Faits divers

 Folie d'un Soldat - 1897

Folie d'un Soldat

Le Petit-Parisien — 20 mars 1897
L'entrée de la caserene Lourcine , boulevard Arago

M. Francis G..., âgé de quarante-deux ans, représentant de commerce, demeurant rue du Faubourg Saint-Jacques, passait hier soir vers dix heures sur le boulevard Arago, lorsqu'un soldat d'infanterie de marine en petite tenue l'accosta en s'écriant :

— Dites donc, vous, pourquoi ne me saluez-vous pas ? Votre voyez bien que je sais le généralissime des armées de terre et de mer.

M. G… comprenant que le marsouin était fou, ou tout au moins ivre, jugea ne pas devoir le contredire ; aussi lui répondit-il :

— Vous avez sans doute raisons mais comme je suis civil, j'ai cru être dispensé de vous rendre les honneurs qui vous sont dus.

Mais le soldat, qui évidemment était privé de raison, le prit au collet en lui déclarant qu'il allait le faire emprisonner.

Des agents, attirés par le bruit de la querelle accoururent et conduisirent le militaire au commissariat de M. Perruche.

— Oui, dit-il au magistrat, je suis le généralissime, et je vous ordonne d'arrêter cet individu qui m'a manqué de respect. C'est moi l'organisateur de la « revanche », tout bon Français doit le savoir.

Enfin après bien des difficultés, le commissaire apprit que le « marsouin » se nommait Georges B… actuellement en congé de convalescence chez ses parents rue de la Glacière.

 

À lire également...

Quartier de la Maison-Blanche

Un ménage devenu la terreur des environs

1875

Rue du Moulin-des-Prés, non loin de la Bièvre, à l'angle du chemin qui conduit à la Glacière, habitait depuis longtemps un ménage qui était devenu la terreur des environs.

...


La guerre à propos d’œufs de Pâques

1897

« Les œufs, les beaux œufs de Pâques », criait, hier, vers onze heures et demie, d'une voix tonitruante et qui remplissait l'avenue d'Italie, un marchand ambulant. Il poussait devant lui une petite voiture, où reposaient sur un lit de mousse des œufs de Pâques de toutes les dimensions, les uns, en sucre, tout blancs, les autres, en chocolat, d'un brun foncé le plus appétissant du monde.

...


Haustrate aux Assise

1907

Le 7 avril dernier, dans l'après-midi, le sous-brigadier Mariton, de service rue Nationale, voyait venir à lui un individu en proie à une violente émotion et qui lui déclara :
— Conduisez-moi au poste, car je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc.

...


Poterne des Peupliers

Descende de police rue du Pot au-Lait

1894

Pendant la nuit dernière, une descende de police a eu lieu dans les cabarets et garnis à la nuit du quartier de la rue du Pot au-Lait, dans le 13e arrondissement, où l’on supposait, d’après divers indices, que s'était réfugié un individu surnommé le Petit gouapeur...

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

En 1890, la raffinerie de sucre Say, installée boulevard de la Gare, produisait 20.000 pains de sucre par jour soit 240.000 kilogrammes.

*
*     *

La rue du Petit Banquier que Balzac et Victor Hugo rendirent célèbre, l'un dans le colonel Chabert, l'autre dans les Misérables, perdit son nom au profit du peintre Watteau par décret impérial du 27 février 1867.

*
*     *

C'est le 17 décembre 1897 que le sort du marché couvert de la place d'Italie fut scellé. Le conseil municipal de Paris approuva, ce jour, sa desaffectation et la création d'un marché découvert sur le boulevard d'Italie lequel, plus tard, prendra le nom de Blanqui.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.