Faits divers

 Un drame entre chiffonniers - 1914

Un drame entre chiffonniers

Le Journal — 2 janvier 1914

Boulevard Masséna, Louis Brunot frappe mortellement son cousin

Parmi les chiffonniers qui forment, aux environs de la porte d'lvry, une remuante agglomération connue sous le nom de « village nègre », s’est passé, hier après-midi, un drame rapide et sanglant.

Vers 3 heures, une bande de jeunes gens excités par d'abondantes libations passait boulevard Masséna.

Une villa de chiffonnier boulevard Masséna - Eugène Atget - 1910

Parmi eux se trouvait un chiffonnier de vingt ans, Louis Brunot, dit « la France », qui demeure chez sa sœur, 160, rue Nationale. Il vit soudain venir à lui son cousin germain, Louis Boulanger, chiffonnier comme lui, habitant 18, boulevard Masséna.

Boulanger, qui a trente et un ans, est vigoureux et d'humeur violente et batailleuse. Souvent déjà il avait abusé de sa force contre son cousin. Cette fois, le vin le faisait plus agressif encore que d'habitude. Il chercha querelle à Brunot avec des paroles injurieuses et menaçantes. L'autre fut exaspéré : il avait une ancienne rancune à satisfaire et il se savait le plus faible. Il n'hésita pas : s'armant d'un couteau à cran d'arrêt, il en porta un coup furieux à son adversaire, qui tomba en s'écriant : « Je suis planté ! »

Pendant qu'on s'empressait autour du blessé, le meurtrier prenait la fuite.

M. Yendt, commissaire de police du quartier de la Salpêtrière, rapidement averti, chargeait les inspecteurs Muller et Rousse de l'arrêter. Ils le trouvèrent chez sa sœur, à qui il avait demandé asile. On saisit sur lui le couteau encore sanglant qui lui avait servi à perpétrer son crime.

Conduit devant M. Yendt, il essaya cependant de nier, mais bientôt, convaincu par l'évidence, il se décida aux aveux.

Il tenta de s'excuser en alléguant qu'il était ivre et qu'il avait voulu à la fois venger ses anciennes injures et prévenir les sévices dont son cousin le menaçait à nouveau ; Il a été envoyé au Dépôt.

Boulanger a été atteint à l'aine, au niveau de l'artère fémorale droite. IL a perdu beaucoup de sang et c'est dans un état grave qu'il a été admis à l'hôpital de la Pitié.


Une remuante agglomération connue sous le nom de « village nègre »... Cette appelation n'a été que trés rarement utilisée par la Presse et essentiellement autour de l'année 1910.


A lire également

Le mystère du boulevard Masséna - 1894

Crime avorté boulevard Masséna - 1905

À lire également...

Le perroquet enlevé

1896

Dans le quartier Croulebarbe vit un perroquet centenaire, nommé Jacquot, magnifique ara gris, à queue rouge-pourpre, comme la trame d'un cardinal. Ce vénérable personnage habite depuis plus de quatre-vingts ans au sein de la même famille.

...


Quartier de la Gare

Le crime de la Cité Jeanne d'Arc

1907

L'homme qui, la veille, avait étranglé, cité Jeanne-d'Arc, le journalier Jean Guérineau, a consenti à dévoiler enfin son identité.

...


Rue des Cordelières

Rue des Cordelières : Le bébé qu'une femme promenait sans pitié à 5 heures du matin était en celluloïd

1938

L'humanité de quelques passants matinaux était choquée, hier, vers 5 heures, rue des Cordelières, par une scène effectivement étrange. Une marâtre — vraisemblablement — allant et venant sans souci de l'air frais, cruel aux petites bronches, promenait une voiture de bébé dans laquelle se distinguait un pauvre petit corps d'enfant.

...


Marché des Gobelins

Quadruple empoisonnement

1893

Une dame Choquenot, demeurant avec son mari, ouvrier cordonnier, et ses quatre enfants, rue du Moulin-des-Prés, envoyait hier matin un de ses petits garçons au marché des Gobelins pour acheter des arlequins, pour le repas.

...

Saviez-vous que... ?

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

En 1921, le maire du 13ème arrondissement était M. Guerineau. Il possédait une usine de céramique dont les bâtiments s'étendaient du numéro 69 de la rue du Gaz au numéro 172 de l'avenue de Choisy. Cette usine brûla le 26 octobre 1921.

*
*     *

C'est sur l'insistance d'Émile Deslandres représentant du 13e arrondissement que le conseil municipal de Paris accepta de conserver le nom cinq fois séculaire des Reculettes à la rue résultant de l'élargissement de cette ruelle si pittoresque.

*
*     *

Lors de la séance du conseil municipal de Paris du 24 mai 1876, M. Cantagrel déposait une pétition d'habitants du 13e arrondissement pour le prolongement de la rue Damesme jusqu'à la place du puits artésien de la Butte-aux-Cailles. Cette proposition fut renvoyée à l'Administration et n’eut, a priori, aucune suite bien que le tracé de la voie demandée figura un temps sur les plans municipaux.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac dans les années 30