins (1878)

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Les «Étrangleurs de Croulebarbe» - 1902

La cité Jeanne-d'Arc vient encore d'être le théâtre de scènes sanglantes.
Hier vers trois heures et demie de l'après-midi un malfaiteur dangereux, frappé de dix ans d'interdiction de séjour, Léon Becquet, âgé de vingt-sept ans, se prit de querelle avec un autre individu, Adolphe Douraud, dit « Bibi », au sujet d'une femme, une fille soumise dont le casier judiciaire est orné de vingt-neuf condamnations.

Lire

Thomas père perd patience - 1913

Alfred Thomas, âgé de quarante-deux ans, est un brave homme de menuisier. Établi, depuis six ans, rue de Tolbiac, il s'efforce, avec zèle et ponctualité, de contenter sa petite clientèle.

Lire

Une arrestation mouvementée - 1911

Hier matin, la rue de la Glacière était mise en émoi. Quatre gardiens de la paix et deux inspecteurs de la Sûreté sortaient de la maison portant le numéro 37, en traînant, en portant plutôt un individu qui se défendait avec une énergie farouche.

Lire

Une rafle fructueuse - 1895

M. Cochefert, chef de la Sûreté, a, la nuit dernière, jeté un beau coup de filet dans quelques-uns des repaires où grouille la pègre de Paris.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

Intéressante découverte archéologique sur le chantier du boulevard Saint-Marcel

Les travaux qui s'exécutent dans le quartier Saint-Marcel ont amené des découvertes fort importantes au point de vue archéologique. (1868)

Lire


Nouvelles dénominations de voies

On donne à la rue de la Croix-Rouge la dénomination de Domrémy. village du département des Vosges, où naquit Jeanne d'Arc; la route de Fontainebleau devient route d'Italie, la place de la barrière d'Ivry devient la place Pinel... (1868)

Lire


Les palais des Reines Blanche aux Gobelins

Si le vieil hôtel de Sens est, sur la rive droite de la Seine, un édifice curieux à voir, deux hôtels non moins anciens et tout aussi intéressants s'offrent sur la rive gauche, dans le quartier des Gobelins, aux yeux des amateurs du gothique. (1878)

Lire


Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel

Le boulevard Saint-Marcel prend naissance au boulevard, de l'Hôpital, vis-à-vis la Salpêtrière, et va aboutir en ligne directe à l'avenue des Gobelins, où il se rencontre avec les boulevards Arago et Port-Royal pour former un spacieux rond-point. (1882)

Lire


La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

Lire


Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire


Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

Lire


L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

Lire


La reconstitution des Gobelins

On sait que la reconstitution partielle des Gobelins fut entreprise, il y a près de deux ans, sous l'habile direction de MM. Formigé et Jossely.
La façade du nouveau, bâtiment est déjà en partie débarrassée, de ses échafaudages. (1913)

Lire


La passerelle de la Maison-Blanche

Tout un coin du quartier de la Maison-Blanche est en fête : dans quelques jours on inaugurera solennellement la nouvelle et légère passerelle métallique qui, passant au-dessus des voies du chemin de fer de Ceinture, à la Glacière, relie maintenant entre eux deux points jusqu'à présent fort éloignés l'un de l'autre. (1907)

Lire


Une masure s'effondre au « Camp marocain »

À deux pas de la porte d'Italie, dans un grand espace situé rue Bobillot, se trouve une succession de masures misérables qui furent habitées, il y a une vingtaine d'années, par des nomades africains, prompts à jouer du couteau. (1910)

Lire


Les quartiers pauvres

Les quartiers pauvres et populeux de Paris sont négligés ou dédaignés par l'administration, tandis que les quartiers élégants sont « embellis » à grands frais.
Cette iniquité, à laquelle personne ne songe, et dont beaucoup de citoyens ont malheureusement à souffrir, a fini par provoquer les plaintes légitimes des habitants du 13e arrondissement, c'est-à-dire du coin abandonné qui comprend la route d'Italie, les Gobelins, la Bièvre et la Butte-aux Cailles. (1869)

Lire


La catastrophe de la Cité Doré

La cité Doré, entre le boulevard de l'Hôpital et la rue Jeanne-d'Arc, refuge misérable des biffins les plus pauvres, était jusqu'à présent un coin pittoresque de reportage.
C'est maintenant le lieu d’une catastrophe douloureuse qui compte cinq morts, qui aurait pu tuer plus de personnes encore, si, par un malheureux hasard elle s'était produite, une heure plus tôt. (1925)

Lire


La cité des Kroumirs

II y a un an, les Kroumirs étalent absolument inconnus en France ; aujourd’hui, comme les Cosaques et les Bédouins, ils ont pris place dans le vocabulaire populaire. Kroumir est passé expression de mépris. La cité des Kroumirs n’est donc pas bien vielle, et son aspect n’a rien qui puisse exciter l’envie. (1882)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte