Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Chiffons et chiffonniers (1872)

Chiffons et chiffonniers

Le Petit-Journal — 7 juin 1872

Ceux qui ne sont pas initiés aux mystères de la vie parisienne, ignorent que les industries ayant pour clients MM. les chiffonniers réalisent d'assez beaux bénéfices.

— Mais, demanderons les gens du monde, que peut dépenser un chiffonnier ? Que gagne-t-il ? Qui peut vouloir de son ignoble marchandise ?

Sachez-le, rien de ce que cet homme ramasse au coin des bornes n'est perdu pour l'industrie. Les vils débris qu'il retire de la boue sont comme de hideuses chrysalides auxquelles la science humaine prêtera des formes élégantes et des ailes diaphanes.

Ainsi les fabricants de papier achètent pour leur usage :

Prix de 100 kil.

Les cartons, vieux papiers sales.                                       8 fr.
Le gros de Paris, toiles d'emballage, restes de sacs        8
Le gros de campagne, chiffons de couleur, cotonnade 18
Le gros bul, toiles en fil, grossières et sales                     20
Le bul même qualité, mais plus propre                            26
Le blanc sale, chiffons ordinairement de cotonnade    34
Le blanc fin, chiffons propres et de toile de fil                44

 

Les chiffons d'une dimension raisonnable passent entre les mains des revendeuses à la toilette du marché du Temple. Les fabricants de produits chimiques tirent du sel ammoniac des lambeaux de laine ou de drap. On fait de nouvelles vitres avec les morceaux de verre cassé, et de nouvelles ferrures avec les anciennes.

Le contenu de la hotte d'un chiffonnier vaut environ 1 fr. 50, non compris certains objets, tels que les bouchons qu'il abandonne au liquoriste contre du liquide consommé sur place.

Maintenant, que dépense-t-il ?

Pour la nourriture et le logement, très peu de chose. Il utilise à son profit les croûtes de pain et autres débris comestibles qu'il extrait de sa hotte.

Quant à l'entretien, pour les jours ordinaires, il est nul. La toilette des grands jours coûte 2 francs par an, ainsi répartis :

Pantalon d'été                             50 cent.
Saute-en-barque.                       55 —
Escarpins d'occasion.                25 —
Casquette                                     20 —
Chemise échangée.                    50 —

TOTAL                                    2 francs.

On trouve le tout dans des officines ad hoc près du Temple.

Qu’est-ce qu'une chemise échangée ?

On passe derrière un paravent. La marchande jette par-dessus une chemise blanche. Le chiffonnier envoie de la même manière la chemise portée, prise en échange, cela coûte 50 centimes. C'est un prix fait comme les petits pâtés.

La plus forte dépense consiste dans le trois-six, dit casse-poitrine ou tord-boyaux, consommé dans les caboulots spéciaux dits bibines, dont le plus célèbre est l'Assommoir, rue Mouffetard, où le camphre tape sur le cerveau et renverse son homme, si vigoureux qu'il soit.

Le cabaret du Pot-d'Étain

L'aristocratie a pénétré dans la chiffonnerie. Au cabaret du Pot-d'Étain, près de l'ancienne barrière de Fontainebleau, dont ils forment la clientèle exclusive, trois catégories occupent chacune un local distinct.

La première salle, affectée aux propriétaires d'un hoteriot en bon état et d'un crochet avec manche propre et luisant, s'est toujours, malgré les changements politiques, appelée « la Chambre des pairs. »

Les porteurs de mannequins vulgaires occupent la seconde salle, dite « Chambre des députés ».

La troisième, salle appelée « Cercle des vrais prolétaires » abrite ceux à qui leurs moyens ne permettent pas une hotte ni un crochet et qui n'ont pour tout bien qu'une vieille serpillière dans laquelle ils insèrent ce qu'ils ramassent.

Une étiquette minutieuse et sévère règle les rapports entre les trois catégoriels. À l'entrée de chaque salle sont rangés les hoteriots, les mannequins et les serpillières, et celui qui pénétrerait, sans y être appelé, dans un local où il n'a pas droit d'entrer, encourrait une peine disciplinaire.

Le vin est servi dans un pot de terre nommé « le Petit Père-Noir » et extrait d'un broc omnibus appelé « le Moricaud ». On exige la valeur des mets avant de déposer le plat sur la table.

Autrefois, les couverts étaient fixés à la table à l'aide d'une chaîne assez longue pour permettre d'en faire usage. Cet usage injurieux a été aboli.

Seulement on voit les consommateurs venir rendre au comptoir les brocs, pots, verres et couverts, et boire jusqu'à concurrence de la somme déposée par eux en garantie de ces ustensiles. Le comptoir est un lieu franc où fraternisent les trois catégories.

Ou a vu des logeurs et gargotiers ayant une clientèle de chiffonniers se retirer avec une certaine aisance. La veuve Ravigot, dite la Mère des biffins (chiffonniers), avait acquis de cette façon une très enviable fortune. (Droit)



Saviez-vous que ...

La gare de Paris-Gobelins a été mise en service le 15 mai 1903. Elle le demeura jusqu'en 1991.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner

Vu dans la presse...

1881

L’enterrement de Blanqui

Ce n'est qu'hier soir, à six heures, que l\'administration des Pompes funèbres a été informée, par la mairie du treizième arrondissement, de l\'heure officielle des obsèques de Blanqui et de la classe choisie par la famille, pour le corbillard et les tentures. (1881)

Lire

1881

Les obsèques de Blanqui

Dès neuf heures du matin, les employés des Pompes funèbres sont venus tendre la porte extérieure de la maison où est mort Blanqui, 25, boulevard d'Italie. Au milieu de la tenture se détache un écusson avec la lettre B. Il n'y a que très peu de monde encore sur le boulevard. Ce n'est que vers dix heures que l'on commence à arriver. (1881)

Lire

1864

Le point sur les travaux dans le 13e arrondissement

La transformation des anciens boulevards extérieurs, commencée l'année dernière sur la rive gauche, entre le quai de la gare et la place de l'ex-barrière d'Enfer, a été entreprise par les deux extrémités en même temps ; ces travaux sont terminés d'un côté jusqu'à proximité de la place d'Italie, et de l’autre jusqu'au boulevard d'Ivry, qu'on va transformer à son tour. (1864)

Lire

1903

Les anciens abattoirs de Villejuif

Séparé seulement par la largeur du boulevard de l’Hôpital de ce vieux quartier des Gobelins où l'on a fait de toutes parts de larges trouées d'air et de lumière, un mur nu, hideux, noirâtre, immense dans toutes ses proportions, se dresse, entourant un espace de vingt-huit mille mètres carrés. (1903)

Lire

1882

L'anniversaire de la mort de Blanqui

Malgré les récentes instructions du préfet de police défendant la formation des cortèges sur la voie publique, les journaux révolutionnaires avaient convoqué leurs amis à plusieurs reprises, pour une heure de l'après-midi, devant la maison où est mort Blanqui l'an dernier, au n° 25 du boulevard d'Italie, au coin de la rue du Moulin-des-Prés. Un temps superbe : pas un nuage au ciel, un chaud soleil et un air vif. (1882)

Lire

1896

Les murs de la Salpêtrière

Le conseiller municipal Paul Bernard, au cours de la dernière session, a réclamé la suppression des murs de la Salpêtrière.
Toute la gauche du boulevard de l'Hôpital est occupée, comme on sait, par des établissements municipaux ou privés qui couvrent une surface très étendue. Il y a l'hospice de la Salpêtrière, le magasin central de l'Assistance publique, deux ou trois maisons, puis les chantiers du charbon de Paris et les abattoirs de Villejuif. (1896)

Lire

1865

Les travaux de la petite ceinture de l'ancien hameau du Bel-Air au pont Napoléon

Les travaux en cours d'exécution pour l'achèvement du chemin de fer de Ceinture peuvent se diviser en quatre sections dont la quatrième commence au bas de l'ancien hameau du Bel-Air et vient se souder avec la fraction déjà existante au pont Napoléon en amont de Paris.
C'est de cette dernière section que nous allons nous occuper aujourd'hui. (1865)

Lire

1908

Explosion à la raffinerie Say

Les deux mille quatre cents ouvriers de la raffinerie Say, 123, boulevard de la Gare, étaient en plein travail, hier matin, vers huit heures et demie, lorsqu'une explosion formidable se produisit dans l'atelier central, d'une superficie de quatre cents mètres carrés ; il y a là sept étages superposés au-dessus du sol et trois galeries souterraines où des hommes, des femmes, des jeunes filles sont occupés au cassage ou à l'empaquetage du sucre, de six heures du matin à six heures du soir… (1908)

Lire

1912

L’Ecole des Arts-et-Métiers de Paris

Lundi prochain, 14 octobre, l'Ecole des Arts et Métiers ouvrira ses portes. C'est là une victoire due, pour une large part, à la sollicitude agissante de M. Fernand David.
Le ministre du commerce eut la chance de pouvoir triompher des derniers obstacles et de précipiter la réalisation. Visitant lui-même les travaux, boulevard de l'Hôpital, activant les formalités innombrables, il a pu — aidé, d'ailleurs, dans sa tâche ingrate par l'administration départementale et municipale — mettre l'Ecole en état de recevoir, dans quelques jours, la première année des jeunes élèves de la région de Paris. (1912)

Lire

1901

L'œuvre des petits chiffonniers

Si le promeneur, en haut de l'avenue d'Italie, avait l'idée de prendre à droite le passage Raymond, il aurait bientôt une vision étrange ! En plein Paris, à cinquante mètres d'une large voie, sillonnée de tramways, il se trouverait en face d'innombrables cahutes, d'aspect sordide où vivent pêle-mêle près de deux mille chiffonniers. (1901)

Lire

1926

A bas les taudis !

Suivez, comme nous, les rues Nationale, Jeanne-d’Arc, Campo-Formio, Louis-Français, Esquirol, Baudricourt, traversez la Cité Doré, le passage Grouin, l’impasse des Hautes-Formes et de temps en temps, arrêtez-vous devant un immeuble... (1926)

Lire

1911

Des masures à l’impasse Moret

L'impasse Moret est, dans le treizième arrondissement une enclave insalubre et sordide qui ne vaut pas mieux, si toutefois elle n'est pire, que les taudis sinistres de l'impasse du Mont-Viso [...]
Ce petit coin du vieux Paris, où la Bièvre étale encore en plein air ses eaux noires qu'empuantissent les déchets des tanneries dont elle est bordée, présente en ce moment pour les fervents du passé, un vif attrait. (1911)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme