Dans la presse...

 Un nouveau pont - 1877

Un nouveau pont

Le Petit-Journal — 17 septembre 1877

Un nouveau pont vient d'être construit sur la route militaire qui entoure Paris, entre la porte de la Gare et celle de Vitry. Il est parallèle au boulevard Masséna, et franchit la ligne du chemin de fer d'Orléans. De cette façon, on peut parcourir la ligne stratégique sans rencontrer d'obstacles.

Avant l'établissement du nouveau pont, les piétons et les voitures étaient obligés de faire un grand détour, au chemin de fer ; ils devaient passer sous le ponceau de la rue Watt, pour arriver à la Seine.

Toutes les maisons qui se trouvaient en bordure à cet endroit ont été démolies : les remblais de la ligne de ceinture ont été élargis, dans de fortes proportions, et sur le renflement on a pratiqué la nouvelle chaussée.

La chaussée s'ouvre dans l'axe du pont de Bercy(*) et chemine en pente douce jusqu'au niveau des culées ; de l'autre côté, elle va se raccorder avec la chaussée du boulevard, près de la porte de Vitry.

Le tablier du nouveau pont a 50 mètres de portée; il est exactement du même style et de mêmes dimensions que les autres du chemin de fer : les charpentes et le garde-fou sont en fer.

Toutes les parties de cette immense cage métallique sont réunies au moyen de rouleaux et de grues.

Dans quelques jours, l'administration municipale aura satisfait aux nombreuses plaintes des habitants de ce quartier très commerçant ; les nombreux marchands de bois et de charbon, qui ont leurs chantiers dans les environs de la gare des marchandises, étaient obligés de faire de longs détours pour pouvoir communiquer avec les 12e et 13e arrondissements. Le ponceau de la rue Watt est tellement bas, que les voitures un peu chargées ne pouvaient passer dessous; elles étaient obligées deprendre les rues de Patay et du Loiret, pour aboutir à la Seine.

Avec le prolongement de la nouvelle rue de Tolbiac, le pont aura un autre avantage, celui d'abréger de beaucoup les communi cations des quartiers de la rive gauche avec ceux de la rive droite. Un autre pont sera jeté prochainement sur la Seine, dans l'axe de la nouvelle rue, entre le pont de Bercy et le pont National.(**) Les travaux de construction seront adjugés le jeudi 4 octobre.


(*) Une erreur de plume de la part du rédacteur de l'article. C'est du pont National dont s'agit. Ce pont, construit en 1852, avait alors une largeur de 8 mètres et fut élargi ultérieurement à plusieurs reprises, notamment en 1936, jusqu'à l'extension de 2011 consécutive à la création de la ligne T3 du tramway.

(**) Il s'agit du futur pont de Tolbiac


Le Pont National avant sa transformation -- Source : gallica.bnf.fr

A lire également

Un pont américain à Paris : le pont de Tolbiac (1895)

La passerelle de la Maison-Blanche : Inauguration prochaine (1907)

Vu dans la presse...

M. Félix Faure à l’École Estienne

Les « écoles laïques » ont fait une armée de ratés, qui fatalement deviendra une armée de révolutionnaires. Les écoles professionnelles forment des ouvriers distingués, des artistes spéciaux qui sont placés avant d'avoir terminé leur apprentissage et qu'attend un avenir non moins heureux que paisible.
C'est donc avec joie que nous avons vu hier le chef de l'État honorer de sa présence l'inauguration de l'école Estienne. (1896)

Lire

Inauguration d'habitations à bon marché dans le XIIIè arrondissement

L'Office public des habitations de la Ville de Paris a entrepris, il y a quelques années, la construction de plusieurs groupes d'habitations à bon marché dans divers quartiers populeux de la capitale.
L'un de ces groupés, sis dans le XIIIè arrondissement et dont la construction a été commencée en 1930, vient d'être terminé. (1933)

Lire

M. Albert Lebrun inaugure le monument élevé « à la gloire des mères françaises »

Cet après-midi, à 15 heures, a eu lieu, boulevard Kellermann, près de la porte d'Italie, l'inauguration du monument érigé à la gloire des mères françaises. La cérémonie s'est déroulée en présence du président de la République et de Mme Albert Lebrun, et de hautes personnalités. (1938)

Lire

La statue du docteur Pinel

On va prochainement ériger sur la place de la Salpêtrière la statue en bronze du docteur Pinel. (1883)

Lire

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

En 1887, Camille Claudel vivait dans un atelier loué pour elle par Auguste Rodin, la Folie Neubourg ou Clos Payen, 68 boulevard d’Italie, actuel boulebard Blanqui

*
*     *

La rue du Tibre, dans le quartier Maison-Blanche, a été ouverte sur l'emplacement d'une voirie d'équarrissage, elle a porté le nom de rue de la Fosse-aux-Chevaux, puis du Tibre, à cause de la Bièvre autour de laquelle ont été groupés des noms de fleuves.

*
*     *

En 1865, les frères Goncourt passaient une journée dans le 13e :
« Jeudi, 16 mars. — Nous avons passé la journée chez Burty, rue du Petit-Banquier, dans un quartier perdu et champêtre, qui sont le nourrisseur et le marché aux chevaux. Un intérieur d’art, une resserre de livres de lithographies, d’esquisses peintes, de dessins, de faïences ; un jardinet ; des femmes ; une petite fille ; un petit chien, et des heures où l’un feuillette des cartons effleurés par la robe d’une jeune, grasse et gaie chanteuse, au nom de Mlle Hermann. Une atmosphère de cordialité, de bonne enfance, de famille heureuse, qui reporte la pensée à ces ménages artistiques et bourgeois du dix-huitième siècle. C’est un peu une maison riante et lumineuse, telle qu’on s’imagine la maison d’un Fragonard. »

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner