Le métro sur la rive gauche

Le Journal — 25 avril 1906

De l'Etoile à Passy et à la place d’Italie.- Ce qu'on voit sur la nouvelle ligne. — La durée du parcours.

La nouvelle-section du Métropolitain, allant de Passy à la place d'Italie (ligne Circulaire-Sud), dont nous avons donné, il y a quelques jours, une description détaillée, a été ouverte, hier après-midi, au service public. Pendant toute la durée de l'après-midi, les voyageurs et les curieux se sont, pressés dans les diverses gares du parcours.

Disons de suite que la nouvelle ligne a obtenu beaucoup de succès. On a loué l'aménagement commode des gares et la rapidité du service, assuré par des trains se succédant toutes les trois minutes. Mais ce qu'on a le plus apprécié, ce sont les, longs parcours aériens, qui contrastent très heureusement avec la monotonie et la lourde atmosphère des tunnels, auxquelles nous sommes condamnés sur la plupart des autres lignes.

Dès la sortie du souterrain, à Passy, on est agréablement charmé par la beauté du décor qui s'étend de part et d'autre de la ligne. La rue Alboni à peine franchie, le train s'engage sur le superbe viaduc à deux étages, lancé au-dessus de la Seine, et d'où l'on découvre un immense panorama. En amont du fleuve, la masse imposante de la Tour Eiffel, le Trocadéro, la hardie silhouette de la Grande Roue, occupent les premiers plans ; puis, au delà, tout Paris, limité au Nord par la basilique de Montmartre. En aval, les ponts qui se succèdent jusqu'au Point-du-Jour, et les coteaux de Meudon dans le lointain. Chemin faisant, l'École Militaire, les Invalides, le monument de Pasteur, s'aperçoivent tour à tour, sur la gauche.

On rentre en souterrain à la station de la rue de Vaugirard, qu'on a définitivement, baptisée « Pasteur ». Ce nom est d'autant plus exact, que cette garé se trouve sur le boulevard Pasteur, et à quelques pas du célèbre Institut de la rue Dutot.

Plus loin, la ligne ressort une seconde fois en viaduc, pour traverser la vallée de la Bièvre, vers la Glacière. On jouit, de ce point, d'un beau coup d'œil, sur la partie de la Ville dominée- par les dômes du Panthéon et du Val-de-Grâce, et les coupoles de l'Observatoire.

La section nouvelle de la Circulaire-Sud pourra, comme on le voit, offrir aux Parisiens un intéressant but de promenade, vers des régions encore peu connues. Elle aura une utilité pratique non moins considérable, en mettant, par l'Etoile-et Passy, les quartiers de la rive droite en communication rapide avec des points aussi importants que les gares Montparnasse et de Sceaux (place Denfert).

On s'en rendra d'ailleurs facilement compte, en consultant l'horaire réel du train avec lequel nous avons parcouru, hier, la nouvelle ligne, et dont nous avons noté soigneusement la marche. Les trains de la Circulaire-Sud partent tous de l'Etoile, et rentrent à cette gare, où ils correspondent avec ceux des autres lignes :

Etoile, 4 h. 27 ; Trocadéro, 4 h. 30 ; Passy, 4 h. 34 ; Grenelle, 4 h. 35 ; Dupleix, 4 h. 36 ; Motte-Picquet, 4 h. 37 ; Cambronne, 4 h. 38 ; Suffren, 4 h. 40 : Pasteur, 4 h. 42 ; Montparnasse, 4 h. 44 ; Edgar-Quinet, 4 :h. 47 ; Raspail, 4 h. 49; Denfert-Rochereau, 4 h. 50; Saint-Jacques (non ouverte) ; Glacière, 4 h.152; Corvisart, 4 h. 55 ; Italie, 4 h. 57.

La durée totale, du trajet a donc été, par ce train, de 30 minutes exactement. Mais quelques petits retards se sont produits, en deux points du parcours, et, au retour, nous n'avons mis que 27 minutes, de la place d'Italie à celle de l'Etoile.

On voit ainsi que la place de l'Etoile se trouve désormais à 17 minutes de la gare Montparnasse, et à environ 23 minutes de la place Denfert.

En ajoutant aux durées de parcours résultant tant de l'horaire ci-dessus, le temps nécessaire pour aller des diverses stations des autres lignes à l'Etoile (ou vice versa), on peut se rendre compte si, pour chaque cas considéré, la voie nouvelle présente ou non, des avantages sur les anciens moyens de transport.

Une petite question, pour finir :

La Compagnie a-t-elle songé que sur cette ligne, en grande partie aérienne, il pourra être nécessaire de munir Les glaces des voitures de stores ou de rideaux, pendant la saison chaude ? Le matériel actuellement en usage, et qui est celui du type courant des autres lignes — presque partout souterraines — en est absolument dépourvu.

SALAGNAC.

Menu des articles

Vu dans la presse...

1871

Mille ans sous la terre

Dans un quartier de Paris, renommé par ses tanneries, ses peausseries, et surtout par la manufacture des Gobelins, hélas ! incendiée en partie, est un vaste terrain, où s'élevait jadis une église dédiée à saint Martin, au faubourg Saint-Marcel. (1871)

Lire

1868

Les chasseurs de cabots

Un jour, j'entre au marché... aux chiens, situé sur le boulevard de l'Hôpital. Il y avait environ cent-cinquante ou deux cents de ces intéressants animaux les uns aboyaient, les autres jappaient, quelques-uns mêmes gémissaient. (1868)

Lire

1867

L’ouverture du chemin de fer de ceinture

Le terrain s'abaisse et la vue s'élargit ; voici le chemin de fer de Sceaux, puis la Glacière, Gentilly et en face une échappée de Paris, puis un coin tranquille, tout champêtre, presque silencieux, où coule la Bièvre, cette rivière parisienne ignorée. (1867)

Lire

1903

Les eaux thermales de la Butte-aux-Cailles

Nous avons pu rencontrer ce matin le sympathique conseiller municipal du treizième arrondissement, M. Henri Rousselle, sur l'initiative de qui les travaux avaient été poursuivis et qui, tout heureux du résultat obtenu, nous a donné sur le puits artésien de la Butte-aux-Cailles les renseignements suivants... (1903)

Lire

1905

Le dispensaire Emile-Loubet

Le quartier de la Gare était en fête hier, et la population de travailleurs qui l'habite a chaleureusement manifesté au Président de la République les sentiments de gratitude qu'elle nourrit à son égard pour la nouvelle preuve de sollicitude qu'il vient de lui donner en faisant édifier l'établissement philanthropique qui portera désormais son nom. (1905)

Lire

1923

Trois îlots à détruire d'urgence

Avant que d'être un égout, la Bièvre, semblable en cela à tant d'autres cours d'eau avait eu ses caprices, et avait formé, entre ce qui est maintenant le boulevard Arago et l'avenue des Gobelins, un îlot coquet, au milieu duquel poussait, au hasard des apports du vent, une flore des plus variées. (1923)

Lire

1938

L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

Lire

1900

Une nouvelle église paroissiale à Paris

Le quartier populeux de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement, était hier en fête. (1900)

Lire

1921

La piscine de la Butte-aux-Cailles sera le type des piscines futures

D'une architecture utilitaire, le bâtiment accolé aux bains-douches, place Paul-Verlaine, aura son entrée spéciale conduisant à trois étages de 50 cabines chacun. Chaque étage aura sa couleur particulière, à laquelle répondront les couleurs des caleçons. (1921)

Lire

1883

Effondrement d'une maison place Pinel

Mercredi matin, vers dix heures, a eu lieu un accident qui aurait pu prendre les proportions d'une véritable catastrophe.
Une maison à plusieurs étages, située place Pinel, près de la barrière d'Italie, et portant le numéro 3, a subi soudain un affaissement assez considérable, et une profonde excavation s'est produite.
On sait que tout ce quartier est construit sur les catacombes... (1883)

Lire

1912

Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc

L'on sait que l'Assistance Publique a racheté la cité Jeanne-d'Arc pour faire démolir les noires masures qui la composent et édifier à leur place, sur les cinq mille mètres carrés qui s'étendent là, au fond de ce populeux quartier de la Gare, entre les rue Jeanne-d'Arc et Nationale, des maisons ouvrières à bon marché, gaies, saines et claires. (1912)

Lire

1923

Tonneaux !... Tonneaux !...

Cet après-midi, à 15 heures, boulevard de la Gare, s'est disputée une originale compétition : la course des « rouleurs de futailles ». (1923)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme