Faits divers

 Le drame de la rue du Tage- 1903

Le drame de la rue du Tage

Tragédie de famille

Drame de l'Alcool. — Un Père qui jette sa Fille par la Fenêtre. — La Colère de la Mère. — État désespéré de la Victime.

Le Petit-Parisien — 29 décembre 1903

Un drame qui a causé une profonde émotion dans le quartier de la Maison-Blanche s'est déroulé, hier soir à dix heures, dans l'immeuble portant le numéro 8 de la rue du Tage.

La Famille Esnault

À cette adresse habite au second étage, dans un modeste appartement, la famille Esnault. Le père, Julien Esnault, âgé de quarante-cinq ans, avait exercé autrefois la profession de cordonnier; mais depuis de longues années il ne travaillait plus et vivait aux dépens de sa femme et de sa fille, Louise, âgée de vingt ans, qui se livrent toutes deux à des travaux de couture. Un garçonnet de quatorze ans, le jeune Pierre, complétait la famille.

Julien Esnault, non content de vivre sans rien faire et de pérorer dans les cabarets, était un alcoolique invétéré. Il ne se passait point de jour qu'il ne rentrât ivre au logis et ne fit des scènes continuelles aux deux femmes, qui supportaient sans se plaindre les injures et même les coups du maître de Maintes fois, des voisins avaient essayé d'intervenir et de faire comprendre à Esnault tout l'odieux de sa conduite mais leurs reproches ne semblaient guère émouvoir le cordonnier, qui n'en continua que de plus belle à fréquenter les débits et à rendre la vie impossible à sa femme et à ses enfants.

Scène horrible

Hier soir, après être absent tout l'après-midi, il revint plus ivre encore que de coutume et, après avoir invectivé tous le: siens, il envoya son fils chercher quatre litres de vin au débit le plus proche.

— Je veux boire. dit-il sur un ton de menace, et gare à ceux qui ne marcheront pas droit ce soir !

Sa femme, voyant dans quel état il se trouvait déjà, le supplia de manger quelque peu et d'aller se reposer ensuite. Mais ses timides objurgations ne réussirent qu'à irriter davantage l'alcoolique, qui leva la main sur, elle en s'écriant :

— Un mot de plus et je t'assomme !...

En désespoir de cause, la malheureuse se retira avec ses deux enfants dans la pièce voisine, et laissa son mari satisfaire sa funeste passion.

Une demi-heure ne pas écoulée que la voix avinée d'Esnault se faisait entendre. L'ivrogne ayant vidé les bouteilles et trouvait sans doute qu'il n'avait point encore assez bu, réclamait sa fille, pour que celle-ci allât lui chercher d'autres litres de vin.

— Allons ouste dépêche-toi, si tu tiens à tes côtes, s'écria-t-il.

La jeune fille ne répondit pas à cette parole de menace et parut obéir aux ordres de son père. Néanmoins, comme elle espérait qu'il allait revenir sur sa décision, elle ouvrit la fenêtre et déclara que tous les établissements étaient fermés dans le quartier.

— Je m'en moque, reprit l'alcoolique furieux il me faut du vin ou j'aurais votre peau tous !...

Alors Louise Esnault eut un mouvement de révolte. À la fin, c'en était trop ! Le martyre que sa mère et elle subissaient ne pouvait durer plus longtemps. D'une voix ferme, .elle répondit son père :

— Je n'ai point peur de tes menaces. At je resterai ici. Si tu veux boire, vas toi-même chez le marchand de vins, tu nous débarras…

La malheureuse n'avait, pas achevé ces paroles que son père, ivre d'alcool et de rage, se précipitait sur elle, l'étreignait violemment et, dans une détente de tous ses muscles, la précipitait par la fenêtre restée grande ouverte.

Le corps tournoya dans le vide et s'abattit avec un bruit sourd sur le pavé.

Intervention des voisins

Affolée de désespoir et de terreur, la pauvre mère, qui avait assisté impuissante à cette scène horrible, poussa un cri déchirant. Puis une colère folle, un besoin irrésistible de vengeance s'emparèrent, d'elle. Saisissant sur une table un fer à repasser, elle se rua sur le misérable, voulant en finir. Mais elle ne lui fit que d'insignifiantes blessures. À son tour elle allait devenir sa victime, lorsque des locataires, attirés par tout ce bruit, accoururent et parvinrent à maîtriser le forcené.

On le conduisit devant M. Pelatan, commissaire de police, qui ne put en tirer une réponse. Les yeux désorbités, un peu d'écume violacée au coin des lèvres, il s'était tapi sur une banquette et paraissait inconscient de ce qui se passait autour de lui. C'est sans manifester la moindre émotion qu'il est monté dans la voiture cellulaire qui devait l'emmener au dépôt.

Quant à sa malheureuse victime qui, dans sa chute, s'est fracturé la base du crâne et brisé les deux jambes, elle a été transportée mourante ci l'hôpital Cochin.


A lire également

Drame de la misère et de l'ivrognerie à la Maison-Blanche - 1934

À lire également...

Quartier de la Gare

La police devra-t-elle assiéger dans la cité Jeanne-d'Arc Henri Odoux qui blessa sa voisine ?

1935

La cité Jeanne-d'Arc, dont on connaît les titres à une triste célébrité, a été encore, hier soir, le théâtre d'un drame sanglant. Une mère de famille, une jeune femme, a été sauvagement égorgée par un alcoolique sans que les voisins, terrorisés, aient osé intervenir.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Le crime de l'avenue d'Italie

1899

Au numéro 23 de l'avenue d'Italie, dans une petite boutique, un vieillard de soixante-trois ans avait installé, il y a quelque temps, un atelier de réparations de bicyclettes. Une jeune fille de vingt-six ans, nommée Lucie Carronneille, qu'il faisait passer pour sa fille, demeurait avec lui.

...


Avenue des Gobelins

L'affaire de l'avenue des Gobelins

1901

Une bagarre a eu lieu, dans la soirée d'hier, au concert de l'Eden-d'Italie, avenue des Gobelins.

...


Boulevard Kellermann

Singulière aventure

1877

Vers deux heures du matin, boulevard Kellermann, entre la poterne de Bicêtre et celle des Peupliers, on a trouvé la voiture de remise 9490, à deux places, non attelée, et avec ses brancards cassés. Dans le coffre se trouvaient deux musettes remplies d’avoine et un chapeau de paille.

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

Par son vote du 26 mai 1859, la Chambre des députés décidait de porter, à compter du 1er janvier 1860, les limites de Paris jusqu'au pied du glacis de l'enceinte fortifiée. Cette loi désignait le 13ème arrondissement sous le nom d'arrondissement des Gobelins.

*
*     *

La rue du Banquier, ancienne rue, doit son nom au banquier Patouillet qui avait déjà donné son nom au territoire compris entre la rive droite de la Bièvre et les terres de St-Marcel sur le chemin d'Ivry. (Clos Patouillet.)

*
*     *

En 1865, les frères Goncourt passaient une journée dans le 13e :
« Jeudi, 16 mars. — Nous avons passé la journée chez Burty, rue du Petit-Banquier, dans un quartier perdu et champêtre, qui sont le nourrisseur et le marché aux chevaux. Un intérieur d’art, une resserre de livres de lithographies, d’esquisses peintes, de dessins, de faïences ; un jardinet ; des femmes ; une petite fille ; un petit chien, et des heures où l’un feuillette des cartons effleurés par la robe d’une jeune, grasse et gaie chanteuse, au nom de Mlle Hermann. Une atmosphère de cordialité, de bonne enfance, de famille heureuse, qui reporte la pensée à ces ménages artistiques et bourgeois du dix-huitième siècle. C’est un peu une maison riante et lumineuse, telle qu’on s’imagine la maison d’un Fragonard. »

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.