Dans la presse...

 Rue Charles Bertheau sont sans logis - 1937

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Paris-Soir ― 10 octobre 1937

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine.

Mercredi soir, quand les locataires se couchèrent, ils ne remarquèrent rien d'anormal, mais jeudi matin, planchers, murs et plafonds étaient parcourus par de profondes fissures. Le sol des cours des rues, les dallages, tout était fendu comme si il y avait eu là une secousse sismique. Il était impossible d'ouvrir les portes et les fenêtres : fers et boiseries avaient joué. Une dizaine d'immeubles sont devenus pratiquement inhabitables, deux ont dû être complètement évacués et des écriteaux en interdisent l'entrée.

Les habitants du quartier ont constitué un comité. Le syndic a fait étayer les maisons et le commissaire de police du quartier a envoyé sur les lieux un service d'ordre, mais le gaz et l'eau ont été coupés dans les maisons où la situation est critique.

Contrairement à ce qui a été annoncé, nous disent les habitants, les sinistrés ne sont pas hébergés par la ville. Une délégation s'est rendue à la mairie, mais elle n'a pas été reçue.

« On nous a attribué une indemnité ; mais qui, paraît-il, ne serait pas renouvelée.

» Actuellement, 41 personnes et 13 enfants, dont des bébés de quelques mois, sont dans la rue. Une femme enceinte, des vieillards de 75 et 80 ans sont sans logis. Les habitants du quartier de la Gare crient : « Au secours ! »


A lire également

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer (1929)

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours (1937)

Vu dans la presse...

La mort de M. Curie

Les obsèques de M. Curie ont été célébrées, hier, avec la plus grande simplicité et sans aucune cérémonie.
Dès trois heures arrivèrent à la maison mortuaire, 108, boulevard Kellermann, des professeurs de la Sorbonne et du Collège de France, ainsi que des membres de l'Institut. Tour à tour ils pénétraient dans la petite maison... (1906)

Lire

Les transformations de Paris

L'administration vient de faire déposer à la mairie 13e arrondissement le plan parcellaire des propriétés dont la cession est nécessaire en tout ou en partie pour exécuter :
1° L'élargissement à 40 mètres de la rue Mouffetard, entre le boulevard Saint-Marcel et les boulevards d'Italie et de l'Hôpital ;
2° La transformation de la place d'Italie, entre la rue Mouffetard et les boulevards de la Gare et d'Italie ;
3° L'ouverture, entre cette place et la Gentilly, d'un boulevard de 34 mètres de largeur, donnant à l'ouest le pendant du boulevard de l'Hôpital. (1867)

Lire

Logements à bon marché

Paris nous réserve toutes les surprises, et ses historiens, malgré leurs patientes recherches, n'arrivent que difficilement à nous signaler les faits bizarres, les trouvailles imprévues que les faits-divers nous révèlent chaque jour et par hasard.
On vient de découvrir qu'en plein cœur de la capitale il existe une maison habitée par une cinquantaine de locataires depuis plus de vingt ans et que cet immeuble n'a ni propriétaire ni concierge. (1896)

Lire

La maison sans maître

Tout au bout de l'avenue d'Ivry, près des fortifications, se trouve une impasse dont l'accès est si étroit, qu'aucun véhicule n'y peut pénétrer sans raser et détériorer les murailles des maisons qui la bordent ; c'est le passage d'Ivry.
Tout au fond de ce passage se dresse une maison branlante, dont l'histoire est bien extraordinaire. (1904)

Lire

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Le pont d'Austerlitz entre la place Walhubert et la place Mazas a été construit de 1802 à 1807 par Beaupré. Ses arches sont en pierre depuis 1854-1855 en remplacement des arches en fer fondu de la première construction.

*
*     *

La rue de Tolbiac, pour la partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers, fut appelée initialement rue du Transit lorsque son ouverture fut projetée.

*
*     *

C'est en 1868 que la voie latérale au chemin de fer de ceinture entre le chemoin de fer d'Orléans et la rue de Patay reçut le nom de rue Regnault afin d'honorer le baron Jean-Baptiste Regnault, peintre (1753-1829).

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner