Faits divers

 Horrible accident à la gare de la Maison-Blanche - 1903

Horrible accident

A la gare de la Maison-Blanche — Une mère et sa fille sous un train — Affreux détails.

Le Matin — 9 novembre 1903

Il y avait foule hier soir sur les quais de la station de la Maison-Blanche. Trois cent cinquante voyageurs environ attendaient le train arrivant de la gare d'Orléans-Ceinture et se dirigeant vers Auteuil. Quand ce train parut, tout le monde se précipita pour le prendre d'assaut. Les portières venaient de s'ouvrir, mais le train roulait encore.

La gare de la Maison-Blanche avant 1872

Au premier rang se trouvait Mme Vasseur, blanchisseuse, âgée de quarante-sept ans, qui tenait par la main sa fille Jeanne, âgée de dix ans. Son autre fille, Louise, âgée de vingt-deux ans, et son fils, Henri, âgé de quinze ans, étaient près d'elle. Sous la poussée de la foule, Mme Vasseur et son enfant furent projetées en avant. Sans se quitter, elles tombèrent sur la voie entre deux wagons.

Aux cris poussés par les spectateurs de cette scène, le train stoppa. Des employés sautèrent sur la voie. Tout d'abord on retira la petite Jeanne. Elle avait la jambe gauche horriblement mutilée. On dégagea ensuite la mère. Le corps de la malheureuse ne formait plus qu'une bouillie sanglante. La tête était complètement broyée, le bras gauche sectionné. La cervelle avait jailli jusque sur le quai.

Le cadavre fut aussitôt transporté dans un local attenant à la gare. Quand il la petite Louise, on la dirigea sur l'hôpital Cochin, où l'amputation fut jugée nécessaire.

M. Rocher, commissaire de police, immédiatement prévenu, s'est chargé de la pénible mission d'apprendre au mari de Mme Vasseur, qui habite 18, rue Mesnil, dans le quartier de l'Etoile, le terrible malheur qui le frappait.



À lire également...

Rue Broca

Un Agent parachute

1894

La jeune Louise Cardon, âgée de quatre ans, demeurant chez ses parents, rue Broca,était montée, sur une chaise...

...


Quartier de la Gare

Le crime de la Cité Jeanne d'Arc

1907

L'homme qui, la veille, avait étranglé, cité Jeanne-d'Arc, le journalier Jean Guérineau, a consenti à dévoiler enfin son identité.

...


Amours séniles

1904

Subissant l'influence de l'été de la Saint-Martin, Paul Perrotel le « père Paul » comme on l'appelle dans le quartier des Gobelins bien qu'âgé de cinquante-huit ans, déclara sa flamme à une marchande de pommes de terre frites de la rue de Tolbiac, Louise Fléchel, qui compte, elle, cinquante-cinq ans.

...


rue du Moulinet

La fin d'un ivrogne

1889

Le sieur Laurent Béchu, journalier, demeurant rue du Moulinet dans le quartier de la Maison-Blanche, était loin d'être un modèle de sobriété.

...

Saviez-vous que... ?

Le 24 décembre 1939, Paris-Soir nous apprenait que Mme Marthe Pouchenel, 20 ans, avait glissé sur le verglas dans la cour de l'immeuble où elle demeurait, 23, rue Bourgon et avait été admise à l'hospice de Bicêtre.

*
*     *

La rue du Dessous des Berges est située à 20 mètres au dessus des berges.

*
*     *

En 1933, on pouvait jouer au Ping-pong au Café des Sports, 163 avenue d'Italie et au Café du Commerce, 46 rue de Tolbiac.

*
*     *


Les coordonnées géographiques de la mairie du 13e sont :
48° 49' 57.14" N
2° 21' 19.90" E

L'image du jour

La Zone à la Poterne des Peupliers

Le fossé des fortifications est alors occupé par des jardins. On remarquera la différence d'aspect du mur des fortifications entre la droite et la gauche de la poterne des Peupliers. Le mur à gauche a été entièrement refait après son éboulement consécutif à 'éclatement de conduites d'eau passant sous le boulevard Kellermann en janvier 1912.