Faits divers

 Incendie au dépôt des Petites-Voitures de la rue Dunois - 1872

Incendie au dépôt des Petites-Voitures de la rue Dunois

Le Petit-Journal — 4 mai 1872

Hier, 1er mai, vers cinq heures du soir, un incendie qui ne tarda pas à prendre des proportions considérables s'est déclaré au dépôt des Petites-Voitures de la Compagnie générale, rue Dunois, 8. Le feu, qui avait pris naissance dans l'aile gauche du bâtiment, s'est bientôt communiqué au grenier à fourrage, et les trente mille bottes de foin qu'il renfermait devinrent bientôt la proie des flammes. L'incendie gagna les écuries planchers et toitures s'effondrèrent avec fracas. On avait eu la précaution de les faire évacuer et les trois cents chevaux qu'elles renfermaient étaient en lieu de sûreté sur le boulevard de la Gare.

La rue Dunois vers 1906-1910

Les pompiers de la raffinerie Say, ceux de la rue du Château-des-Rentiers, des abattoirs de Villejuif, du quai de la Gare, de l'avenue d'Italie, de la caserne de Poissy, rivalisèrent de zèle. Le colonel de Saint-Martin et les capitaines Rouart et Labasse commandaient les différents services. 250 ouvriers maçons de la cité Jeanne, 50 ouvriers de la raffinerie Say, 250 hommes du 26e régiment de ligne, sous les ordres des capitaines Veglond et Raybaud ont travaillé pendant cinq heures avant de se rendre maîtres du feu. 100 gardiens de la paix du 13e arrondissement avaient formé un service d'ordre. MM. les commissaires de police Grilliers et Boudry surveillaient les travailleurs.

A sept heures et demie, on était maître du feu. On n'a eu à déplorer qu'un accident arrivé au sieur Zéphyr Delargi, qui a été grièvement brûlé en travaillant aux abords de l'écurie. Les dégâts, très importants, sont d'ailleurs largement couverts par plusieurs assurances.

Quatorze pompes n'ont pas cessé de manœuvrer jusqu'au matin, onze heures.

La pompe à vapeur, qui avait été amenée sur les lieux du sinistre, n'a pas fonctionné.

On évalue les pertes à 120,000 fr.


A lire également

Le drame de la rue Dunois - 1892

À lire également...

Quartier Croulebarbe

Le drame de la rue Corvisart

1905

Un drame particulièrement navrant s'est déroulé hier, rue Corvisart, 4, dans le quartier Croulebarbe.

...


Quartier de la Gare

Le drame de la rue Albert

1907

Après avoir joué au Diabolo un forcené fait deux victimes.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Une page d'amour

1906

À l'extrémité de la rue de Tolbiac, entre les chantiers de la Compagnie du gaz et l'église Sainte-Anne de Paris, se trouvent d'immenses terrains vagues, parsemés de tessons, d'orties, parfois aussi de passeroses et de mauves sauvages, où se dressent, d'ici, de là, de petites guinguettes, derniers vestiges d'une époque où la butte aux Cailles était un rendez-vous de promenade pour les Parisiens du temps de Louis-Philippe. Au n° 178 se trouve une de ces antiques guinguettes...

...


rue de la Glacière

Le drame de la Glacière

1893

L'émotion causée dans la rue de la Glacière, par ce terrible drame que nous avons raconté hier dans tous ses détails, ne s'est pas encore ralentie.

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

Au sein de l'hôpital de la Salpétrière, on remarque la jolie chapelle surmontée d'un dôme, que l'architecte Libéral Bruant bâtit en 1687.

*
*     *

Dans la semaine du 15 au 22 mars 1929, le cinéma Clisson Palace (61-63 rue de Clisson) jouait "Trois jeunes filles nues", un film avec la charmante Jeanne Helbling que celle-ci avait tourné avec l'excellent Nicolas Rimsky. Jeanne Helbling partageait la vedette avec Mmes Jenny Luxeuil Jeanne Brindean et Annabella.

*
*     *

Le 8 février 1885, vers dix heures, deux chevaux attelés à un camion de la compagnie du Nord, chargé de charbon, s’emportaient, rue du Moulinet : malgré les efforts du charretier, le nommé Bruli, ils n'ont pu être maintenus, la pente de la rue étant très rapide en cet endroit, et ils sont allés s'abattre contre un mur de clôture, passage Vandrezanne, n° 10.
Par suite, un des chevaux a été tué sur le coup, l'autre s'est blessé fortement aux jambes. Un pan du mur s'est écroulé, une porte a été brisée et le camion a été mis en pièces. Par un hasard providentiel, le charretier Bruli n'a eu aucun mal.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.