Faits divers

 Un empoisonneur

L’empoisonneur de Maison-Blanche

Le Radical — 29 novembre 1896

Rue Cacheux — La veuve du gardien de la paix — Consolée — Son malheur — L'enfant du sexagénaire — Une série d'empoisonnements

L'empoisonneur de Maison-Blanche est un sexagénaire, nommé Alexandre Lemaire domicilié 3, rue Cacheux, près de la porte de Gentilly.

Son arrestation, l'accusation terrible qui pèse sur lui, ont stupéfié ceux qui le connaissent et ne le tenaient que pour un joyeux drille tout ce qu'il y a de plus inoffensif.

Mais disons de suite que la culpabilité de ce doux empoisonneur est bien loin d'être établie.

Qui aurait-il empoisonné ? Oh ! des tas de gens, sa femme, son fils, ses maîtresses et d'autres encore ! Au moins, voilà une accusation.

Mais relations les faits :

Le père Lemaire, devenu veuf, demeura chez sa fille et son gendre, d'importants commerçants des Halles, qui possèdent au numéro 3 de la rue Cacheux une maison de deux étages.

Dans la même rue habitaient un gardien de la paix nommé Gien et sa femme. Le père Lemaire fut bientôt de leurs amis ; si bien que peu de temps après la mort de l'agent, survenue il y a cinq ans, il devint le consolateur de la veuve.

Un an après qu'il eut séché les larmes de Mme Gien, celle-ci, alors âgée de quarante-sept ans, mit au monde un garçon superbement bâti et ressemblant de façon frappante au vieillard.

Cet enfant fut cause d'une brouille ; sa mère qui jusque là n'avait connu les douceurs de l'être, ne pardonna pas à son consolateur la naissance du petit « son malheur » comme elle disait.

Sa sympathie pour le vieillard se changea brusquement en une haine implacable.

Elle s'éloigna et alla demeurer au numéro 20 de la rue du Tage.

Mais le père Lemaire alla quand même la voir de temps en temps pour embrasser son fils qu'il adorait.

La veuve du gardien de la paix, exaspérée par ses visites, se mit à en dire de toutes sortes sur le compte du sexagénaire.

Elle en vint à l'accuser de vouloir la tuer, elle et son enfant. On ne fit que rire de ses révélations.

Mais cela finit par tourner mal pour le père Lemaire, que des agents vinrent arrêter hier et que M. Perruche, commissaire de police, envoya au Dépôt.

Ce magistrat venait de recevoir la dénonciation de la veuve Gien, qui accusait son amant d'avoir empoisonné diverses personnes, dont son mari, et d'avoir voulu l'empoisonner elle et son enfant en leur faisant absorber de l'huile de foie de morue intoxiquée.

Le père Lemaire eut beau protester.

On perquisitionna chez lui, on y saisit de l'extrait de saturne qui, avec l'huile de foie de morue de la veuve, furent envoyés au laboratoire de toxicologie.

De plus, comme celle-ci se plaignait de brûlures, de maux d'estomac, comme elle disait son enfant très souffrant depuis quelque temps, un médecin légiste, le docteur Socquet, fut commis pour les examiner tous deux.

Et si le père Lemaire s'en sort, il aura vraiment de la chance.

Pourtant, répétons-le, aucune charge sérieuse n'est relevée contre lui. On ne peut jusqu'à présent opposer à ses énergiques dénégations que de vagues accusations.

Ajoutons enfin que les deux dernières victimes de l'empoisonneur de Maison-Blanche si portent aussi bien que possible.

Panorama pris d'une tour de l'église Sainte-Anne

À lire également...

Deux voleurs d'autos arrêtés sur les… toits

1931

Les voleurs d'automobiles jouent de malchance depuis quelques semaines. Traqués, surveillés, dépistés, lorsqu'ils échappent à la police, un accident vient généralement mettre fin à leurs déplorables agissements.

...


Le drame de l'avenue de Choisy

1911

Marius Lafontaine, un robuste ouvrier emballeur de trente-deux ans, et Juliette Berthier, vingt-quatre ans, teinturière, s'étaient épousés il y a six ans. Ils pensaient avoir trouvé le bonheur. Hélas ! la désillusion vint vite., Quinze jours à peine y suffirent.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Les « Espadrilles de la Butte »

1910

Depuis quelque temps, plaintes sur plaintes affluaient au commissariat de M. Yendt. Il ne se passait pas de jour où quelque commerçant des environs de la place d'Italie ne vît ses étalages mis en coupe réglée par une bande de malandrins. Cette bande, connue sous le nom de bande des « Espadrilles de la Butte » et admirablement organisée, terrifiait littéralement le quartier.

...


rue du Moulinet

La fin d'un ivrogne

1889

Le sieur Laurent Béchu, journalier, demeurant rue du Moulinet dans le quartier de la Maison-Blanche, était loin d'être un modèle de sobriété.

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

A son inauguration, le pont de Tolbiac présentait une longueur totale de 295 mètres.

*
*     *

La consécration de l'église Sainte-Anne de la Maison Blanche eut lieu le 24 octobre 1912.

*
*     *

La rue Giffard est l'ancien chemin de ronde de la Gare. Cette voie reçut son nom actuel en 1884. Henri Giffard, né le 8 février 1825 et mort le 15 avril 1882 à Paris, est un inventeur français, à qui l'on doit l'injecteur et le dirigeable propulsé par la vapeur.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.