13e arrondissement des Gobelins

13e — Arrondissement des Gobelins

Extrait du Plan Andriveau-Goujon (1860)

Délimitation de l'arrondissement

Une ligne partant du Champ-des- Capucins et suivant l'axe du boulevard Saint-Marcel jusqu'au boulevard de l'Hôpital, tel qu'il est indiqué à la délimitation du 5e arrondissement, l'axe du boulevard de l'Hôpital et du pont d'Austerlitz jusqu'au milieu dudit pont, le milieu de la Seine jusqu'au droit des limites des terrains militaires, suivant le pied du glacis jusqu'à la rue de la Glacière, et l'axe de cette rue et de la rue de la Santé jusqu'au point de départ.

Délimitation des quartiers.

49. De la Salpêtrière.

Une ligne partant de la rue Mouffetard et suivant l'axe du boulevard Saint-Marcel jusqu'au boulevard de l'Hôpital, tel qu'il est indiqué à la délimitation du 5e arrondissement, l'axe du boulevard de l'Hôpital, du pont d'Austerlitz jusqu'au milieu dudit pont, le milieu de la Seine jusqu'au milieu du pont de Bercy, l'axe dudit pont et des boulevards de la Gare et d'Ivry, de la place de la barrière d'Italie et de la rue Mouffetard jusqu'au point de départ.

50. De la Gare.

Une ligne partant de la route de Choisy et suivant l'axe des boulevards d'Ivry et de la Gare, du pont de Bercy jusqu'au milieu dudit pont, le milieu la Seine jusqu'au droit de la limite des terrains militaires, le pied du glacis jusqu'à la roule de Choisy, et l'axe de ladite route jusqu'au point de-départ.

51. De la Maison-Blanche.

Une ligne partant de la rue de la Santé et suivant l'axe des boulevards de la Glacière et d'Italie, de la route de Choisy jusqu'à la limite des terrains militaires, le pied du glacis jusqu'à la rue de la Glacière, l'axe de cette rue et de la rue de la Santé jusqu'au point de départ.

52. De Croulebarbe.

Une ligne partant du Champ-des-Capucins et suivant l'axe du boulevard ; Saint-Marcel jusqu'à la rue Mouffetard, tel qu'il est indiqué à la délimitation du 5e arrondissement, l'axe de ladite rue Mouffetard, de la place de la barrière d'Italie, des boulevards d'Italie et de la Glacière, et enfin de la rue de la Santé jusqu'au point de départ.

Dernières mises en ligne

Dernières mises en ligne

Faits divers

Des agents de police chassent un renard à coups de pèlerines

Les enfants en venant jouer, hier vers 8 heures dans le petit square situé au centre de la place des Peupliers (13e), aperçurent, à leur grand effroi, un renard dans les massifs...

Lire la suite


Dans la presse

Un nouveau groupe scolaire parisien a été inauguré hier

La Ville de Paris a inauguré, hier matin, rue Kuss, dans le 13e arrondissement, un groupe scolaire ultra-moderne, édifié en dix-sept mois, sur la proposition de M. Louis Gélis, conseiller municipal du quartier. (1394)

Lire la suite


Saviez-vous que ...

La voie romaine allant de Lutèce à Lugdunum légua son tracé à l'avenue de Choisy. En juin 1906, à l'angle de la rue de la Vistule, on mit à jour cette voie romaine sur une longueur de 14 mètres et une largeur de 8 mètres et l'on vit son pavage formé par deux rangées de moellons bruts superposés avec des joints contrariés.

C'est arrivé dans le 13e...

 Uzelma la pickpocket - 1887

A LA FÊTE DES GOBELINS

Uzelma la pickpocket

Le Gaulois ― 26 août 1887

Au moment où la représentation allait commencer, hier soir, au cirque Fournier installé à la fête des Gobelins trois agents de la Sûreté se précipitèrent brusquement dans la baraque, à la suite d'une femme qui venait d'entrer.

Quatre athlètes, en maillot, se précipitèrent sur les agents. Une lutte s'engagea. Les forains furent les plus forts, ils expulsèrent leurs adversaires, après les avoir roués de coups.

Les agents n'étaient entrés dans le cirque que pour arrêter une femme, nommée Uzelma, qui leur avait été signalée comme pickpocket depuis l'ouverture de la foire. Très adroite, la voleuse avait dévalisé un grand nombre de personnes et les plaintes étaient arrivées par douzaines au bureau de M. Perruche, commissaire de police du quartier.

Le plus curieux de l'affaire, c'est que les quatre saltimbanques, après avoir mis les agents à la porte de leur baraque, sont allés déposer contre eux une plainte au commissariat pour violation de domicile.

Quant à Uzelma, la complice ou du moins l'amie, des quatre athlètes, on la recherche toujours.


Mme Lachapelle, maîtresse sage-femme, reçoit tous les jours, de 3 à 5 heures, rue du Mont-Thabor, 7, les Dames malades, stériles ou enceintes qui désirent la consulter.


 Aumône pour député. - 1898

Maison-Blanche

Aumône pour député.

Le Journal — 22 mai 1898

Le docteur Paulin-Méry, député de la deuxième circonscription du treizième arrondissement, faisait hier matin ses visites médicales quotidiennes, quand, vers dix heures, avenue d'Italie, un individu ayant toutes les allures d'un détraqué, s'approcha de la voiture du député et, après avoir prononcé quelques paroles inintelligibles, lui laissa entre les mains un rouleau contenant dix billets de cent francs.

M. Paulin-Méry, très étonné, fit suivre le fou et finit par savoir son nom et son adresse.

C'est un nommé Comte, habitant 11, rue Michal, atteint depuis quelque temps d'aliénation mentale,

Le député a fait sa déclaration au commissariat du quartier de la Maison-Blanche.


Le Stéréocycle, appareil photographique, léger, perfectionné, et le mieux construit, obtient un réel succès auprès des amateurs. Leroy, constructeur, 47, rue du Rocher, Paris. Tél. 524-20.


 La fondation Singer Polignac - 1911

Quartier de la Maison-Blanche


La fondation Singer-Polignac, 72 rue de la Colonie

Les immeubles de la Fondation Singer-Polignac vus de la cour intérieure

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière, construite en un an, sur un terrain vague, 72 rue de la Colonie. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent.

Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf, et tout prêts à devenir les clients du propriétaire avisé qui viendra construire d'autres maisons ouvrières, autour et sur le modèle de celle-ci.

Lire la suite

Découvrir le 13e arrondissement...

La villa des Chiffonniers

La villa des Chiffonniers (Cité Doré)

Là-bas, bien loin, au fond d’un faubourg impossible, plus loin que le Japon, plus inconnu que l’intérieur de l’Afrique, dans un quartier où personne n’a jamais passé, il existe quelque chose d’incroyable, d’incomparable, de curieux, d’affreux, de charmant, de désolant, d’admirable.

La Bièvre
par J.K. Huysmans

La Bièvre représente aujourd'hui le plus parfait symbole de la misère féminine exploitée par une grande ville.

Née dans l'étang de Saint-Quentin, près de Trappes, elle court, fluette, dans la vallée qui porte son nom, et, mythologiquement, on se la figure, incarnée en une fillette à peine pubère, en une naïade toute petite, jouant encore à la poupée, sous les saules.

 

 

Jardin des Gobelins

Le verger des Gobelins

On sait que les tapissiers des Gobelins sont des techniciens hors pair, et non pas seulement des virtuoses, mais des artistes. Ce que l'on sait moins, c'est qu'ils ont tous leur violon d'Ingres. Ils invoquent, le dimanche venu, Pomone aux joues vermeilles, déesse des vergers, et s'escriment merveilleusement, qui de la bêche, qui du sécateur, du boyau ou de l'arrosoir.

 

La Bièvre et ses bords

Il est un coin de Paris d'étrange aspect, un paysage pittoresque et bizarre qui a déjà bien perdu de son caractère et qui, dans quelques semaines, ne sera plus qu'un souvenir; c'est cette vallée, au trois quarts comblée à aujourd'hui, que forme, à son entrée à la Maison-Blanche, la Bièvre, encaissée entre la Butte-aux-Cailles et le plateau de Montsouris.


Dernières mises en ligne

à découvrir

Faits divers

Le drame de la rue Vandrezanne

La nuit dernière, vers deux heures, de grands cris : « Au secours ! à l'assassin ! » attirèrent des gardiens de la paix devant un hôtel situé rue Vandrezanne, où gisait à terre, baigné dans son sang, un individu qui avait reçu trois coups de couteau à la tête.

Lire la suite


Dans la presse

La basilique et les nécropoles de Saint-Marcel

Sur le flanc méridional des coteaux qui dominent le ruisseau de la Bièvre et en face du plateau sur lequel est assis le Panthéon, on voyait, à la fin du siècle dernier, un peu avant la construction du mur des fermiers généraux, une sorte de petite ville, distincte de la grande, ayant ses rues, ses places, ses marchés, ses remparts, ses fossés, ses églises et ses juridictions. (1873)

Lire la suite

 Le crime du bd Kellermann

Quartier de la Maison-Blanche


Le crime du bd Kellermann

Un livreur est tué et dévalisé par deux rôdeurs 

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 1 heure, deux agents cyclistes effectuant une ronde, découvraient sur les fortifications, à l'angle de la rue Damesme et du boulevard Kellermann, un homme inanimé.

Il était couvert de blessures et de traces de coups sa face portait d'horribles plaies. Les gardiens transportèrent le blessé à l'hôpital de Bicêtre, où il succomba.

L'homme avait été dévalisé après avoir été assassinné.

Les meurtriers, à qui le crime n'avait rapporté qu'une cinquantaine de francs, sont arrêtés

Tous les détails

La Tournée

Une promenande dans le Paris de 1930


La Tournée
un récit d'Elie Richard

Entre le 15 mars et le 2 mai 1930, le quotidien Paris-Soir publia en feuilleton (48 publications) un long texte signé Elie Richard intitulé "La Tournée". Ce texte était illustré, notamment, de croquis de Germain Delatousche, le peintre de la rue Croulebarbe.

Cette "Tournée" n'est pas exactement celle des grands-ducs. C'est celle des bas-fonds de Paris. Le Treizieme arrondissement était, une fois de plus, tout désigné pour faire partie des lieux visités.

Selon Elie Richard, " pour qui vit dans ce microcosme de 26.755 hectares qu'est Paris il y a une variété extraordinaire d'espèces humaines, groupées par des lois, des conventions, voire des fictions.

Avec des yeux éduqués, et je ne sais quelle sympathie, un artiste recueille des impressions d'une richesse inouïe. Un philanthrope en revient terrifié ; il est désespéré, s'il méconnaît la force inextinguible de la vie et ces vertus inépuisables des hommes : l'indifférence et l'oubli. "

Deux chapitres de ce texte portent directement sur le XIIIè arrondissement : " Autour de la Butte-aux Cailles" et " Le Faubourg Souffrant".

Ces deux chapitres vous permettront de faire un plongeon dans le 13ème de 1930.

Lire la suite


Dernières mises en ligne

Et aussi ...

Faits divers

La veillée tragique - 1915

Les gardiens de la paix Savineau et Grassi étaient de service hier matin vers cinq heures, rue de Tolbiac, lorsqu'ils virent apparaître, échevelé et les yeux hagards, l'ouvrier cordonnier Hippolyte Delmas

Lire la suite


Dans la presse

Avis à la population

Il est établi dans le 13e arrondissement des cantines pour le service des militaires qui montent la garde sur les remparts. (1870)

Lire la suite